Accueil MédiasBuzz Le Conseil de l’Europe confond lutte contre la haine et promotion du voile

Le Conseil de l’Europe confond lutte contre la haine et promotion du voile

par Isabelle Germain

Le Conseil de l’Europe focalise sa campagne de lutte contre la haine des Musulmans sur le voile, présenté comme un choix, un droit humain, un accessoire de beauté, voire un apporteur de joie. Ajout le 3 novembre : la campagne a disparu des réseaux sociaux.

Laurence Rossignol a parfaitement résumé sur Twitter ce qui pose un lourd problème avec la campagne du Conseil de l’Europe : « Rappeler que les femmes sont libres de porter le hijab -dans le respect des lois de chaque état membre, en France celle de 1905 et 2004- est une chose. Dire que la liberté est dans le hijab, en est une autre. C’est en faire la promotion. C’est le rôle du conseil de l’Europe ? » écrit la sénatrice et ex-ministre en charge des Droits des femmes. Tandis que le réseau « Les VigilantEs, pour une République laïque et féministe », demande « le retrait immédiat de cette campagne qui comporte des biais dangereux pour les droits et libertés des femmes en Europe ».

La campagne en ligne a été lancée le 28 octobre par le Conseil de l’Europe dont la mission est la promotion des droits humains. Son intention  était de lutter contre les discours de haine contre les Musulmans. Jusque-là tout allait bien. Mais à l’arrivée, c’est une campagne qui fait la promotion du voile. Le hijab est présenté comme un «un choix» et «un droit humain»

 

Le voile est associé à beauté et à liberté… Quelques slogans : « La beauté est dans la diversité comme la liberté est dans le hijab » « Mon foulard, mon choix », « Porter un hijab est mon choix et mon droit humain ou encore : « Apporter de la joie et accepter les hijabs » … « On croirait entendre un sermon ! Pas de salut sans le hijab en quelque sorte » écrivent Les vigileantEs.

Les visages de jeunes-femmes qui s’affichent reflètent la diversité de la population et les visuels proposent un éventail de vêtements variés. Mais sur chaque visuel figure un voile ou hijab.

Les vigilantEs saluent l’intention du Conseil de l’Europe de lutter contre la haine à l’égard des individus mais s’indignent de voir qu’il « outrepasse dangereusement ses droits. Il va beaucoup plus loin qu’inciter à respecter des personnes et leurs choix religieux, il valide des règles qui sont celles d’un islam fondamentaliste. » Il valide les discours qui transforment en « liberté » une obligation pour les femmes d’échapper à la concupiscence des hommes en se couvrant.

Sur Twitter, devant l’avalanche de commentaires plus ou moins bien tournés, le Conseil de l’Europe a fermé le fil de discussion et expliqué au Figaro que les tweets de la campagne de communication «qui faisaient partie d’un projet conjoint du Conseil de l’Europe et de l’Union européenne», reflétaient «les déclarations faites de manière individuelle par des participants dans l’un des ateliers du projet, faisant usage de leur liberté d’exprimer leur identité et leurs points de vue» et ne sont donc «pas individuellement attribuables au Conseil de l’Europe». Un Conseil de l’Europe qui met pourtant son logo et sa signature sur tous les visuels.

Ajout 3/11/2021 : Puis dans la soirée du 2 novembre, la campagne a disparu des réseaux sociaux

Bien sûr la droitosphère, qui se réveille sur les sujets féministes seulement quand il s’agit de critiquer les musulmans a été la première à réagir… Pas forcément avec des arguments féministes. Eric Ciotti, candidat à la primaire de droite a très vite déploré sur Twitter la « négation de nos racines judéo-chrétiennes, de notre civilisation, de l’esprit des Lumières » (s’il est élu, il veut inscrire « nos racines judo-chrétiennes dans la constitution »)

