Accueil Sans catégorie Le retour du refoulé macho est en marche

Le retour du refoulé macho est en marche

par Isabelle Germain

En voulant redonner du lustre à la fonction présidentielle, Emmanuel Macron a réactivé un imaginaire ultra-viril. Dans le sport, le machisme s’exprime, sa condamnation aussi.

Que de symboles ! Que de commentaires renforçant les symboles !  Après un président trop « normal », Emmanuel Macron a voulu redonner du lustre à la fonction présidentielle -ce que personne ne lui demandait vraiment. Et le voici adoptant une posture martiale dès le soir de sa victoire. Menton haut, pas lent, regard vers le lointain. Dès son investiture, ses premières attentions sont allées vers les militaires. Puis est venu le temps des poignées de main et des coups de menton virils à l’occasion du sommet de l’Otan. Des gestes commentés en boucle avec force rappels de grands hommes inspirant le nouveau chef de l’Etat.

Beaucoup de modèles pour les hommes, donc. Et pour les femmes ? Peu de discours dithyrambiques sur les rares femmes de pouvoir. En revanche beaucoup de récits « people » sur les conjointes suivant leurs hommes au sommet de l’Otan. Côté modèles, ce sont toujours les 5 figures fabriquées par les médias qui reviennent (Voir La Pasionaria, l’Egérie, la Muse, la Mère, la Madone). Quant au seul homme présent sur la photo des conjointes, il est le conjoint d’un homme. Lorsqu’un homme accepte de rester dans l’ombre d’une star de la politique, cette star est un homme.

S’il a contourné l’étape de la composition du gouvernement, qui est paritaire (avec des nuances), le refoulé macho a avancé en titubant pour boucler les investitures pour les législatives. Puis d’un pas beaucoup plus alerte quand il s’est agi de la composition des cabinets ministériels.

Dans les stades sportifs,on n’en est pas encore à l’étape du refoulement macho parce qu’il n’y a pas d’autocensure… Mais on approche doucement d’un rejet de certains comportements jusqu’ici admis. Quand un jeune tennisman agresse sexuellement une journaliste, quand des animateurs d’émission sportive en rient grassement, ils finissent par être sanctionnés et devoir présenter leurs excuses. Après une bronca sur les réseaux sociaux, tout de même.

Quelques pas en avant, plusieurs pas en arrière. Cette semaine, il faut se tourner vers le Royaume-Uni pour trouver un signal optimiste. A Glasgow, des femmes ont réussi à refouler le machisme. Elles sont en bonne voie pour obtenir des primes comparables à celles des hommes à travail équivalent.

 

3 commentaires

libre36 1 juin 2017 - 11:52

quand j’ai vu et entendu les commentaires concernant ce « con » obligeant LA journaliste à recevoir un baisé j’ai eu une colère froide. Et le pire c’est Holls devant Mme Lapix excusant ce « gamin » de vrai bouseux ces journalistes sportifs c’est grave
Aucun respect c’est du sexisme a ras la paquerette BRAVO messieurs votre vrai visage n’est pas engageant remettez vous en cause une bonne fois. ET ce soir vive les FOOTBALLEUSES allez !!

Répondre
flo 2 juin 2017 - 12:03

A propos de poignée de main virile et craquage de phalanges, il semblerait que Trump n’ait pas aimé la façon dont le french freluquet Macron l’a commentée dans la presse française… De là à imaginer que, piqué au vif, il ait sabordé tout exprès l’accord de Paris sur le climat pour laver l’affront fait au mâle alpha… Comment on dit connard en gorille ?

Répondre
Antigone 2 juin 2017 - 12:33

Trump !

Répondre

Laisser un commentaire