Les Iraniennes, héroïnes de l’année

par La rédaction

Pour le magazine Time, les héroïnes de l’année 2022 sont les femmes d’Iran, pionnières du soulèvement contre la République islamique.

Chaque fin d’année, la Une du Time magazine met à l’honneur des personnalités ayant marqué l’histoire du monde. Si la personnalité de l’année 2022 est le président de l’Ukraine, Volodymyr Zelensky, qui incarne la résistance de son pays face à l’invasion de la Russie, le Time distingue aussi les « femmes iraniennes » comme « héroïnes de l’année ». Le mouvement qu’elles mènent dans les rues du pays est « éduqué, laïc, libéral » écrit le magazine Etats-Unien.

Le Time a aussi publié une vidéo sur son compte Twitter montrant des manifestations récentes, dont la plupart ont été violemment réprimées par la police iranienne. 

Le Time raconte que l’histoire de la révolte des Iraniennes n’a pas commencé avec la mort de Mahsa Amini, brutalement arrêtée par la police de mœurs pour une mèche de cheveux qui dépassait. Cette révolte s’est amplifiée et intensifiée depuis ce terrible événement. Toute une génération est entrée en rebellion depuis quelques années. « Au cours de l’hiver 2017, une jeune femme du nom de Vida Movahed s’est hissée sur un poteau électrique de la rue de la Révolution, au centre de Téhéran, et a suspendu son foulard blanc à un bâton. Cet acte de dissidence, étonnamment pacifique, avait l’apparence d’un drapeau blanc de reddition. Pourtant, en ne portant pas son hijab, Movahed défiait les codes vestimentaires du système.  Elle est restée là pendant une heure, jusqu’à ce qu’elle soit arrêtée pour avoir enfreint la loi.  L’image de son acte silencieux et courageux a fait le tour d’Instagram. » Et d’autres ont fait comme elle et créé sur les réseaux sociaux le mot dièse #TheGirlsofRevolutionStreet. Partout, les femmes font des entorses au code vestimentaire imposé par le régime.

La photojournaliste iranienne Forough Alaei a immortalisé des infirmières, chanteuses, ou encore certaines ayant enlevé leur hijab en signe de protestation.

Contrairement à un « immortel » qui ne cite que des hommes quand il parle de courage à l’Académie française (lire ici). Ce n’est pas la première fois que le Magazine déroge à la suprématie masculine dans les médias.

Lire :

GRETA THUNBERG PERSONNALITÉ DE L’ANNÉE, LES CLIMATOSCEPTIQUES EN COLÈRE (2019)

« CELLES QUI ONT BRISÉ LE SILENCE », PERSONNALITÉS DE L’ANNÉE POUR TIME (2017)

GITANJALI RAO, 15 ANS, PERSONNALITÉ DE L’ANNÉE POUR LE TIME (2015)

 

 

Partager cet article

Laisser un commentaire