Accueil Eco & Social La réforme des retraites pénalisera-t-elle les femmes ?

La réforme des retraites pénalisera-t-elle les femmes ?

par Isabelle Germain

Plusieurs voix s’élèvent pour dire que la réforme ne résorbera pas les inégalités femmes / hommes. Elle pourrait même les aggraver. La question dépasse le calcul des pensions.

« Une réforme des retraites est nécessaire mais elle doit s’attaquer vraiment aux inégalités femmes hommes » Olga Trostiansky, présidente du Laboratoire de l’égalité le rappelle : « aujourd’hui l’écart de pension entre femmes et hommes est de 42 %. » Précisément les femmes reçoivent en moyenne des pensions de retraite de 1091 euros contre 1891 en droits directs pour les hommes. 800 euros de moins ! « C’est une différence énorme et c’est profondément injuste » déplore-t-elle.

Les raisons ? Elles sont connues et proviennent d’autres inégalités : les inégalités professionnelles liées la non mixité des métiers les mieux rémunérés, inégalités dans la répartition du travail domestique entraînant pour les femmes des carrières hachées et des temps partiels, lesquels peuvent aussi être contraints… « Notre système actuel date de 1945, un temps où les femmes restaient encore beaucoup au foyer et comptaient sur la pension de leur mari ou pension de réversion. Un temps où le divorce était peu répandu et les familles monoparentales moins nombreuses. » rappelle la présidente du Laboratoire de l’égalité

Aujourd’hui, les femmes partent à la retraite plus tard que les hommes et avec des pensions bien moindres du fait de ces différences dans la vie professionnelle.

Le nouveau système va-t-il réduire cet écart abyssal ? Pas vraiment.  Une étude de l’Institut de la protection sociale (IPS) publiée le 26 novembre l’affirme. Olga Trostiansky pointe une mesure particulièrement injuste : « avec le système actuel, les hommes et les femmes qui ont eu trois enfants bénéficient d’une bonification de leur pension de 10 %. Et ceci indépendamment du fait qu’ils aient ou non interrompu leur carrière ou travaillé à temps partiel pour s’occuper des enfants. De plus, cette bonification est calculée en pourcentage du salaire, ce qui est en général avantageux pour celui qui n’a pas interrompu sa carrière ou travaillé à temps partiel. » La réforme proposée ne corrige pas du tout cette injustice. Certes elle devrait introduire une bonification de 5 % par enfant dès le premier enfant mais toujours calculée en pourcentage du salaire. « Cela ne résorbera en rien les écarts de retraites entre femmes et hommes déplore-t-elle. « Nous demandons un forfait, pas un pourcentage »

Dans le Figaro, La présidente des Associations Familiales Catholiques Pascale Morinière qui veut défendre « les mères de famille » plus que l’égalité des retraites, rappelle que « le taux d’emploi des mères d’un ou deux enfants est de 78 %, il n’est plus que de 62 % pour les mères de trois enfants et de 33 % pour les mères de quatre enfants et plus. »

La question de l’inégalité des sexes à la retraite va bien au-delà du seul calcul des pensions. Dans une tribune dans Le Monde, un collectif de féministes et d’économistes déplore une aggravation des inégalités à craindre avec cette réforme et appelle à une politique globale d’égalité professionnelle et d’égalité dans la vie domestique. « En amont et en lien avec la retraite, il est donc urgent de mener une politique volontariste en faveur de l’égalité salariale et professionnelle des femmes et des hommes, ce qui vise aussi l’égalité des taux d’activité : celui des femmes est actuellement de huit points inférieur. Les ressources des régimes en seraient fortement améliorées, tout comme les droits directs à pension des femmes. Eliminer les obstacles à leur emploi suppose une politique publique de création de places de crèche, le partage à égalité du congé parental, une lutte à tous les niveaux contre les discriminations et les stéréotypes sexués» écrivent-elles. Mais le Premier ministre a annoncé qu’il était « déterminé » à mener la réforme.

Partager cet article

A VOUS DE JOUER

o Vous appréciez nos articles ?
o Vous voulez partager l’information pour que tout le monde ouvre les yeux sur l’inégalité des sexes ?
o Vous considérez que l’égalité dans les médias est la mère de toutes les batailles pour l’égalité ?
o Vous savez qu’un journal indépendant et de qualité doit employer des journalistes professionnels ?
Si vous avez répondu oui à une de ces quatre questions, faites un don pour financer l’information. Ce don est défiscalisé à 66 %. (Un don de 50 € vous coûte en réalité 17 €)

JE FAIS UN DON

0 commenter

Laisser un commentaire