Accueil Société Les Antigones… what Sophocle ?

Les Antigones… what Sophocle ?

par La rédaction

Antigones2

Les Antigones sont apparues samedi 25 mai en s’en prenant aux Femen. « Simple rassemblement de femmes », comme elles se présentent, ou plutôt émanation du « Printemps français » ?


 

Les Femen ne laissent décidément pas indifférent. Si elles crispent nombre de féministes, les militantes aux seins nus engendrent, en opposition à leur actions, d’étranges monstres.

Le « Printemps français » a ainsi vu émerger une réponse masculine, les « Hommen », des jeunes hommes très à droite qui s’affichent torse nu contre le mariage pour tous.

Et voici qu’apparaît aujourd’hui le mouvement des Antigones. Ces jeunes femmes, tout de blanc vêtues à la mode antique, se revendiquent de l’héroïne de Sophocle. Elles ont cherché à manifester, samedi 25 mai, près du quartier général parisien des Femen, pour dénoncer leurs « méthodes totalitaires et manipulatrices ». Car « la femme a sa dignité, celle-ci ne passe pas par l’exhibitionnisme et l’hystérie », clament les Antigones, dont les écrits évoquent ainsi régulièrement « LA » femme – pas les femmes.

« Filles épouses, mères »

Les racines de ce mouvement, apparu il y a quelques jours à peine, restent mystérieuses. Mais il est difficile de ne pas y voir une autre émanation d’un conservatisme religieux qui s’est réveillé dans l’opposition au mariage pour tous. Les Antigones qui dénoncent des Femen « manipulatrices » ne le seraient-elles pas aussi ?

Car elles se disent « loin de toute considération politique ou confessionnelle », un « simple rassemblement de femmes ». Mais leur message est autrement plus parlant. Elles affirment s’indigner des méthodes des Femen, mais ce sont leurs attaques contre les religions qui les crispent aussi. Quant au conservatisme, il affleure à chaque phrase ou presque. Quand les Antigones se présentent, c’est en tant que « filles de nos pères, épouses de nos maris, mères de nos fils »… Et ce qu’elles revendiquent, ce n’est pas l’égalité, non. C’est « la complémentarité entre les hommes et les femmes qui fait la richesse de notre société », affirment-elles. La complémentarité, une notion contre laquelle se sont battues avec succès les Tunisiennes…

 

Lire aussi sur les Nouvelles NEWS :

Sur Femen, Amina… et Louise Bourgeois

Plus féministe que moi, tu meurs !

A VOUS DE JOUER

o Vous appréciez nos articles ?
o Vous voulez partager l’information pour que tout le monde ouvre les yeux sur l’inégalité des sexes ?
o Vous considérez que l’égalité dans les médias est la mère de toutes les batailles pour l’égalité ?
o Vous savez qu’un journal indépendant et de qualité doit employer des journalistes professionnels ?
Si vous avez répondu oui à une de ces quatre questions, faites un don pour financer l’information. Ce don est défiscalisé à 66 %. (Un don de 50 € vous coûte en réalité 17 €)

JE FAIS UN DON

11 commentaires

MEP 27 mai 2013 - 14:53

Excellent titre, au demeurant. Mais là, je flippe. Si réellement ce ne sont pas des manipulatrices, ces jeunes blanches cis-genre lisses, il y a fort à parier que ce sont des manipulées.

Répondre
tellinestory 27 mai 2013 - 21:16

Je vais me répéter ici aussi: ces charmantes oies blanches ont l’air d’ignorer qu’un papa/une maman, chez les Labdacides, c’était parfois un chouïa compliquer. Antigone, née de l’inceste entre Jocaste et Œdipe était tout autant fille de son frère que de son père et fille de sa mère que de sa grand mère. Et puis, la malédiction d’Œdipe, c’était parce Laïos avait commis un crime pédérastique.
Pour incarner les vertus familiales, y a mieux.
A moins de vouloir absolument prouver que de n’importe quelle famille, même incestueuse ou meurtrière, peuvent surgir de belles figures d’héroïnes. Et là, je m’incline.

Répondre
tellinestory 27 mai 2013 - 21:16

compliqué, pardon.

Répondre
De Profundis 28 mai 2013 - 06:01

« tellinestory »
Je vais me répéter ici aussi: ces charmantes oies blanches ont l’air d’ignorer qu’un papa/une maman, chez les Labdacides, c’était parfois un chouïa compliquer. Antigone, née de l’inceste entre Jocaste et Œdipe était tout autant fille de son frère que de son père et fille de sa mère que de sa grand mère. Et puis, la malédiction d’Œdipe, c’était parce Laïos avait commis un crime pédérastique.
Pour incarner les vertus familiales, y a mieux.
A moins de vouloir absolument prouver que de n’importe quelle famille, même incestueuse ou meurtrière, peuvent surgir de belles figures d’héroïnes. Et là, je m’incline.

on avait compris qu’elles étaient dingues mais avec cet éclairage en plus le doute n’est plus permis

Répondre
Lili 28 mai 2013 - 10:16

C’est assez marrant parce que ces jeunes filles de bonne famille, certes conservatrices sur les questions familiales, sont pour la plupart très diplômées, et bien décidées à avoir des carrières professionnelles. Qu’elles auront d’ailleurs, facilitées par leurs parcours scolaire brillant et leurs réseaux sociaux.

De ce fait, et même si le choix d’Antigone est assez … discutable, leur discours « complémentariste » n’est pas aussi réac qu’on ne veut bien le penser. Il est surtout naîf, parce que ces filles n’ont jamais été confrontées au sexisme dans la vie professionnelle (pour l’instant…). Avez vous vu leur moyenne d’âge???

