Les Pussy Riot se sont invitées à la Coupe du monde

par La rédaction

Le groupe punk rock féministe russe revendique l’interruption du match de finale de la Coupe du Monde.  Elles ont passé la nuit au poste de police. Ajout le 17 juillet : 15 jours de prison.

A la 52è minute du match de finale de la Coupe du monde de football, trois femmes et un homme en uniforme ont fait irruption sur la pelouse du stade Loujniki à Moscou. Après avoir réussi à courir au milieu des joueurs, les quatre personnes ont été rapidement et énergiquement reconduites vers la sortie par les membres de la sécurité. L’une d’elle a au passage réussi à taper dans les mains du chouchou de l’équipe de France Kylian Mbappé.

Pussy Riot a immédiatement revendiqué cette performance sur les réseaux sociaux. Le groupe explique qu’il représente les « policiers célestes qui surveillent doucement les supporteurs du Mondial » contrairement aux « policiers terrestres » russes qui « dispersent les manifestations » et « font du mal à tous » selon les Pussy Riot.

Mais surtout  Pussy Riot a demandé la libération de certains prisonniers politiques en Russie comme le cinéaste ukrainien Oleg Sentsov, condamné à 20 ans de camp par la justice russe pour « terrorisme » et « trafic d’armes » et revendiqué la liberté de pensée dans le pays.

Pussy Riot qui signifie « émeute de chattes », en anglais, est un groupe de punk rock féministe russe créé en 2011 à Moscou. En 2012,  des activistes de ce groupe qui avaient interprété une danse anti-Poutine dans le chœur de la cathédrale moscovite du Christ-Sauveur la veille de l’élection présidentielle, ont été emprisonnées.

Voir En Russie, le féminisme punk mène en prison

De son côté,  l’agence officielle russe Tass, a annoncé que la police de Moscou, a interpellé «trois jeunes femmes et un jeune homme» et les a «emmenés à un poste de police». Sur leur compte twitter, les Pussy Riot indiquent qu’elles y ont passé la nuit et n’ont pas pu voir leur avocat.
Ajout le 17 juillet : Les quatre Pussy Riot ont été condamné.es à quinze jours de prison et il leur est interdit d’assister à des événements sportifs pendant trois ans. 

 

Video des Pussy Riot

Partager cet article

1 commenter

Irène Kaufer 16 juillet 2018 - 20:18

bravo lesnouvellesnews de raconter l’histoire au féminin alors que la plupart des médias, parce qu’il y avait un homme parmi les activistes, la racontent au masculin, effaçant complètement le sens de ce collectif, « l’émeute des chattes »

Répondre

Laisser un commentaire

Are you sure want to unlock this post?
Unlock left : 0
Are you sure want to cancel subscription?