Accueil International Le coup de gueule de la Première ministre australienne contre le sexisme

Le coup de gueule de la Première ministre australienne contre le sexisme

par La rédaction

Gillard_h150Passe d’armes au Parlement australien. La Première ministre Julia Gillard s’en est vivement prise au leader de l’opposition, Tony Abbott, dénonçant ses attaques misogynes régulières.


 

« Je ne veux pas entendre de leçon sur le sexisme et la misogynie de la part de cet homme », a déclaré Julia Gillard devant la chambre basse du Parlement, mardi 9 octobre, s’adressant au leader de l’opposition.

Le Libéral Tony Abbott avait appelé le porte-parole de la chambre législative à démissionner. Ce dernier, Peter Slipper, fait face à une procédure judiciaire pour harcèlement sexuel, accompagné de textos graveleux. Il a effectivement fini par quitter son poste.

Mais Julia Gillard, première femme à diriger un gouvernement en Australie (depuis juin 2010), a qualifié l’offensive de Tony Abbott « d’hypocrite », l’appelant lui-même à démissionner. Car elle accuse l’opposition d’user « chaque jour » d’attaques sexistes à son égard.

> Voir ici son discours enflammé d’un quart d’heure

Et Julia Gillard d’énumérer les faits d’armes du leader libéral, qui avait par exemple déclaré que « les hommes sont plus adaptés pour exercer l’autorité », où se demandait si c’était vraiment une mauvaise chose que les hommes soient davantage présents dans les milieux de pouvoir. Julia Gillard souligne avoir été « offensée » quand Tony Abbot, devant le parlement, s’était affiché à côté d’un grand panneau clamant « Ditch the witch » : chassez la sorcière. « Offensée » quand elle est régulièrement attaquée sur le fait qu’elle n’est pas mariée et n’a pas d’enfant.

Cette passe d’armes intervient dans un contexte plus général de tensions politiques, à l’approche des élections législatives de 2013, rappelle l’agence Bloomberg. Les Libéraux de Tony Abbott sont pour l’heure favoris des sondages, et plusieurs ministres travaillistes ont déjà attaqué le leader de l’opposition sur son apparente réticence à voir des femmes au pouvoir.

 

 

A VOUS DE JOUER

o Vous appréciez nos articles ?
o Vous voulez partager l’information pour que tout le monde ouvre les yeux sur l’inégalité des sexes ?
o Vous considérez que l’égalité dans les médias est la mère de toutes les batailles pour l’égalité ?
o Vous savez qu’un journal indépendant et de qualité doit employer des journalistes professionnels ?
Si vous avez répondu oui à une de ces quatre questions, faites un don pour financer l’information. Ce don est défiscalisé à 66 %. (Un don de 50 € vous coûte en réalité 17 €)

JE FAIS UN DON

2 commentaires

hic 11 octobre 2012 - 11:16

C’est un discours très brillant, je n’ai pas l’impression d’avoir déja vu en France un discours de politique femme et encore moins homme dénoncer avec autant de pugnacité et de longueur le sexisme d’un des leur (je trouve qu’elle a été relativement peu interrompue, ou en tout cas qu’elle a réussit à ne pas être interrompue).

Répondre
imeon 19 octobre 2012 - 11:48

Je n’ai pas pu suivre ce discourt faute de maîtriser suffisamment l’anglais. Est-ce que vous savez ou je pourrai trouver une traduction ou un sous-titrage en français ou même un sous-titre anglais ? En faisant souvent pause je saurai déchiffrer. Merci d’avance.

Répondre

Laisser un commentaire