Accueil Eco & Social Les entreprises féminisées réussissent mieux

Les entreprises féminisées réussissent mieux

par Arnaud Bihel

Une étude du Crédit Suisse est la deuxième en quelques semaines à faire le lien entre féminisation et performance. Reste cette question : les femmes rendent-elles les entreprises ‘meilleures’, ou est-ce parce que les ‘meilleures entreprises’ sont plus féminisées ?


 

C’est une nouvelle étude du Credit Suisse Research Institute qui semble le confirmer : une plus grande présence féminine parmi les cadres supérieurs améliore la performance des entreprises.

Selon cette étude publiée lundi 22 septembre, qui porte sur plus de 3000 grandes entreprises dans le monde, depuis 2005 la surperformance annuelle de celles qui comptent au moins une femme dans leur Conseil d’administration est d’environ 2,5%. Ces entreprises, et celles qui comptent des femmes dans leur top management, « ont aussi de meilleurs rendements de fonds propres, de ratios cours/valeur comptable et de coefficients de couverture du dividende ».

Quelques semaines plus tôt, une étude du cabinet Development Dimensions International se vantait d’être la première à montrer clairement que « les sociétés qui comptent les plus grandes proportions de femmes à des postes de direction sont plus performantes » (Voir : Les bénéfices de la mixité en entreprise)

Corrélation, pas causalité

Ainsi, « la preuve financière est irréfutable » selon le communiqué de presse du Crédit Suisse : « la diversité de genre aux postes de direction améliore le rendement ».

Mais il importe de prendre un peu de recul. Ces chiffres font état d’une corrélation, pas forcément d’une causalité. Ce que souligne d’ailleurs l’étude : « Nous ne sommes pas en mesure de conclure : les femmes rendent-elles les entreprises ‘meilleures’, ou est-ce parce que les ‘meilleures entreprises’ comptent plus de femmes dans leurs conseils d’administration ? »

Les entreprises dirigées par des femmes ne prennent pas moins de risques

Autre constat de l’étude : la proportion de gains reversés en dividende aux actionnaires est plus importante dans les entreprises possédant plus de 10% de femmes aux principaux postes de direction.

Un autre résultat va à l’encontre des idées reçues : les entreprises dirigées par des femmes ne prennent pas moins de risques. Techniquement, le ratio d’endettement sur capitaux propres n’y est pas moins élevé.

Par ailleurs, ce n’est pas une surprise, « la participation des femmes dans le top management a tendance à s’orienter vers des positions de moindre influence, et avec moins de possibilités de promotion ».

 

Partager cet article

A VOUS DE JOUER

o Vous appréciez nos articles ?
o Vous voulez partager l’information pour que tout le monde ouvre les yeux sur l’inégalité des sexes ?
o Vous considérez que l’égalité dans les médias est la mère de toutes les batailles pour l’égalité ?
o Vous savez qu’un journal indépendant et de qualité doit employer des journalistes professionnels ?
Si vous avez répondu oui à une de ces quatre questions, faites un don pour financer l’information. Ce don est défiscalisé à 66 %. (Un don de 50 € vous coûte en réalité 17 €)

JE FAIS UN DON

0 commenter

Laisser un commentaire