Accueil International Le président des Etats-Unis dans la rue contre l’avortement

Le président des Etats-Unis dans la rue contre l’avortement

par La rédaction

Jane Roe -à ‘l’origine de l’arrêt légalisant l’IVG- et l’avocate Gloria Allred

Candidat à sa succession, Trump annonce qu’il participera à une marche contre l’avortement. Une attaque de plus contre le Droit des femmes.

« On se voit vendredi … grande foule ». Le président des Etats-Unis Donald Trump a annoncé dans un tweet qu’il participerait à la « March for life » ou marche arrière contre l’avortement. Il est le premier président des Etats-Unis à participer à cette manifestation qui a lieu à la date anniversaire de l’arrêt de la Cour suprême légalisant l’interruption volontaire de grossesse (IVG) aux Etats-Unis, le 22 janvier 1973.

Trump est constant dans la destruction de ce Droit des femmes. Dès son arrivée à la Maison Blanche un de ses premiers actes avait été de brider les ONG en signant un décret imposant que les Etats-Unis ne financent plus la moindre organisation qui favoriserait, de près ou de loin, l’accès à l’avortement. Sur la photo du président signant cette interdiction huit hommes, aucune femme (Voir : Entouré d’hommes, Trump restreint déjà l’accès aux droits reproductifs).

En avril 2017, il supprimait le financement public de l’accès aux services de planification familiale pour les personnes les plus pauvres (voir Aux États-Unis, nouvelle attaque contre le corps des femmes).

Depuis, plusieurs Etats conservateurs se sont senti pousser des ailes et ont adopté des lois très restrictives sur l’IVG. En mai dernier, par exemple, l’Etat de Georgie adoptait la loi «fetal heartbeat» («battement de cœur fœtal») interdisant l’avortement après environ six semaines de grossesse. Avec pour sanction : prison à vie et peine de mort en cas de recours illégal à l’IVG. (Voir : Polémique sur la grève du sexe contre l’interdiction de l’IVG)

Le président en campagne pour sa réélection a fait réagir  Elizabeth Warren, qui brigue l’investiture démocrate. Elle voit dans l’engagement de Trump, une attaque à destination des plus pauvres.  La candidate a ressorti un ancien débat dans lequel elle expliquait avoir vécu dans une «Amérique où l’avortement était illégal. Les femmes riches pouvaient se payer des avortements car elles pouvaient voyager et se rendre dans des endroits où cela était légal». Elle ne veut pas revenir en arrière.

Partager cet article

A VOUS DE JOUER

o Vous appréciez nos articles ?
o Vous voulez partager l’information pour que tout le monde ouvre les yeux sur l’inégalité des sexes ?
o Vous considérez que l’égalité dans les médias est la mère de toutes les batailles pour l’égalité ?
o Vous savez qu’un journal indépendant et de qualité doit employer des journalistes professionnels ?
Si vous avez répondu oui à une de ces quatre questions, faites un don pour financer l’information. Ce don est défiscalisé à 66 %. (Un don de 50 € vous coûte en réalité 17 €)

JE FAIS UN DON

0 commenter

Laisser un commentaire