Accueil International Les Etats-Unis s’engagent dans une politique féministe

Les Etats-Unis s’engagent dans une politique féministe

par Isabelle Germain

Le président Joe Biden et la vice-présidente Kamala Harris ont annoncé la création d’un « Conseil de la Maison Blanche pour la politique du genre »

« Guider et coordonner la politique gouvernementale ayant un impact sur les femmes et les filles dans des domaines tels que la sécurité économique, les soins de santé, la justice raciale, la violence sexiste et la politique étrangère, en travaillant en coopération avec les autres conseils politiques de la Maison Blanche» : c’est l’objectif du  nouveau Gender Policy Council, Conseil pour la politique du genre du gouvernement des Etats-Unis. La création de ce nouveau conseil a été annoncé par le nouveau président Joe Biden et la vice-présidente Kamala Harris dès leur prise de fonction.

Ce Gender Policy Council sera présidé par Jennifer Klein et Julissa Reynoso Pantaleón. Jennifer Klein est responsable de la stratégie de TIME’S UP, le mouvement contre le harcèlement sexuel fondé en 2018 et soutenu par des stars d’Hollywood. Elle était conseillère de la campagne Biden-Harris et, avait aussi soutenu et conseillé Hillary Clinton lors de la campagne présidentielle de 2016. Julissa Reynoso est l’assistante du président et cheffe de cabinet de la première dame, Jill Biden. Elle fut ambassadrice des États-Unis en Uruguay et vice-secrétaire d’État adjointe d’Obama. Cette annonce a enthousiasmé l’institute for women’s policy research (IWPR) : « À l’IWPR, nous sommes impatients de travailler avec elles et avec la communauté des femmes en général pour faire avancer un programme qui renforcera le pouvoir et l’influence des femmes dans la société, accélérera la réduction de l’écart de rémunération, renforcera nos infrastructures de soins, protégera et défendra la liberté et l’autonomie des femmes en matière de reproduction et contribuera à mettre fin à la violence et au harcèlement sexuels, entre autres », a déclaré C. Nicole Mason, docteur en philosophie, présidente et directrice générale de l’Institut de recherche sur les politiques relatives aux femmes.

L’ancienne conseillère à la sécurité nationale Susan Rice, qui est également la nouvelle directrice du Conseil de politique intérieure, l’un des organes avec lesquels le nouveau Conseil travaillera, a déclaré que ce nouvel effort « sera essentiel pour mobiliser chaque partie de notre gouvernement et travailler directement avec les communautés pour garantir que toutes les femmes et les filles ont droit à l’égalité des droits et des chances. » TheHill.com rapporte qu’elle ajoute : « Des soins de santé à l’économie, en passant par l’éducation et la sécurité nationale , chaque question est une question de femmes »

La politique du genre n’est pas une première aux Etats-Unis mais les quatre ans de trumpisme avaient voulu la faire oublier. L’administration Obama avait créé le Conseil de la Maison Blanche sur les femmes et les filles, qui réunissait des membres placés à la tête de chaque agence fédérale et des principaux bureaux de la Maison Blanche, elle devait faire en sorte que la question du genre influence tous les aspects de la gouvernance et serve de point central pour la coordination des politiques. Auparavant, c’était, George W. Bush qui avait supprimé le Bureau des initiatives et de la sensibilisation des femmes de la Maison Blanche dès son entrée en fonction. Initié par Hilarry Clinton , en liaison avec les organisations de femmes ce bureau proposait un « programme pro-femmes et pro-famille ».

 La nouveauté chez Biden est de ne plus parler seulement de « femmes » mais de « genre ». Le Conseil de Biden est en effet le premier à utiliser « Gender » dans son nom au lieu de « Women ».  Un peu comme si on s’éloignait d’une politique de bonnes oeuvres en faveur des femmes pour mettre les hommes et les femmes à égalité dans les choix politiques.  L’IWPR applaudit : « En étant intersectionnel, le Conseil travaillera à travers le gouvernement fédéral pour faire avancer les politiques et les programmes qui se centrent sur les femmes et les filles noires, indigènes et de couleur, les femmes et les filles immigrantes, les femmes et les filles LGBTQ et les femmes et les filles handicapées. »

Lire aussi dans Les Nouvelles News

CES FEMMES QUI GOUVERNERONT AVEC BIDEN

LA PREMIÈRE MINISTRE NÉO-ZÉLANDAISE MÈNE UNE POLITIQUE DU BIEN-ÊTRE

KAMALA HARRIS : « LA PREMIÈRE MAIS PAS LA DERNIÈRE ». ET PAS «PREMIÈRE DAUPHINE!»

UN G7 FÉMINISTE, VRAIMENT ?

MOBILISATION FÉMINISTE POUR LE G7

LES FEMMES DIRIGEANTES MEILLEURES QUE LES HOMMES FACE À LA PANDÉMIE ?

PLAIDOYER POUR UNE ÉCONOMIE FÉMINISTE

Partager cet article

A VOUS DE JOUER

o Vous appréciez nos articles ?
o Vous voulez partager l’information pour que tout le monde ouvre les yeux sur l’inégalité des sexes ?
o Vous considérez que l’égalité dans les médias est la mère de toutes les batailles pour l’égalité ?
o Vous savez qu’un journal indépendant et de qualité doit employer des journalistes professionnels ?
Si vous avez répondu oui à une de ces quatre questions, faites un don pour financer l’information. Ce don est défiscalisé à 66 %. (Un don de 50 € vous coûte en réalité 17 €)

JE FAIS UN DON

0 commenter

Laisser un commentaire