Accueil Médias Les femmes, toujours pas bienvenues dans les journaux

Les femmes, toujours pas bienvenues dans les journaux

par Isabelle Germain

Elles comptent toujours pour moins de 20 % des personnalités les plus médiatisées : 18,5 % en 2021 contre 19,3 % en 2020.

Les femmes n’intéressent toujours pas beaucoup les médias d’information, sauf peut-être dans les rubriques cultures, quand elles pointent de jolis minois pour jouer des rôles écrits par des hommes ou interpréter des chansons. C’est l’impression que donne chaque année le classement des 1000 personnalités les plus médiatisées.

Pour sa 9ème édition, ce comptage effectué par Aday via sa plateforme Tagaday est établi à partir d’un échantillon de 3000 titres de la presse française et sites du web éditorial, du 1er janvier au 15 décembre 2021. Et les résultats concernant la place des femmes dans ce palmarès sont très proches de ceux de l’an dernier, elles dégringolent légèrement : elles comptent pour 18,5 % des 1000 personnalités citées par ces médias contre 19,3 % en 2020.

Lire : EN 2020, LA PLACE DES FEMMES DANS LES MÉDIAS NE S’EST PAS RÉDUITE

Si des hommes politiques occupent les cinq premières places, c’est un footballeur qui occupe la sixième. La première femme à apparaître dans ce classement est Marine Le Pen à la 7ème place. Puis il faut attendre les 16ème et 17ème places pour trouver respectivement Valérie Pecresse et Anne Hidalgo. A noter que deux hommes, également candidats ou ex-candidats à l’élection présidentielle se situent devant elles. Xavier Bertrand à la 11ème place et Eric Zemmour à la 15ème. Il faut attendre la 24ème place pour voir Angela Merkel puis la 30ème pour voir Roselyne Bachelot. Devant elles, encore beaucoup de footballeurs… Une femme a été nettement plus visible qu’en 2020, Sandrine Rousseau, candidate à la primaire EELV : 113ème elle a gagné 1245 places. On comprend mieux, s’il en était besoin, pourquoi les observateurs et acteurs de la politique affirment qu’ils « n’avaient pas vu venir Valérie Pecresse !  (Lire : PRÉSIDENTIELLE : DES CAMPAGNES « FÉMINISTES MAIS »)

Des muses et des rebelles

La catégorie « sport » représente 46 % des personnalités de ce classement. Et les femmes ne représentent que 6% des personnalités du sport citées par les médias, comme l’an dernier, malgré des JO au cours desquels beaucoup d’athlètes se sont distinguées.

 La catégorie « culture et médias » est en recul représentant 21 % des personnalités contre 25 % l’an dernier. Et comme les femmes de cette catégorie représentent le gros des petits bataillons de femmes citées dans les médias, leur visibilité est globalement en recul.

Dans cette catégorie « culture et médias », elles comptent pour 39 % des personnes citées. On y trouve des actrices comme Marion Cotillard, des chanteuses comme Lady Gaga, ou, en bonne place, Meghan Markle qui s’est distinguée par des confessions très médiatiques. Plus loin dans le classement figurent aussi des journalistes et autrices qui se sont distinguées par des dénonciations du système de domination masculine en diffusant des témoignages contre des hommes puissants : Camille Kouchner autrice de La familia grande ou encore Marie Portolano  coréalisatrice du documentaire Je ne suis pas une salope.

Quid des scientifiques et médecins qui se sont exprimés sur le Covid ? Ils apparaissent principalement dans la catégorie « autre personnalités et administration ». A noter : Philippe Juvin est classé en « politique » (il est élu LR et était candidat à la primaire), et Michel Cymes dans la catégorie « Culture & Médias ».

Aday a extrait pour LesNouvellesNews.fr le classement de ces personnalités scientifiques. Et seule l’infectiologue Karine Lacombe apparait dans ce top 10 Elle occupe la 717ème position et a perdu 136 places par rapport à 2020. 

La place des femmes dans les médias est toujours aussi faible et stéréotypée et les incantations au changement n’y font rien. 

 

Lire aussi dans LesNouvellesNews.fr

SYLVIE PIERRE-BROSSOLETTE, UNE JOURNALISTE À LA TÊTE DU HCE

DANS LA PRESSE ÉCRITE, LE SEXISME SE PORTE TOUJOURS BIEN

PPDA ACCUSÉ, #METOOMEDIAS : LE 4ÈME POUVOIR MIS EN CAUSE

RENTRÉE RADIO : DES GRILLES UN PEU MOINS STÉRÉOTYPÉES

L’HYPER-VIRIL ET LA POUPÉE, « SEXISME EN LIBERTÉ » SUR YOUTUBE

« #SALEPUTE » : COMMENT LES CYBERHARCELEURS MUSELLENT LES FEMMES

Laisser un commentaire