Accueil Politique & Société Le féminicide devient un sujet politique, mais…

Le féminicide devient un sujet politique, mais…

par La rédaction

© Femen

Le 39ème féminicide fait la une de quelques journaux et se trouve au cœur d’invectives politiques. Les féministes demandent de nouveau des moyens pour lutter contre ce fléau.

Le féminicide de Mérignac (Gironde) fait la une des journaux, des ministres demandent une commission d’enquête, quelques opposants politiques tombent sur le gouvernement… Les meurtres de femmes par leurs conjoints ou ex, longtemps méprisés par les responsables politiques et les médias deviennent enfin un sujet politique.

Ce féminicide est ainsi décrit par le parquet de Bordeaux et la police : mardi, Mounir B, 44 ans, déjà emprisonné pour violences conjugales en 2020, a poursuivi Chahinez, 31 ans, son ex-femme, mère de trois enfants. Il a tiré plusieurs coups de feu dans ses jambes jusqu’à ce qu’elle s’effondre, puis l’a aspergée d’un liquide inflammable alors qu’elle était encore en vie et l’a immolée par le feu. 

C’est le 39ème féminicide recensé par le collectif Féminicides par compagnons ou ex. Et cette fois-ci médias et responsables politiques emploient ce terme intégré dans leur vocabulaire il y a  cinq ans après moult résistances (lire: FÉMINICIDE, DANS LE TEXTE)

Les féministes enfin entendues

La mobilisation des associations féministes a fini par payer. Depuis qu’elles peuvent massivement interpeler l’opinion sur les réseaux sociaux, des sujets qui étaient auparavant relégués à la rubrique faits divers peuvent se hisser à la Une et obliger les responsables politiques à bouger. Cette mobilisation s’est notamment cristallisée autour du collectif qui a recencé et rendu public le décompte macabre des féminicides à partir des rubriques « faits divers ». Elles ont massivement interpellé, en ligne, des responsables politiques et des médias. Ces dénonciations ont conduit au Grenelle des violences conjugales qui a permis de faire connaitre l’ampleur du fléau et d’impulser de nouvelles règles de protection.

Cette fois-ci, les associations féministes qui luttent contre les violences faites aux femmes ont été invitées à s’exprimer dans les médias comme Anne-Cécile Mailfert, présidente de la Fondation des Femmes, qui a déploré sur BFMTV, une action trop faible de la part du gouvernement contre les violences conjugales. Et a taclé au passage le ministre de l’Intérieur, Gérald Darmanin qu’on « n’entend pas beaucoup sur le sujet ».

Ces associations n’ont pas été les seules à appeler le gouvernement à agir. Saisissant ce sujet désormais politique des opposants, d’ordinaire discrets sur les violences faites aux femmes, ont fait de la surenchère. À droite, le président des sénateurs LR Bruno Retailleau a déclaré : « Allons nous accepter longtemps de vivre dans un pays où en 24h une femme peut être assassinée par le feu et un policier tué par balle. La priorité absolue doit être d’opérer une révolution pénale pour rétablir l’autorité de l’État » (Un autre drame a eu lieu le même jour : un policier a été tué en intervention à Avignon.) Le leader de La France insoumise Jean-Luc Mélenchon a twitté « Le féminicide barbare de Mérignac, le 39ème ! Incapacité à protéger et à prévenir alors que l’alerte était donnée ! Ça suffit l’indifférence et le laisser-aller ».

Mission d’inspection

Et le gouvernement est intervenu. Ce n’est pas Gérald Darmanin mais Marlène Schiappa, ministre déléguée chargée de la Citoyenneté, auparavant en charge des Droits des femmes, qui s’est rendue en Gironde, jeudi 6 mai pour annoncer que les ministères de la Justice et de l’Intérieur ont déclenché une mission d’inspection. Objectif :  « vérifier les modalités de mise en œuvre de la mesure de sursis probatoire dont le mis en cause a fait l’objet », « examiner si cette prise en charge a été correctement effectuée et suivie » et « analyser les suites réservées à la plainte du 16 mars 2021 déposée par la victime », ont indiqué les ministères dans un communiqué conjoint. La mission devra rendre ses premières conclusions le 11 mai. 

