Accueil Culture Leïla Slimani et Yasmina Reza, doublé féminin pour les prix littéraires

Leïla Slimani et Yasmina Reza, doublé féminin pour les prix littéraires

par La rédaction
Leïla Slimani
Leïla Slimani

Leïla Slimani, Maghreb des Livres, février 2015. Par Indif [GFDL], via Wikimedia Commons

Le prix Goncourt à Leïla Slimani, le Renaudot à Yasmina Reza. Si les jurys des prix littéraires restent très masculins, davantage d’autrices sont récompensées ces dernières années.


 

Et de 12. Lauréate du prix Goncourt 2016, jeudi 3 novembre, pour son roman Chanson Douce, Leïla Slimani est la douzième femme à se voir attribuer le prestigieux prix littéraire français. La cinquième en 21 ans. Ils sont 102 hommes à l’avoir reçu depuis 1903.

L’an dernier, le groupe d’action féminisme La Barbe avait ironiquement félicité le jury du prix Goncourt pour son palmarès régulièrement masculin. Mais – hasard ou signe de changement ? – c’est la deuxième fois en trois ans, après Lydie Salvayre en 2014, que le jury du Goncourt consacre une autrice. Un jury qui a accueilli dans ses rangs, au début de l’année, la féministe Virginie Despentes, mais ne compte toujours que 3 femmes pour 7 hommes.

Autre prix littéraire, le Renaudot consacre en cette année 2016 une autre femme, Yasmina Reza, pour Babylone. Ce prix est lui aussi traditionnellement très masculin, avec 15 femmes, désormais, pour 88 hommes récompensés depuis 1926. Mais déjà en 2015 c’est une écrivaine, Delphine de Vigan, qui en avait été la lauréate.

La ministre de la Culture a adressé ses « chaleureuses félicitations aux femmes récompensées » par ces prix.

C’est la quatrième fois, dans leur histoire, que le prix Goncourt comme le Renaudot reviennent la même année à des autrices. En 1998 ils avaient été décernés, respectivement, à Paule Constat et Dominique Bona (aujourd’hui seule femme parmi les 10 membres du jury du Renaudot). En 1984 à Marguerite Duras et Annie Ernaux. Et en 1962 à Anna Langfus et Simonne Jacquemard.

 

Lire aussi sur Les Nouvelles NEWS :

La couverture (un peu moins) masculine de la critique littéraire

 

A VOUS DE JOUER

o Vous appréciez nos articles ?
o Vous voulez partager l’information pour que tout le monde ouvre les yeux sur l’inégalité des sexes ?
o Vous considérez que l’égalité dans les médias est la mère de toutes les batailles pour l’égalité ?
o Vous savez qu’un journal indépendant et de qualité doit employer des journalistes professionnels ?
Si vous avez répondu oui à une de ces quatre questions, faites un don pour financer l’information. Ce don est défiscalisé à 66 %. (Un don de 50 € vous coûte en réalité 17 €)

JE FAIS UN DON

2 commentaires

gomine 3 novembre 2016 - 15:27

triplé même avec le prix Renaudot Essai à Aude Lancelin !

Répondre
flo 6 novembre 2016 - 09:32

Pour le Goncourt, j’ose croire à l’effet « Despentes ».. saupoudré d’un effet « La Barbe » .. Ces messieurs des jurys seraient-ils en train de changer d’époque ? Et puis comme le soulignait une internaute, on attend avec impatience le cru 2017 pour voir si le Figaro osera titrer « prix littéraires : les hommes prennent le pouvoir ».
Une infographie parue dans le Monde, qui analysait l’attribution des prix littéraires par genres à travers les époques, a fait émerger une flopée de commentaires malveillants et misogynes, attribuant l’absence de femmes à leurs capacités limitées, leur manque de génie, d’ambition, leur désintérêt pour la chose littéraire… bref, sans qu’aucun de ces imbéciles n’évoque les interdictions et discriminations honteuses subies par les filles et les femmes durant les siècles passés et jusqu’à récemment, pour les écarter des lieux d’étude, de savoir et de connaissance…

Répondre

Laisser un commentaire