Accueil Culture La révolution égalitaire se met en musique

La révolution égalitaire se met en musique

par La rédaction
Illustration : Camélia Jordana aux Victoires de la musique 2019

Près de 700 femmes de l’industrie musicale ont signé dansTélérama un manifeste contre le sexisme dans leur secteur.

Zazie, le duo Brigitte, Fishbach, La Grande Sophie, Camélia Jordana, la DJ Chloé, Jeanne Added, Chris(tine and the Queens), Jeanne Cherhal, Elodie Frégé, Sandra Nkaké Clara Luciani, … des artistes mais aussi des attachées de presse, des productrices, des éditrices, des compositrices, des manageuses, des directrices de label, des juristes, etc. Elles sont 690 professionnelles de la musique à avoir signé dans Télérama un manifeste contre le sexisme dans la musique. Toutes disent avoir été « victimes ou témoins du sexisme qui règne au quotidien. »

Et l’enquête publiée dans le même numéro de l’hebdomadaire rapporte plusieurs témoignages de ce sexisme qui exerce, dans le milieu, une « violence ordinaire ». Des hommes qui ont du pouvoir harcèlent des femmes dont la carrière est assez fragile pour qu’elles tremblent devant eux. Ces pratiques très répandues bénéficiaient jusqu’ici d’une omerta bien organisée. « Des témoignages de ce genre, nous ne pensions pas en récolter autant — faute de place, nous n’en citerons ici que quelques-uns…. » écrit le magazine.

Alors « le temps est venu pour le monde de la musique de faire sa révolution égalitaire : les agissements sexistes, racistes, et plus globalement tous les comportements discriminants ne sont plus tolérables et doivent être dénoncés et sanctionnés. » disent les F.E.M.M, Femmes Engagées des Métiers de la Musique. Elles veulent en finir avec « le fonctionnement – ou plutôt le dysfonctionnement – du secteur : les disparités salariales, l’invisibilité des femmes aux postes à responsabilité, les préjugés et les non-dits qui bloquent le développement et les carrières de professionnelles pourtant compétentes et investies. »

Révolution à petits pas dans le monde de la culture

Les FEMM s’inspirent de leurs  « (con)sœurs du collectif 5050 du cinéma » Un exemple cité également par les femmes journalistes de Prenons la Une Il y a quelques jours. Ce collectif « 50/50 pour 2020 », créé en février 2018 au moment des Césars en France réclame l’égalité pour 2020 dans le monde du cinéma. Il veut « mener la bataille des chiffres comme levier de la prise de conscience et de la visibilité des enjeux mais aussi comme support des chantiers de réflexion à mener. » A force de mettre en évidence des différences auxquelles nos yeux se sont habitués, 50/50 pour 2020 commence à faire réagir le milieu du cinéma avec la nomination de quelques femmes dans les jurys des prix décernés au 7ème art. Et un peu plus de femmes réalisatrices comme le montrait une étude récente (voir Femmes réalisatrices : la relève arrive).

Dans le cinéma comme dans la musique ou dans les médias en général, la « révolution égalitaire » est très lente . Elle sera impossible tant que l’exigence de parité ne sera pas imposée aux instances de consécration qui attribuent les prix, récompenses et financement d’œuvres…

Partager cet article

A VOUS DE JOUER

o Vous appréciez nos articles ?
o Vous voulez partager l’information pour que tout le monde ouvre les yeux sur l’inégalité des sexes ?
o Vous considérez que l’égalité dans les médias est la mère de toutes les batailles pour l’égalité ?
o Vous savez qu’un journal indépendant et de qualité doit employer des journalistes professionnels ?
Si vous avez répondu oui à une de ces quatre questions, faites un don pour financer l’information. Ce don est défiscalisé à 66 %. (Un don de 50 € vous coûte en réalité 17 €)

JE FAIS UN DON

0 commenter

Laisser un commentaire