Accueil CultureCinéma Les folles tribulations d’une architecte parisienne

Les folles tribulations d’une architecte parisienne

par Valérie Ganne

« Notre dame » dresse le portrait léger d’une femme débordée, incarnée avec fantaisie par Valérie Donzelli, ici premier rôle et réalisatrice.

© Rectangle Productions – France 2 Cinéma – Scope Pictures – Les Films de Françoise

Maud Crayon, au nom prédestiné, remporte sur un malentendu un concours de la mairie de Paris pour le réaménagement du parvis de Notre Dame. Déjà débordée entre ses deux enfants, son ex-mari et son patron tyrannique, elle va devoir affronter un chantier colossal, un bébé et le retour d’un amour de jeunesse. De quoi péter les plombs… On l’accompagne dans cette tempête individuelle, à laquelle s’ajoute en toile de fond la tempête collective de notre monde (précarité, violence des rapports sociaux, dérèglement climatique) dans la ville de Paris.

Les deux premiers films de Valérie Donzelli étaient de petits bijoux en partie autobiographiques. En 2009 elle réalisait et jouait dans « La reine des pommes » comédie fantaisiste et légère sur les déboires amoureux, tous les rôles masculins étant tenus par son compagnon Jérémie Elkaïm. Plus sombre, mais non dénué d’humour, « La guerre est déclarée » (2011) était le récit de leur combat commun contre la maladie qui touchait leur fils.

On retrouve dans « Notre Dame » le petit décalage constant, le détournement de l’anxiété vers la comédie déjà présents dans ces deux films : un seul costume pour chaque comédien, une épidémie de claques entre passants, des ruptures de ton imprévues accueillant dans certaines scènes la magie, la danse, les rêves et même le chant.

Outre le plaisir de contempler Notre Dame et sa flèche intacte (le film a été tourné avant l’incendie), on se régale des partitions des acteurs, notamment du côté masculin : Bouli Lanners, Thomas Scimeca, Pierre Deladonchamps, Samir Guesmi, Philippe Katerine entourent avec talent la réalisatrice qui s’est offert le premier rôle. Au final, cette comédie imparfaite prend le risque de déplaire quand elle est trop foutraque, mais surtout de séduire grâce à sa liberté de ton.

Bande annonce de « Notre dame »

Ce qu’en dit la réalisatrice :

A propos de Notre-Dame : « Je crois que je suis la dernière personne à avoir filmé la cathédrale telle qu’elle était,. Ce n’est pas un film sur Notre-Dame, tout cela est un pur hasard, et depuis la polémique qui oppose modernistes et conservateurs, le film est au cœur du sujet. Cela me dépasse un peu.. »

A propos de l’héroïne, Maud Crayon : « Elle n’a pas présenté le concours et se retrouve de fait dans la situation d’une mystificatrice. Du coup, elle n’ose rien dire et se laisse marcher sur les pieds. Et c’est parce qu’elle ne s’impose pas face à ces gens qu’elle va devoir en passer par ce scandale et réussir enfin à s’affirmer. Elle va se libérer de ses chaînes professionnelles et amoureuses. « Notre dame » est d’abord une comédie sur la reconstruction. Maud perdra beaucoup avec ce concours mais elle gagnera encore plus : sa liberté. »

« Notre dame », de Valérie Donzelli, (France, 1h30) avec Valérie Donzelli, Virginie Ledoyen, Pierre Deladonchamps, Thomas Scimeca. Produit par Rectangle, distribué par Ad Vitam

 

Partager cet article

A VOUS DE JOUER

o Vous appréciez nos articles ?
o Vous voulez partager l’information pour que tout le monde ouvre les yeux sur l’inégalité des sexes ?
o Vous considérez que l’égalité dans les médias est la mère de toutes les batailles pour l’égalité ?
o Vous savez qu’un journal indépendant et de qualité doit employer des journalistes professionnels ?
Si vous avez répondu oui à une de ces quatre questions, faites un don pour financer l’information. Ce don est défiscalisé à 66 %. (Un don de 50 € vous coûte en réalité 17 €)

JE FAIS UN DON

0 commenter

Laisser un commentaire