Accueil Politique & Société La  politique « des mamans » des quartiers toute en ambiguïté

La  politique « des mamans » des quartiers toute en ambiguïté

par Isabelle Germain

Dans sa « stratégie pour les quartiers » qu’il veut émanciper, le président de la République s’est engagé à « donner la parole aux mamans ». Émancipation ?

L’intervention du président de la République pour présenter sa « stratégie pour les quartiers » mardi 22 mai a plongé les commentateurs dans la perplexité, ne sachant pas trop s’il s’éloignait un peu ou beaucoup du rapport Borloo. Annonçant qu’il ne ferait pas de « long discours », Emmanuel Macron s’est exprimé pendant une heure trente et a pris ses distances : « Je ne vais pas annoncer un plan banlieues » car « cette stratégie est aussi âgée que moi. » Et puis « Deux mâles blancs qui ne vivent pas dans les banlieues se remettent un rapport sur les banlieues : ça ne marche plus comme ça » a-t-il dit sans développer le propos….  Pas de plan mais un « changement de méthode » pour « construire une politique d’émancipation ».

De la méthode donc en appelant différents acteurs à participer à la stratégie pour faire un point d’étape en juillet et peu d’annonces concrètes. A noter cependant cet élément chiffré du discours du président :  la création de 30.000 places en crèche pour favoriser le travail des femmes. Et  l’Etat va contribuer à hauteur de 1000 euros par place de crèche dans les quartiers « politique de la ville ».

Un engagement pour l’émancipation des femmes des quartiers immédiatement freiné par des propos ambigus sur « les mamans qu’on aime ». Emmanuel Macron a cité un exemple : « Quand j’étais en campagne présidentielle, celles qui m’ont appris des choses, qui m’ont inspiré, ce sont les mamans d’un certain quartier, à Montpellier, à La Paillade et au Petit-Bard. Je n’oublierais jamais cette association de mamans d’élèves qui m’a expliqué pourquoi c’était une formidable erreur d’avoir fermé les classes bi-langues car ‘quand il y en avait dans nos quartiers’, disent-elles, ‘les petits blonds du centre ville venaient dans nos quartiers’. »

Le président a dit vouloir donner davantage la parole aux « mamans » qui sont « oubliées de toutes nos politiques publiques ». Il est vrai que la « politique des grands frères» menée dans les quartiers à une autre époque avait ciblé les garçons en créant pour eux nombre d’activités sportives ou non… et abandonné les filles et femmes à leur propre sort. 

Mais en même temps, en ciblant les « mamans », Emmanuel Macron enferme les femmes dans les rôles dévolus à la figure maternelle.  « On a besoin de travailler avec un acteur essentiel de notre réveil citoyen : les mamans, elles ne font pas de politique symbolique elles font de la politique pour leurs enfants, leurs époux, leurs frères ou leur propre père ou leurs sœurs » a-t-il dit (pas leur mère, ndlr). Il y aurait donc une façon spécifique pour les « mamans » de faire de la politique versus ? Versus « le mâle blanc » probablement.  Avec vision angélique en prime : « On donnera la parole aux mamans, celles qu’on aime ». Le président de la République a même fait un clin d’œil à une chanson du rappeur  Oxmo Puccino en évoquant les « mamans de Ouagadougou au fin fond du Pérou » histoire d’idéaliser encore davantage le modèle.

La vidéo de ce passage du discours, postée sur  twitter, par l’Elysée a suscité un flot de réactions. Des réactions indignées de voir que les « papas » n’avaient pas l’air d’être concernés par l’éducation des enfants et l’amélioration de la vie dans les quartiers, des réactions sur l’infantilisation liée à l’utilisation du mot « maman ». Des réactions aussi sur le fait que ce discours « essentialiste » voit les femmes en « poule pondeuse » prêtes à s’investir gratuitement dans la politique de la ville pour le bien de leurs enfants et de leurs époux et non pour obtenir l’égalité républicaine au travail, dans la parentalité et dans la ville. Ecouter les femmes seulement dans le rôle de « maman » est-ce vraiment cela l’émancipation ?

Partager cet article

A VOUS DE JOUER

o Vous appréciez nos articles ?
o Vous voulez partager l’information pour que tout le monde ouvre les yeux sur l’inégalité des sexes ?
o Vous considérez que l’égalité dans les médias est la mère de toutes les batailles pour l’égalité ?
o Vous savez qu’un journal indépendant et de qualité doit employer des journalistes professionnels ?
Si vous avez répondu oui à une de ces quatre questions, faites un don pour financer l’information. Ce don est défiscalisé à 66 %. (Un don de 50 € vous coûte en réalité 17 €)

JE FAIS UN DON

0 commenter

Laisser un commentaire