Le Maroc face au viol

 

Amina, 16 ans, s'est donné la mort parce qu'elle avait été obligée d'épouser l'homme qui l'avait violée. L'affaire choque le Maroc, où la seule femme ministre (comme on le remarquait en janvier) plaide pour réviser la loi qui fait de la victime une criminelle, rapporte l'AFP.

L’article 475 du code pénal marocain permet à un violeur de choisir entre faire de la prison (5 ans au maximum) et épouser sa victime explique le quotidien marocain francophone L'Economiste, qui conclut :

« Les Marocains réclament en chœur que l’omerta soit brisée, que l’affaire Amina soit le catalyseur d’une révision de la loi, et d’une prise de conscience sur la gravité de…

La suite de cet article est accessible sur abonnement. Vos abonnements permettent aux Nouvelles News d'exister.

Je suis abonné·e,
je me connecte

Je m'abonne à partir de 1€

Vous devez vous connecter ou vous abonner pour ajouter cet article à votre classeur.

css.php