Les premiers éléments confirment les dysfonctionnements dénoncés par les associations. Le meurtrier avait été condamné le 25 juin 2020 par le tribunal correctionnel de Bordeaux dans le cadre d’une comparution immédiate pour « violences volontaires par conjoint » sur sa compagne. Il avait écopé d’une peine de 18 mois de prison, dont neuf mois avec sursis, assortis d’un sursis probatoire pendant deux ans, avec mandat de dépôt décidé à l’audience, selon le parquet. Mais il ne portait pas de bracelet anti-rapprochement. Le dispositif n’était pas encore effectif en juin 2020 et la victime n’était pas équipée de téléphone grave danger. Personne ne sait pourquoi il était encore en possession d’une arme alors que depuis le Grenelle, les policiers sont incités à confisquer ces armes aux hommes violents.

La mobilisation des féministes n’a pas empêché France Info de (mal)traiter une nouvelle information sur des violences misogynes avec ce titre : « un homme frappe sa femme parce que sa bière n’est pas assez fraîche, il est placé en garde à vue ». Mais après réactions des féministes a fait une rectification avec excuses et le titre est devenu : « un homme placé en garde à vue après avoir frappé sa femme et sa fille » 

Lire aussi dans Les Nouvelles News

L’ETAT CONDAMNÉ POUR « FAUTE LOURDE » APRÈS UN FÉMINICIDE

LOI CONTRE LES VIOLENCES CONJUGALES ADOPTÉE SANS LE MOT « FÉMINICIDE »

TRAITEMENT JOURNALISTIQUE EXEMPLAIRE D’UN FÉMINICIDE À AUCH

MOBILISATION POUR UNE ACTION POLITIQUE DE PRÉVENTION DES FÉMINICIDES

FÉMINICIDE : DE FAITS DIVERS À SUJET POLITIQUE

Partager cet article

A VOUS DE JOUER

o Vous appréciez nos articles ?
o Vous voulez partager l’information pour que tout le monde ouvre les yeux sur l’inégalité des sexes ?
o Vous considérez que l’égalité dans les médias est la mère de toutes les batailles pour l’égalité ?
o Vous savez qu’un journal indépendant et de qualité doit employer des journalistes professionnels ?
Si vous avez répondu oui à une de ces quatre questions, faites un don pour financer l’information. Ce don est défiscalisé à 66 %. (Un don de 50 € vous coûte en réalité 17 €)

JE FAIS UN DON

2 commentaires

2 commentaires

Lili 11 mai 2021 - 12:31

Et l’intégration, on en parle? Chahinez était mariée à un algérien, rencontré en Algérie, qui attendait de sa femme la soumission au mari qu’on pratique dans l’Algérie la plus conservatrice. Elle a résisté, parce qu’en France on a la possibilité de le faire. Et il l’a tué. Tous les féminicides ne sont pas liés à l’interculturalité mais celui-ci l’est.
Il faut sortir du tabou. Je bosse avec des immigrés et des migrants issus de pays traditionnels. Ils ont plein de qualités et oui, ils sont discriminés. Mais ce ne sont pas des agneaux. Ils arrivent avec une vision des rapports hommes-femmes qu’ils ne sont pas prêts à lâcher. Les hommes ne se privent pas de revendiquer leur droit de continuer à vivre ainsi, notamment dans le couple puisque « c’est privé, on fait ce qu’on veut chez soi ». Les musulmans intégristes savent parfaitement utiliser les arguments masculinistes pour recruter leurs combattants parmi ces hommes (et parfois les femmes) déboussolés, sans repères, sans explication, et frustrés. Et pour ceux qui sont de bonne volonté, heureusement les plus nombreux, et bien c’est dur. Dur par rapport au groupe, dur par rapport aux parents restés au pays, à la religion, à leur éducation, dur par rapport l’image d’eux-même, de leur virilité. Encore plus dur quand leur condition pauvre limite leur fonction nourricière et leur capacité à être des partenaires intéressants pour les femmes dans un contexte où le couple est un choix.
Ce n’est pas être raciste que de l’admettre, c’est dire une réalité interculturelle qui est là mais qu’on nie. C’est se donner des outils pour accompagner ces personnes positivement.
Dénoncer la violence sexiste des mâles blancs c’est bien, mais regardons aussi celle des mâles non-blancs, elle a aussi son histoire et sa construction, et appelle des réponses et surtout une prévention adaptée.

Répondre
Isabelle Germain 18 mai 2021 - 10:38

il faut dénoncer la violence sexiste en général et la culture sexiste qui l’accompagne. Les 38 féminicides qui ont eu lieu avant celui-ci était le fait d’hommes de toutes origines

Répondre

Laisser un commentaire