En face de lui, Valérie Pécresse a attendu le 2 novembre mais elle était un peu plus dans le sujet en postant ce message sur twitter : « Choc et stupeur devant cette campagne du Conseil de l’Europe: non le voile n’est pas un vêtement comme un autre, il n’est pas symbole de liberté mais de soumission. Et le rôle de l’Europe c’est de soutenir les femmes qui se battent dans le monde pour le droit de le retirer! »

A VOUS DE JOUER

o Vous appréciez nos articles ?
o Vous voulez partager l’information pour que tout le monde ouvre les yeux sur l’inégalité des sexes ?
o Vous considérez que l’égalité dans les médias est la mère de toutes les batailles pour l’égalité ?
o Vous savez qu’un journal indépendant et de qualité doit employer des journalistes professionnels ?
Si vous avez répondu oui à une de ces quatre questions, faites un don pour financer l’information. Ce don est défiscalisé à 66 %. (Un don de 50 € vous coûte en réalité 17 €)

JE FAIS UN DON

3 commentaires

3 commentaires

Hijab 3 novembre 2021 - 00:15

Peut on dire qu’ont vie dans un pays libre quand on dit a une femme que sa manière de ce vêtir ne correspond pas à une civilisation, a une culture … ? Pourquoi peut on s’habiller en minijupe et crop top sans que sa ne choque personne bien au contraire… et quand une femme est pudique et cache son jolie corp avec un tissu sa choque tout le monde … ? Les chrétiennes et les juifs ne mettent ils pas elles oci le voile ? Musulman = soumission non pas à l’islam mais a Dieu l’unique. Pourquoi crache t’on sur les femmes voilé en leur disant qu’elles font de la politique, sa n’a aucun sens. Etre laïque c’est laisser les gens vivre et s’habiller comme on le désire tant qu’on ne fais de mal à personne ! Un pays sois disant développer et intelligent devrais être capable de ce remettre en question en permanence sur sa vision de la vie publique. Forcer qui que ce soit à faire quelque chose qui dépasse ses convictions c’est mal. Je souhaite la paix à toutes et à tous. Salut, Salam.

Répondre
Mariam 3 novembre 2021 - 17:15

Chèr.e « Hijab », qu’une femme porte le voile ne choque personne (à part l’extrême-droite), et personne ici ne crache sur les femmes voilées. Car le sujet de cet article et le problème soulevé, ce ne sont pas les femmes : elles s’habillent comme elles veulent. Le sujet c’est le Conseil de l’Europe. En effet, je suis d’accord avec vous : Forcer qui que se soit à faire en permanence quelque chose qui dépasse ses convictions, c’est mal. Et ici, le Conseil de l’Europe incite les femmes, notamment musulmanes, à se voiler. IL y a de nombreuses femmes musulmanes non-voilées et elles sont ici culpabilisées, effacées. (et non les chrétiennes et les juives ne mettent pas de voile).
Le Conseil de l’Europe doit en effet laisser les gens vivre et s’habiller comme ils veulent, et pas les encourager à se voiler.
Le Conseil de l’Europe est une institution PUBLIQUE, il n’a pas à encourager une pratique religieuse.
Que penseriez-vous si demain une campagne de ce même conseil vous dit « aller à la messe est libérateur »? (ce qui est différent de dire « chacun est libre d’aller à la messe ou pas »), ou encore « la vraie liberté c’est l’athéisme »? Vous trouveriez ça laic? Développé et intelligent? Non. Et bien dire « la liberté est dans le voile » (ce qui est différent de dire « chacun.e est libre de porter un voile ou pas »), c’est pareil, ça n’est ni laîc ni respectueux de la liberté.

Répondre
Pascal ALEVEK 3 novembre 2021 - 00:20

Une faute grave et impardonnable pour le Conseil de l’Europe, totalement scandaleux, j’espère qu’il y aura des sanctions contre les responsables de cette campagne ?

Répondre

Laisser un commentaire

Social Media Auto Publish Powered By : XYZScripts.com