Accueil Politique & SociétéSanté Le sexisme attaque la santé mentale

Le sexisme attaque la santé mentale

par La rédaction

Selon une étude britannique, les femmes victimes de discrimination sexuelle sont trois fois plus susceptibles de souffrir d’une dépression.

Une étude de l’University College London (UCL) publiée dans le journal Health Psychology démontre le lien entre l’expérience du sexisme chez les femmes et leur bien-être mental. Près de 3 000 femmes membres d’une cohorte « the UK Household Longitudinal Study» ont donné des informations sur des discriminations liées au sexe qu’elles ont pu vivre au quotidien et sur leur état de santé mentale en 2009/2010, puis en 2013/2014. L’UCL leur demandait si elles s’étaient senties en danger, si elles avaient dû éviter certains endroits, été insultées ou agressées physiquement

Les situations dans lesquelles elles percevaient le plus les discriminations étaient : à l’extérieur dans la rue (77 %), dans les transports en commun (39,9 %) et dans les gares routières ou ferroviaires (38,9 %). La discrimination fondée sur le sexe était moins fréquemment signalée à l’école ou au travail (12 %) ou dans l’environnement familial (10,5 %). Celles qui percevaient davantage la discrimination étaient plutôt des Blanches, plutôt des riches et des diplômées du supérieur.

« Nous avons constaté que les femmes ayant signalé une discrimination sexuelle étaient plus susceptibles d’être déprimées et d’avoir une plus grande détresse psychologique, ainsi qu’une plus mauvaise santé », note Dr Ruth Hackett, co-auteure de l’étude. Les raisons ? Le sexisme peut être un obstacle à des modes de vie sains favorisant le bien-être mental, si par exemple les femmes évitent de faire du sport dans des environnements qu’elles jugent dangereux ou utilisent des substances pour faire face à des expériences discriminatoires. « Et une exposition répétée au stress lié au sexisme peut conduire à une ‘usure’ qui perturbe les processus biologiques normaux », ajoute la chercheuse.

Conclusion de Dr Sarah Jackson, autre auteure de cette étude : « La question de la discrimination sexuelle a suscité une attention croissante au cours des dernières années dans le sillage du mouvement #MeToo. Mais nos résultats sont particulièrement préoccupants. La discrimination sexuelle a un impact durable sur la santé mentale et le bien-être. Il faut donc s’attaquer au sexisme, non seulement en tant que problème moral, mais aussi en tant que problème pour la santé mentale. »

Laisser un commentaire