Accueil Sans catégorie Les bonnes clientes des médias

Les bonnes clientes des médias

par Isabelle Germain

Harpie, via Wikimedia Commons

Pour être une « bonne cliente » et s’exprimer dans les médias, il faudrait taper sur les féministes ou se transformer en harpie.

C’était couru d’avance. Après le mouvement contre le harcèlement et les violences sexuelles, un groupe de femmes est venu taper sur les féministes, les accusant de verser dans le puritanisme, l’extrémisme et de vouloir tuer la séduction. Les critiques ne s’appuient pas sur des faits précis mais plus souvent sur des fables comme celle de l’ascenseur. 

Et c’est le « quotidien de référence » Le Monde qui a publié cette tribune, donnant ainsi la parole à des femmes qui n’ont pas d’expertise particulière en matière d’égalité femmes/hommes ou de lutte contre les délits et crimes sexuels. Peu d’information, voire de la désinformation, mais beaucoup de buzz

Les Nouvelles NEWS ont appris qu’au même moment des parlementaires et la Secrétaire d’État à l’égalité entre les femmes et les hommes, Marlène Schiappa, avaient proposé une autre tribune, mais Le Monde l’a jugée trop « convenue ». Une « bonne cliente » tape sur les féministes, elle n’écrit pas des textes à l’encre de l’expertise. 

Depuis, Le Monde s’est rattrapé en donnant la parole à des historiennes reconnues, Michelle Perrot et Christine Bard. Il n’empêche. Un « bon client », une « bonne cliente » est celui ou celle qui entre dans la grille de lecture du journal et permet de faire de l’audience.

Je ne suis pas une bonne cliente. Il m’est arrivé d’être invitée sur des radios ou télévisions à l’occasion d’études que nous faisions à l’Association des femmes journalistes, lors de la sortie d’un livre ou en tant que fondatrice des Nouvelles NEWS. Et puisque j’étais dans le rôle de la féministe, les journalistes attendaient que je m’énerve, que je sorte un sécateur, que je devienne hystérique. Un jeune journaliste a même fini par me dire : « Mais il faut vous énerver ! » Au final, dans son reportage, je m’exprimais trois minutes sur des éléments factuels. Puis, immédiatement derrière, Elisabeth Lévy assassinait mes propos en disant que mes chiffres ne rimaient à rien et qu’il fallait arrêter de parler de sexisme des médias, puisque des femmes pouvaient très bien réussir, comme elle. Hors sujet, mais elle eut le dernier mot. Pour être « bonnes clientes » il faut soit taper sur les féministes, soit se transformer en furie, ou les deux. Voilà comment les médias imposent le tempo.

Pas moyen d’aborder paisiblement la question, que soulève la tribune du Monde, que les féministes ont aussi soulevé, et que la loi a déjà traitée : celle de la frontière entre drague et harcèlement. Trop convenu ?

 

Partager cet article

A VOUS DE JOUER

o Vous appréciez nos articles ?
o Vous voulez partager l’information pour que tout le monde ouvre les yeux sur l’inégalité des sexes ?
o Vous considérez que l’égalité dans les médias est la mère de toutes les batailles pour l’égalité ?
o Vous savez qu’un journal indépendant et de qualité doit employer des journalistes professionnels ?
Si vous avez répondu oui à une de ces quatre questions, faites un don pour financer l’information. Ce don est défiscalisé à 66 %. (Un don de 50 € vous coûte en réalité 17 €)

JE FAIS UN DON

5 commentaires

5 commentaires

09 Aziza 11 janvier 2018 - 16:14

En ce moment, le Canada travaille à inclure les groupes et associations féministes/d’aide aux femmes en tant qu’EXPERTES dans des comités de révision de procédures insatisfaisantes concernant des agressions, ou des actes pédophiles. celui me frappe, c’est que les signataires n’ont absolument aucune expérience des luttes de femmes, et beaucoup vivent dans une bulle protégée. Comment se fait il alors qu’on publie si complaisamment et sans précautions leurs propos de café du commerce? Car enfin ce qu’elles racontent n’est rien d’autre que la confusion habituelle entre jeu de séduction d’adultes consentants et agressions ou viol. Ce sont de potiches qui n’ont pas encore compris qu’il s’agit de domination qui procure une jouissance sexuelle, et pas d’attirance. J’espère que leurs agents leur ont conseillé un silence prudent.

Répondre
Isabelle Germain 11 janvier 2018 - 16:32

pour les « grands médias » qui ont pignon sur rue, le féminisme n’est pas un sujet de fond mais un prétexte à bagarre et buzz

Répondre
Francoise Sanquer 11 janvier 2018 - 16:38

« qu’on en parle en bien, qu’on en parle en mal , l’essentiel est qu’on en parle ! »

Répondre
Olivier MONTULET 12 janvier 2018 - 20:41

J’ai envoyé un commentaire critique vis à vis des positions de cet article… visiblement il a été censuré. Si ça est la libéralisation de la femme…

Répondre
Olivier MONTULET 16 janvier 2018 - 14:15

L’excès nuit en tout et en particulier au féminisme. « Balance ton porc » est de ces excès injustifiables, illégitimes et impardonnables.
Je pense que la tribune de « Balance ton porc » et la vague de haine contre les « 100 signataires » ont été bien plus violentes et envahissantes que cette tribune à laquelle vous attribuez indument une sur visibilité.

Répondre

Laisser un commentaire