Accueil MédiasBruits et chuchotements La religion du #ToujoursSansElles

La religion du #ToujoursSansElles

par Isabelle Germain
© Présidence de la République - L. Blevennec

© Présidence de la République – L. Blevennec

Les réunions politiques consécutives à l’attentat perpétré dans une église disent en image que les représentants d’une seule moitié de l’humanité décident pour l’ensemble.


 

La preuve en images ! Après l’attentat de l’église de Saint-Etienne du Rouvray qui a coûté la vie à un prêtre, l’Elysée a réuni les représentants des cultes. La photo prise sur le perron du palais présidentiel est éloquente et sans surprise : la conférence réunissant les cultes des églises catholique, orthodoxe, protestante, ainsi que des représentants de l’islam, du judaïsme et du bouddhisme en France était composée à 100 % d’hommes. C’est probablement le point sur lequel les religieux sont tous d’accord : pas de femmes au pouvoir !

Elles ont beau implorer à coup d’affiches comme a pu le faire la Women’s Ordination Conference à Rome il y a quelques mois, les yeux et les oreilles des gardiens des cultes sont impénétrables… Et toujours pas de remise en question. Si le monde du numérique a pris l’initiative de faire bouger les choses avec le hashtag #JamaisSansElles, ici on reste #ToujoursSansElles.

© Présidence de la République - F. Lafite

© Présidence de la République – F. Lafite

Cette réunion suivait un « Conseil restreint de défense et sécurité » qui avait un point commun avec celle des cultes : là aussi seulement des hommes.

Alors bien-sûr, des tas d’explications rationnelles, historiques justifient ces photos mais il faudra un jour se demander ce qui se passerait si le pouvoir était mieux partagé entre hommes et femmes. 

Ils ont décidé que la chose publique appartenait aux hommes tandis que les femmes devaient se dévouer à la sphère privée. Comment seraient orientées les décisions politiques si les gardien.ne.s du « care » participaient aux prises de décisions ?

 

Lire aussi sur Les Nouvelles NEWS :

A l’ONU, la religion grignote les droits des femmes

Les femmes prêtres « suffragettes » défient le Vatican

 

Enregistrer

Enregistrer

Partager cet article

A VOUS DE JOUER

o Vous appréciez nos articles ?
o Vous voulez partager l’information pour que tout le monde ouvre les yeux sur l’inégalité des sexes ?
o Vous considérez que l’égalité dans les médias est la mère de toutes les batailles pour l’égalité ?
o Vous savez qu’un journal indépendant et de qualité doit employer des journalistes professionnels ?
Si vous avez répondu oui à une de ces quatre questions, faites un don pour financer l’information. Ce don est défiscalisé à 66 %. (Un don de 50 € vous coûte en réalité 17 €)

JE FAIS UN DON

3 commentaires

3 commentaires

flo 30 juillet 2016 - 10:35

Dans un article du monde, on nous explique ce jour comment est organisé l’islam en france… la photo illustrative montre l’habituelle salle de prière, emplie d’hommes se prosternant. Les femmes ? quelles femmes ? Jamais vu une photo de femmes dans une mosquée. Ah oui ! « salle réservée aux femmes ». La mosquée semble un lieu masculin, imam masculin, fidèles masculins, avec un appendice concédé au féminin, invisible sur les photos illustrant un sujet sur les mosquées, invisible dans les reportages télévisés sur les mosquées, à la sortie des mosquées, à l’intérieur des mosquées. Bref, comment donc est organisé l’Islam en France ? Hé bien par des hommes, comme les autres. Mais ce n’est manifestement pas l’angle de vue des journalistes du Monde, qui concluent en indiquant qu’un « nouveau modèle » d’islam est à l’étude. Chut, ces messieurs cogitent.

Répondre
09 Aziza 1 août 2016 - 18:19

Je vous conseille un excellent article du « Monde » sur es féministes musulmanes et les mosquées inclusives.
Il y en a de plus en plus. Parce que les femmes de toutes cultures et religions pensent, réfléchissent , cherchent, aidées par des hommes de bonne volonté.
Mais de par une intolérance regrettable envers qui ne pense pas exactement comme elles, beaucoup de féministes françaises ne connaissent pas les mouvements internes aux religions pour faire avancer la place des femmes, et remettre en question des interprétations confisquées par le masculin.
Au mois de Septembre, se tiendra un meeting présidé par des auteurEs sur les femmes et l’Islam.
Il existe aussi plusieurs mouvements de chrétiennes qui luttent et travaillent. (le « Comité de la Jupe », Femmes et Hommes dans l’Eglise, la pasteure Lytta Basset)
mais , chut, il faut un monde bien binaire et sécurisant!
Au Québec où je réside en ce moment, être religieuse et féministe est ordinaire. Soeur Marie Paule Ross a même écrit un ouvrage sur la sexualité….Ah, que tout cela dérange les françaises!

Répondre
09 Aziza 1 août 2016 - 23:48

J’ajouterai qu’en l’occurence,l’assassinat barbare du Père Jacques Hamel appelle soit le silence, soit de remettre à d’autres moments de lutte la question de la représentativité genrée des cultes. Voir l’actualité par un autre bout de la lorgnette ne doit pas porter à oublier l’essentiel. L’important, c’est que les musulmans aient été appelés à venir se joindre aux messes dominicales de dimanche dernier, et qu’ils soient venus, car c’est cette union solidaire qui coupera l’herbe sous le pied des terroristes.
Les religieuses, représentatives du christianisme, et pour deux d’entre elles témoins du meurtre, ont été interviewées per l’hebdomadaire « La Vie ».

Répondre

Laisser un commentaire