Accueil International L’égalité des sexes enfin au G7

L’égalité des sexes enfin au G7

par La rédaction

Près de 2,5 milliards d’euros seront débloqués pour que les filles des pays en conflit ou en crise puissent aller à l’école. Et l’égalité des sexes sera à nouveau au sommet du G7 de Biarritz en 2019.


Derrière les coups de mentons du président américain et les échecs de cette édition 2018 du G7, une bonne nouvelle : l’égalité des sexes est devenue un sujet de ce sommet mondial des puissances économiques.

Malala Yousafzaï salue pour cette année « une avancée significative » : dans les deux ans qui viennent, près de 3,8 milliards de dollars canadiens (2,5 milliards d’euros) seront investis pour l’éducation des femmes et des filles dans les pays en situation de crise et de conflit. La jeune Pakistanaise Prix Nobel de la Paix, qui milite pour l’éducation des filles après avoir été la cible d’un attentat alors qu’elle allait à l’école, se réjouit de voir que la plupart des fonds promis iront au Partenariat mondial pour l’éducation.

La décision a été prise dès le début du G7. Le Canada, qui présidait le sommet, a pris cet engagement en partenariat avec l’Allemagne, le Japon, le Royaume-Uni, l’Union européenne et la Banque mondiale. Il s’agira là de « l’investissement le plus important jamais réalisé » dans ce domaine, qui « pourrait changer la vie de millions de femmes et de filles parmi les plus vulnérables dans le monde », assure le Canada.

La France ne prend pas part à cette initiative conjointe, mais s’était de son côté engagée en février dernier à verser 200 millions d’euros au Partenariat mondial pour l’éducation.

Justin Trudeau, le Premier ministre du Canada qui accueillait le G 7 cette année avait voulu un sommet « féministe » et mis en place dès janvier dernier un Conseil consultatif sur l’égalité des sexes co-présidé par  Isabelle Hudon, ambassadrice du Canada en France et  Melina Gates, co-présidente de la fondation Bill et Melina Gates.

Les 21 leaders féministes du Conseil consultatif sur l’égalité des sexes

 

L’éducation des filles a été une priorité cette fois-ci car « aujourd’hui, 75 millions d’enfants et de jeunes, majoritairement des filles, sont déscolarisés dans 35 pays en proie à des crises. Dans les contextes de vulnérabilité, les filles sont 2,5 fois plus susceptibles que les garçons de ne pas être scolarisées », rappelaient des ONG à la veille du sommet du G7. « Et lorsque les filles n’ont pas accès à l’éducation, elles sont plus vulnérables à la violence, notamment sexuelle,  à la discrimination et à l’exploitation, au mariage précoce et à la grossesse pendant l’adolescence. »

A l’avenir, les 21 leaders féministes du Conseil consultatif sur l’égalité des sexes, comme les appelle Isabelle Hudon ont  bien l’intention d’orienter le G7 sur d’autres thématiques comme l’égalité dans les sciences et dans l’économie en général.

La France étant le prochain pays d’accueil du G7, Emmanuel Macron s’est engagé à prolonger de un an ce Conseil consultatif. Le travail va donc se poursuivre jusqu’au prochain sommet du G7 qui se tiendra à Biarritz à la fin de l’été 2019.

Lire aussi dans Les Nouvelles NEWS :

Pour l’éducation des filles, “la France doit montrer l’exemple”

Malala Yousafzai, le retour de l’héroïne

 

A VOUS DE JOUER

o Vous appréciez nos articles ?
o Vous voulez partager l’information pour que tout le monde ouvre les yeux sur l’inégalité des sexes ?
o Vous considérez que l’égalité dans les médias est la mère de toutes les batailles pour l’égalité ?
o Vous savez qu’un journal indépendant et de qualité doit employer des journalistes professionnels ?
Si vous avez répondu oui à une de ces quatre questions, faites un don pour financer l’information. Ce don est défiscalisé à 66 %. (Un don de 50 € vous coûte en réalité 17 €)

JE FAIS UN DON

0 commenter

Laisser un commentaire

Social Media Auto Publish Powered By : XYZScripts.com