Accueil MédiasBruits et chuchotements Qui fait l’info ? Les femmes se frayent un chemin

Qui fait l’info ? Les femmes se frayent un chemin

par La rédaction

Au fil de l’actualité, beaucoup de bruit pour les hommes, un peu plus qu’avant pour les femmes sur l’écume de l’information. Rembobinons la semaine.

Greta Thunberg, 16 ans, militante suédoise pour le climat à la COP24

Vendredi 22 février. Le salon de l’agriculture va ouvrir ses portes demain et son titre est cette année « des femmes, des hommes, des talents » et pour en parler dans les journaux, le micro est tendu à davantage de femmes que les années précédentes. Et pas seulement pour des sujets ghetto « les femmes agricultrices » qui les font passer pour des incongruités. La présidente de la FNSEA, Christiane Lambert parle d’agriculture dans toutes les gazettes. Et les acteurs du bio et de la permaculture sont souvent des actrices.

Autre sujet qui commence à monter : la mobilisation des jeunes pour le climat. Et c’est la Suédoise de 16 ans, Greta Thunberg, qui rassemble autour d’elle des militants « plus chauds que le climat ». En France  l’étudiant Hugo Viel était invité sur Europe 1 pour en parler.

Jeudi 21 février : il est surtout question de l’affaire Benalla. L’occasion d’entendre les Sénateurs se poser en rempart contre des excès de pouvoir à l’Elysée  et des membres de la majorité leur reprocher de lancer une « torpille politique ». Peu de femmes parmi les impétrants. La mort du djihadiste Fabien Clain est également largement commentée dans les journaux. Tout comme l’identité de l’individu qui a le plus vivement agressé Alain Finkielkraut. Cet individu se trouve d’ailleurs sur la couverture de L’Express consacrée à l’antisémitisme, et sur celle du Point qui donne la parole à Manuel Valls rappelant qu’il s’est senti un peu seul quand il combattait Dieudonné

Mercredi 20 février. Karl Lagarfeld est mort et toutes les gazettes rendent hommage au grand créateur de mode qu’il fut. Tout un symbole sur la place des femmes et des hommes dans les médias et dans la société. Les plus grands créateurs de mode sont des hommes. Et ce sont des femmes qui portent leurs œuvres. L’homme est créateur, la femme est sa créature.
Ce décès n’éclipse pas les manifestations contre l’antisémitisme qui ont eu lieu partout en France. Et ce sont principalement des hommes qui s’expriment ou qui sont montré dans les journaux, qu’il s’agisse d’agresseurs ou de militants. Les femmes sont, le plus souvent, citées ou interrogées en tant que victimes ou témoins anonymes à l’exception de Delphine Horvilleur, rabbin du Mouvement juif libéral de France(MJLF). En revanche, ces événements ont laissé peu de place au coup d’envoi de la « diplomatie féministe » à la française qui posait de premiers jalons à l’Elysée la veille.

Mardi 19 février. L’actualité ne se focalise pas autour d’un événement en particulier, la hiérarchie de l’information est propre à chaque titre. Et c’est une femme, Nathalie Loiseau, ministre chargée des Affaires européennes qui est en une du Monde pour évoquer « le repli européen ». Le cercle vertueux est bien enclenché : la parité aux postes de pouvoir donne davantage de visibilité aux femmes et les rend plus légitimes à ces postes. Dans Libération, c’est Delphine Horvilleur, rabbin du Mouvement juif libéral de France (MJLF) qui est en couverture. Les autres grands quotidiens font leurs unes avec des hommes. Le Parisien a recueilli les confidences du patron du contre-espionage tandis que le Figaro s’interroge sur le retour des djihadistes.

Lundi 18 février, beaucoup de journaux commencent à parler des abus sexuels dans l’église. Deux événements les incitent à évoquer le sujet : un sommet sur les agressions sexuelles dans l’Eglise catholique organisé par le Vatican le jeudi 21 février et le film de François Ozon, « Grâce à Dieu » primé à Berlin. Une assignation en référé avait été déposée par un prêtre mis en examen  pour obtenir un report de la sortie du film mais ce film a pu sortir en salles mercredi. Ces deux événements mettent en scène beaucoup d’hommes. Il faut chercher assez loin derrière les unes pour parler d’un autre scandale : le viol des religieuses. Ce tabou, qui semble annexe, fait l’objet d’un documentaire qui sera diffusé sur Arte le 5 mars prochain. Son titre : « Religieuses abusées, l’autre scandale de l’église » Tout un symbole.

Partager cet article

A VOUS DE JOUER

o Vous appréciez nos articles ?
o Vous voulez partager l’information pour que tout le monde ouvre les yeux sur l’inégalité des sexes ?
o Vous considérez que l’égalité dans les médias est la mère de toutes les batailles pour l’égalité ?
o Vous savez qu’un journal indépendant et de qualité doit employer des journalistes professionnels ?
Si vous avez répondu oui à une de ces quatre questions, faites un don pour financer l’information. Ce don est défiscalisé à 66 %. (Un don de 50 € vous coûte en réalité 17 €)

JE FAIS UN DON

0 commenter

Laisser un commentaire