Le poison de la misogynie

jalousie200L’Express raconte « le poison de la jalousie », histoire de remettre les femmes à « leur » place de dominée.


 

Quand un journal fait un gros titre sur un « drame de la jalousie », c’est le plus souvent pour euphémémiser le crime d’un homme possessif qui n’a pas supporté d’être quitté. Même si les faits sont sordides, les mots sont plus proches de la grandeur des tragédies grecques que de la collection Arlequin.
Quand le mot « jalousie » est plaqué sur une femme, c’est l’image d’un crêpage de chignons qui se dessine. Ça devient quelque chose de tout petit, tout mesquin. Associé au mot poison, arme des femmes faibles et méchantes, le mot jalousie ravive…

La suite de cet article est accessible sur abonnement. Vos abonnements permettent aux Nouvelles News d’exister.

Pour accéder au contenu vous devez soit vous connecter soit vous abonner

css.php