Accueil Politique & Société La PMA pour toutes sera effective à la fin de l’été

La PMA pour toutes sera effective à la fin de l’été

par Camille Saint-Cricq

L’Assemblée nationale a adopté définitivement, mardi 29 juin, le projet de loi relatif à la bioéthique ouvrant droit à procréation médicalement assistée à toutes les femmes

C’est « un moment d’histoire » a commenté Adrien Taquet.  En saluant l’adoption de la  loi bioéthique, dans laquelle figure la disposition ouvrant le recours à la procréation médicalement assistée à toutes les femmes, le secrétaire d’Etat à l’Enfance et aux familles a préféré parler de «très grands et très beaux moments de démocratie» et oublier la métaphore de l’accouchement dans la douleur. 

Ainsi s’achève une très longue et douloureuse bataille parlementaire de quelques 500 heures de débats.  Le projet de loi bioéthique présenté à l’automne 2019 avait d’abord vu le Sénat adopter la mesure d’élargissement de la PMA en excluant la prise en charge par la Sécurité sociale. En deuxième lecture, en février, les sénateurs avaient adopté dans la confusion le texte amputé de sa disposition phare (lire : PMA pour toutes : pourquoi des sénateurs LR sont revenus en arrière). 

Lors de son troisième passage au Sénat jeudi dernier, le texte a finalement été rejeté d’emblée.  L’Assemblée nationale, qui a le dernier mot, s’est prononcé lors d’un ultime vote ce mardi et a adopté le texte par 236 voix pour et 115 contre. Sous des applaudissements nourris dans l’Hémicycle.  Mais jusqu’au bout, des députés de l’opposition ont tenté de faire barrage. La députée non inscrite Emmanuelle Ménard avait même défendu, en vain, une motion de rejet préalable.

Pour les associations qui se sont battues depuis une dizaine d’années, chaque étape a été compliquée. Sous la présidence de François Hollande la mesure était mollement défendue par le gouvernement et les associations, notamment le collectif Ouiouioui ont organisé d’innombrables manifestations pour inscrire ce droit dans la loi. L’espoir a fini par renaître quand le Conseil national d’éthique a ouvert la voie en 2017 . (Lire : PMA pour toutes : la voie est libre) Mais il a fallu encore attendre deux ans pour engager le processus législatif.

L’heure est au soulagement dans les rangs des associations. Comme le ministre, l’association des familles homoparentales estime que c’est  «Un jour historique en France pour le droit de toutes les femmes ». Mais l’association Osez le féminisme le souligne amèrement : « L’adoption de la loi bioéthique, promise par François Hollande depuis 2012, vient mettre fin à un combat long, douloureux, coûteux et injuste, pour les femmes lesbiennes et célibataires qui méritent cette victoire ! » Elle estime aussi que le texte est « imparfait, notamment sur la question de la filiation, qui oblige les couples de femmes lesbiennes à officialiser le lien de parenté de la mère dite “sociale”, celle qui n’a pas porté l’enfant, devant un notaire » et demande une «présomption de reconnaissance »

Reste la question des décrets d’application…  Les couples de femmes « pourront s’inscrire dans des parcours de PMA dès la fin de l’été » a affirmé à la tribune Adrien Taquet qui parle de premiers enfants conçus ainsi avant fin 2021.

 

Partager cet article

A VOUS DE JOUER

o Vous appréciez nos articles ?
o Vous voulez partager l’information pour que tout le monde ouvre les yeux sur l’inégalité des sexes ?
o Vous considérez que l’égalité dans les médias est la mère de toutes les batailles pour l’égalité ?
o Vous savez qu’un journal indépendant et de qualité doit employer des journalistes professionnels ?
Si vous avez répondu oui à une de ces quatre questions, faites un don pour financer l’information. Ce don est défiscalisé à 66 %. (Un don de 50 € vous coûte en réalité 17 €)

JE FAIS UN DON

2 commentaires

2 commentaires

Nomi 2 juillet 2021 - 09:24

ça n’est pas une pma « pour toutes ».
Les personnes trans restent excluent par la loi de la pma.
Une victoire certes, mais pas une pma « pour toutes »

Répondre
Lou 4 juillet 2021 - 03:19

Bonjour,
Effectivement le texte ne permet pas la PMA pour les personnes nées femmes qui ont réalisé et officialisé une transition femme vers homme tout en gardant la possibilité de porter un enfant.
Il leur reste la possibilité de ne pas modifier leur sexe sur leur état civil (situation souvent compliquée alors) ou bien, comme avant la loi, d’aller hors de France pour pratiquer la PMA. En plus d’être transphobe, les acteurs ont refusé de prendre en compte les demandes des association trans , cette loi est socialement discriminante vu les coûts à l’étranger.
Un petit ajout à l’article ne serait peut-être pas inutile pour compléter cet autre genre d’infos !
Merci par avance
Lou

Répondre

Laisser un commentaire

Social Media Auto Publish Powered By : XYZScripts.com