Accueil Politique & SociétéSanté Le stress de la double journée accroît les coronaropathies chez les femmes

Le stress de la double journée accroît les coronaropathies chez les femmes

par Camille Saint-Cricq

Aux Etats-Unis, une étude démontre que, chez les femmes, le stress au travail combiné au stress social augmentent le risque de développer une maladie coronarienne.

Selon une étude menée par des chercheurs de la Dornsife School of Public Health de l’université Drexel, le stress psychosocial pourrait accroître considérablement le risque de maladie coronarienne. Le stress au travail combiné au stress social augmentent fortement ce risque chez les femmes. Le stress au travail est d’autant plus fort qu’elles sont rarement à des postes de pouvoir et ont donc a subir des attentes et exigences élevées. Ce qui ne les rend pas sereines. A ce stress professionnel s’ajoute la charge mentale de la gestion du foyer et l’exécution des tâches domestiques, activités hautement stressantes encore assignées aux femmes.

Drexel s’est appuyé sur la Women’s Health Initiative Observational Study qui a recueilli des données sur un échantillon représentatif de 80 825 femmes ménopausées aux États-Unis, suivies de 1991 à 2015 dans le cadre de programmes de prévention du cancer, des maladies cardiaques et de l’ostéoporose. L’étude indique que les effets du stress professionnel et du stress social sur les femmes ont un impact considérable sur la santé, les deux étant associés à un risque 21 % plus élevé de développer une maladie coronarienne.

Près de 5 % des femmes ont développé une maladie coronarienne au cours des 14 années et sept mois de l’étude. Les chercheurs ont tenu compte de l’âge, du temps passé au travail et des caractéristiques socio-économiques et concluent que les événements de vie très stressants sont associés à une augmentation de 12 % du risque de maladie coronarienne. Une forte pression sociale est associée à une augmentation de 9 % du risque de maladie coronarienne.

Les maladies coronariennes sont la principale cause de décès aux États-Unis. « La pandémie de covid19 a mis en évidence les difficultés que rencontrent les femmes pour concilier travail rémunéré et organisation de la vie sociale » a rappelé Yvonne Michael, professeure associé à la Dornsife School of Public Health. « J’espère que ces résultats conduiront à mettre en place de meilleures méthodes de surveillance du stress sur le lieu de travail. Ces résultats nous rappellent la double charge à laquelle les femmes qui travaillent sont confrontées en raison de leur travail non rémunéré de soignantes à la maison. »

Cette nouvelle étude fait écho aux appels à des plans de relance féministe

Lire dans Les Nouvelles News

APPELS À UN PLAN DE RELANCE POUR L’ÉGALITÉ DES SEXES

INVISIBLE JOURNÉE DU TRAVAIL INVISIBLE

DES APPELS ET DES SOUS POUR SORTIR DE LA CRISE PAR L’ÉGALITÉ

Partager cet article

A VOUS DE JOUER

o Vous appréciez nos articles ?
o Vous voulez partager l’information pour que tout le monde ouvre les yeux sur l’inégalité des sexes ?
o Vous considérez que l’égalité dans les médias est la mère de toutes les batailles pour l’égalité ?
o Vous savez qu’un journal indépendant et de qualité doit employer des journalistes professionnels ?
Si vous avez répondu oui à une de ces quatre questions, faites un don pour financer l’information. Ce don est défiscalisé à 66 %. (Un don de 50 € vous coûte en réalité 17 €)

JE FAIS UN DON

0 commenter

Laisser un commentaire

Social Media Auto Publish Powered By : XYZScripts.com