Les actrices de plus de 50 ans toujours cachées

par Isabelle Germain

Seulement 7 % des rôles ont été attribués à des actrices de plus de 50 ans dans les films sortis en 2021. L’Afaa tunnel de la comédienne de 50 ans note beaucoup de constance dans l’invisibilisation de ces femmes.

Les chiffres oscillent de quelques pouillèmes chaque année sans jamais décoller : les actrices de plus de 50 ans sont peu nombreuses sur le grand écran. L’Aafa (Actrices et acteurs de France associés) a compté la proportion de rôles attribués, en 2021, à des femmes entrées dans le tunnel des plus de 50 ans.  Et le moins que l’on puisse dire est que la fiction est très éloignée de la réalité. Si, dans la vraie vie, ces femmes représentent plus d’une femme sur deux, dans le 7ème art, elles sont cachées.

« Sur l’ensemble des films français sortis en 2021, seuls 7 % des rôles ont été attribués à des comédiennes de plus de 50 ans. En 2020 c’était 9 % ; en 2019 : 8% ; en 2016 : 6% ; et en 2015 : 8 %. Autant dire que rien ne bouge. » écrit l’Aafa. Qui ajoute : « Les femmes ne vieillissent toujours pas, elles disparaissent des écrans ! »

L’Aafa a ajouté une recherche à son étude : les réalisatrices font-elles davantage appel à des actrices de plus de 50 ans que les réalisateurs ? « Réponse : Non ! Car les chiffres sont sensiblement les mêmes : 8,5 % des rôles donnés à des femmes de plus de 50 ans côté réalisatrices et 7% des rôles côté réalisateurs. » Une différence cependant : « Les réalisatrices montrent à l’image autant d’hommes que de femmes de plus de 50 ans. Alors que les réalisateurs montrent à l’image deux fois plus d’hommes de plus de 50 ans que de femmes du même âge. »

Au final, en 2021 chez les actrices et acteurs de plus de 50 ans, les hommes ont obtenu 16 % des rôles contre 7% pour les femmes.

Et, chez les moins de 50 ans, les hommes sont déjà bien plus avantagés : ils raflent 60 % des rôles. D’emblée, « on a 1 fois 1/2  moins de chance de travailler au cinéma si on est une femme » écrit l’Aafa.

Quand l’Aafa compare la place des femmes et des hommes dans la société à leur place sur le grand écran, le décalage est énorme. Les hommes de plus de 50 ans représentent une personne sur quatre dans la vraie vie et une personne sur six dans les films sortis en 2021. Tandis que les femmes de plus de 50 ans représentent également une personne sur quatre dans la vraie vie mais seulement une sur treize sur le grand écran.

Le cinéma permet aux hommes de se rêver en multitude de héros tandis que l’horizon proposé aux femmes est réduit, voire obscur au-delà d’un certain âge.

Partager cet article

Laisser un commentaire