Accueil Culture Les créatrices de BD refusent la « médaille en chocolat »

Les créatrices de BD refusent la « médaille en chocolat »

par La rédaction
Créatrices de BD, médaille en chocolat
Créatrices de BD, médaille en chocolat

Médaille de chevalier des Arts et des Lettres, par Robert Prummel sur Wikipedia néerlandais, CC BY-SA 3.0.

Tanxxx, Aurélie Neyret, Julie Maroh et Chloé Cruchaudet rejettent leur promotion au rang de chevalier des Arts et Lettres. Elles dénoncent un coup de communication de Fleur Pellerin.


 

Un volume de plus pour la série « sexisme à Angoulême ». Après la polémique à rebondissements autour de l’absence de créatrices dans la liste du Grand Prix du Festival de la Bande dessinée, elles sont quatre à pousser un nouvau coup de gueule. Cette fois contre leur promotion au rang de chevalier des Arts et des Lettres, annoncée par la ministre de la Culture Fleur Pellerin le 28 janvier, en plein Festival.

Quatre autrices – Tanxxx, Aurélie Neyret, Julie Maroh et Chloé Chruchaudet – refusent ouvertement cette promotion. Toutes déplorent d’abord le fait de n’avoir pas été informées au préalable. Et dénoncent ensuite une récupération. Une démarche saluée ailleurs dans le milieu de la bande dessinée.

 

Pour Aurélie Neyret, « la surprise et l’incompréhension laissent vite place au sentiment d’être utilisée pour faire un coup de communication. En effet, cette promotion groupée se veut une réponse à la polémique sur les femmes dans la BD, ce n’est rien d’autre que ça. Les auteures dans cette liste sont toutes signataires de la Charte contre le sexisme, Riad Sattouf et Christophe Blain ont été parmi ceux qui se sont retirés de la liste originale des sélectionnés au Grand Prix qui ne comportait aucune femme. » Julie Maroh relève d’ailleurs ce tweet de la ministre qui lie en effet cette nomination à la polémique, avec le mot-dièse #womendobd.

 

Première à avoir réagi, dans un post de blog au vitriol, Tanxxx (allergique aux décorations en général) s’indigne en outre que, dans son communiqué, le ministère ait révélé son vrai nom, sans son accord : « Sans doute était-ce pour bien insister sur le fait que je suis une femme que le ministère a dévoilé ainsi mon patronyme, se torchant totalement avec mon droit au pseudonymat alors que je bataille depuis un bail pour ne plus avoir ce genre de problème. Ah, y’a pas à tortiller, le ministère est vraiment plein de respect pour les artistes. »

« Les auteurs et les autrices de bande dessinée ne veulent pas de médaille en chocolat de la part du gouvernement, nous voulons du dialogue et des mesures concrètes », insiste Julie Maroh. En rappelant, comme Julie Neyret, l’étude des Etats généraux de la BD dévoilée à Angoulême, et selon laquelle 50% des femmes dans la BD (et 32% des hommes) vivaient sous le seuil de pauvreté en 2014.

 

Lire aussi sur Les Nouvelles NEWS :

Annie Thébaud-Mony, une médaille dans la mare

Angoulême et les créatrices de BD : ultime cafouillage

100 créatrices de BD valent moins qu’un auteur

 

A VOUS DE JOUER

o Vous appréciez nos articles ?
o Vous voulez partager l’information pour que tout le monde ouvre les yeux sur l’inégalité des sexes ?
o Vous considérez que l’égalité dans les médias est la mère de toutes les batailles pour l’égalité ?
o Vous savez qu’un journal indépendant et de qualité doit employer des journalistes professionnels ?
Si vous avez répondu oui à une de ces quatre questions, faites un don pour financer l’information. Ce don est défiscalisé à 66 %. (Un don de 50 € vous coûte en réalité 17 €)

JE FAIS UN DON

4 commentaires

LOL MDR 2 février 2016 - 12:56

Riad Sattouf s’est fait un énorme coup de pub sur le dos des féminazi, tu m’étonnes qu’elles ragent !

J’adore l’hypocrisie du milieu de la B.D. Par derrière ils sont machos comme pas possible mais devant les médias ils se disent tous féministes.

Ils se la jouent super gauchistes de gauche aussi, alors que ce milieu est sauvagement libéral et ethnocentré.

Avec des rebelles pareils le pouvoir peut dormir tranquille…

Répondre
flo 2 février 2016 - 14:40

Le communiqué du ministère me laisse songeuse… « chevaliers » « auteurs » « créateurs » « dessinateurs »… de l’invisibilité dans la BD à l’invisibilité linguistique, les auteures apprécieront.. il serait peut-être urgent de se procurer le guide de la féminisation des métiers dans les ministères. Tant qu’à faire, relire Eliane Viennot serait un plus… Donner l’exemple en s’affranchissant de règles grammaticales imposées par les misogynes du 17e siècle aurait autrement plus de gueule que distribuer des médailles de « chevalier » !

Répondre
Hélène 2 février 2016 - 15:27

En tout cas moi je suis bien contente parce qu’avec toutes ces histoires j’ai découvert de chouettes talents!

Répondre
gnangnan 2 février 2016 - 15:29

La pellerin ferait mieux de s’occuper d’amazon qui n’a pas plus de place en France qu’über…
elle s’est déjà ridiculisée avec Modiano, et elle continue avec ses médailles en chocolat.
/ Notons que seules les femmes ont le courage de refuser ce genre d’idioties.

Répondre

Laisser un commentaire