De ce fait, je trouve intéressant qu’on puisse tout de même parler de la fierté d’être femme épouse et mère (et leurs camarades sont plutôt fiers d’être hommes époux et pères) lorsque la question de l’égalité professionnelle est acquise. C’est aussi revendiquer la conciliation vie de famille-vie pro.

Répondre
plop 28 mai 2013 - 17:11

Tu m’enlève les mots de la bouche, le nom de leur groupe ne les représentent pas ou alors on ne les a pas comprise !! 😉

« tellinestory »
Je vais me répéter ici aussi: ces charmantes oies blanches ont l’air d’ignorer qu’un papa/une maman, chez les Labdacides, c’était parfois un chouïa compliquer. Antigone, née de l’inceste entre Jocaste et Œdipe était tout autant fille de son frère que de son père et fille de sa mère que de sa grand mère. Et puis, la malédiction d’Œdipe, c’était parce Laïos avait commis un crime pédérastique.
Pour incarner les vertus familiales, y a mieux.
A moins de vouloir absolument prouver que de n’importe quelle famille, même incestueuse ou meurtrière, peuvent surgir de belles figures d’héroïnes. Et là, je m’incline.

Répondre
florence 28 mai 2013 - 17:48

lu sur leur site une petite phrase presque anodine : « nous revendiquons (…) notre devoir fondamental à être des femmes à part entière ». Je suis choquée. les femmes auraient-elles des devoirs spécifiques liés à leur sexe ? cela me rappelle un bouquin paru dans les années 50 qui évoquait les « devoirs » de l’épouse envers son mari.. ou pire les livres religieux dits « sacrés » particulièrement abondants en devoirs pour les femmes.. Nous avons la chance de vivre dans un pays qui garantit l’égalité des droits aux hommes et aux femmes, mais aussi l’égalité devant les devoirs. Les Antigones devraient y réfléchir

Répondre
magnum 28 mai 2013 - 21:12

J’ai été particulièrement choquée de leurs revendications: demander le renvoi dans leur pays des cheffes des Femen en France et l’arrêt des subventions (en supposant qu’il y en ait) à cette association. Mais de quoi elles se mêlent? Elles veulent rendre justice maintenant? Et basée sur quelle loi, exactement?
Sinon moi aussi j’attends impatiemment leur entrée dans le monde du travail, ça leur mettra un peu de plomb dans la cervelle.

Répondre
Lili 29 mai 2013 - 09:54

« magnum »
J’ai été particulièrement choquée de leurs revendications: demander le renvoi dans leur pays des cheffes des Femen en France et l’arrêt des subventions (en supposant qu’il y en ait) à cette association. Mais de quoi elles se mêlent? Elles veulent rendre justice maintenant? Et basée sur quelle loi, exactement?
Sinon moi aussi j’attends impatiemment leur entrée dans le monde du travail, ça leur mettra un peu de plomb dans la cervelle.

On peut ne pas soutenir ce groupe mais ne pas soutenir les Femen non plus. Les Femen sont des femmes jeunes et belles qui se mettent nues pour porter des idées que plus personnes n’entend. C’est du même niveau que vendre des bagnoles en mettant une femme jeune et belle à côté.
Je suis une femme, et j’entends défendre mes convictions (quelles qu’elles soient) avec mon cerveau, mon discours, mon intelligence, mes manifs. Je n’ai pas encore vu un homme se mettre à poil pour défendre n’importe quelle cause.
Alors désolée mais si le féminisme c’est les Femen, non.

Répondre
Lili 29 mai 2013 - 10:04

« magnum »

Sinon moi aussi j’attends impatiemment leur entrée dans le monde du travail, ça leur mettra un peu de plomb dans la cervelle.

… ou pas. Ces filles ont la chance d’avoir confiance en elles, fait pour la plupart des études, et bénéficier de bons réseaux. Elles subiront moins les discriminations.

De plus elles valorisent la vie familiale. Etre à temps partiel est pour elles une situation satisfaisante puisque permettant de travailler (souvent dans un job épanouissant) et de passer du temps avec leurs enfants (et c’est épanouissant !!).

Les garçons qui les soutiennent sont des hommes à qui on a appris que s’occuper de ses enfants est valorisant pour un homme, certes dans la « complémentarité », avec tout ce que cela a de discutable, mais dans la responsabilité. Ce que bien d’autres femmes auront du mal à trouver…

Je commence à bien connaître ce milieu familial, avec tout ce qu’il a de stéréotypé et de contraignant, mais d’un autre côté j’y vois des femmes qui ont une vie familiale et professionnelle, et des hommes qui osent dire à leur patron « je ne suis pas là demain parce que mon fils est malade et ma femme ne peut pas s’absenter du boulot », j’y vois des hommes-patrons qui ont le souci de ne pas encourager le présentéisme au travail, qui se valorisent comme père, qui poussent leurs filles dans les études. (pour le partage des tâches ménagère par contre, l’horreur….)

Répondre
MEP 30 mai 2013 - 12:39

+1 lili

« magnum »
Sinon moi aussi j’attends impatiemment leur entrée dans le monde du travail, ça leur mettra un peu de plomb dans la cervelle.

Heu l’objectif n’est pas d’avoir plaisir à les voir être cassées par le sexisme ambiant dans le monde du travail, non plus… Je pense qu’on peut surtout leur renvoyer le fait que si elles peuvent avoir une carrière professionnelle intéressante et épanouissante, c’est que d’autres avant elles se sont battues pour une émancipation des femmes face au patriarcat et à l’ordre moral, et que donc, se ranger derrière leurs « maris à tout prix », ça risque de les transformer en pondeuses savantes qu’on écoutera d’une oreille dans les réceptions qu’elles organiseront dans leurs salons feutrés… Mais certainement pas en actrices de la société.

Répondre

Laisser un commentaire