Accueil MédiasBruits et chuchotements « Paris féminin » : l’espace public sans femmes

« Paris féminin » : l’espace public sans femmes

par La rédaction

12 % de noms de femmes avec beaucoup de saintes : le dessinateur Alcatela propose une carte choc du « Paris féminin ».

Des saintes, des « Notre-Dame », quelques reines et « filles de » et de rares rebelles…. Les femmes ne sont pas complètement absentes des noms donnés aux espaces publics à Paris mais elles n’occupent que 12 % de cet espace. Et les rôles auxquels ces 12 % sont assignées révèlent la place que les décideurs veulent laisser aux femmes dans la société. C’est ce qui est frappant dans l’œuvre d’Alcatela, Alexis Carlier, dessinateur passionné de cartographie et d’odonymie.

En traçant les contours du « Paris féminin », il montre beaucoup de vide et la faible place laissée aux femmes  dans les noms de rues, de boulevards ou de stations de métro. Le métro « filles du calvaire » saute aux yeux, la cathédrale Notre-Dame de Paris, à quelques encablures de Notre-Dame-des-Champs où de l’église de la Madeleine partage l’espace féminin avec une ribambelle de saintes et un « passage de la vierge ». La tour Eiffel, rebaptisée « Notre dame de fer » reprend la même symbolique. Perdus au milieu de ces saintes, la place Olympe de Gouges, le nom de Flora Tristan ou les noms des six femmes entrées au Panthéon donnent un peu de respiration. Des exceptions qui sortent des rôles assignés aux femmes.

Ces rebelles ne sont entrées que très récemment dans l’espace public. Et il a fallu de longues batailles féministes pour en arriver là (voir ci-dessous). « 12 % des noms de rues sont donnés à des femmes, 66 % à des hommes. La plupart du temps, il n’y a que des axes secondaires. J’ai estimé la part d’avenues à 1 % et la part des placettes à 50 % ou des promenades, c’est très déséquilibré. Dans le 16ème arrondissement, on trouve beaucoup de femmes des propriétaires » explique Alcatela dans ActuParis.fr.

Pour élaborer son projet, il s’est rapproché de la Maison des Femmes de Saint-Denis, qui accompagne les femmes victimes de violences conjugales. Il indique qu’une part du prix de ses dessins sera reversée à cette association : 16,8 %, comme l’écart salarial entre les femmes et les hommes… 

Lire aussi dans LesNouvellesNews.fr

SEULES 2% DES RUES PORTENT DES NOMS DE FEMMES

21 % DE FEMMES DANS LA LISTE DE LA DIVERSITÉ

QUAND LES NOMS DE RUES SE FÉMINISENT

NOMS DE RUES : « ET LES FEMMES ? » DEMANDE ROSELYNE BACHELOT

DES NOMS DE FEMMES POUR LES RUES : DEUX PARLEMENTAIRES INTERPELLENT LES MAIRES

DANS LES RUES DE NANTES, LES FEMMES IMPOSENT LEUR NOM

PROMENADE GISÈLE HALIMI À PARIS

HALIMI À LA PLACE DE NAPOLÉON À ROUEN ? LAMENTO DANS LES MÉDIAS

ARRÊTS JOAN BAEZ OU SERENA WILLIAMS, QUAND LE MÉTRO DE NEW YORK SE FÉMINISE

LE COMBAT DES FEMMES DU TRAM

A VOUS DE JOUER

o Vous appréciez nos articles ?
o Vous voulez partager l’information pour que tout le monde ouvre les yeux sur l’inégalité des sexes ?
o Vous considérez que l’égalité dans les médias est la mère de toutes les batailles pour l’égalité ?
o Vous savez qu’un journal indépendant et de qualité doit employer des journalistes professionnels ?
Si vous avez répondu oui à une de ces quatre questions, faites un don pour financer l’information. Ce don est défiscalisé à 66 %. (Un don de 50 € vous coûte en réalité 17 €)

JE FAIS UN DON

0 commenter

Laisser un commentaire

Social Media Auto Publish Powered By : XYZScripts.com