Accueil Sans catégorie L’immunité amoureuse dans la presse

L’immunité amoureuse dans la presse

par Isabelle Germain

immunité_amoureuseDans l’affaire de la tuerie de Rivesaltes, la presse, une nouvelle fois, « requalifie » en histoire d’amoureux éconduit des affaires de viol et de violence. Comment les femmes qui lisent « amour » quand elles pensent « terrorisme » peuvent imaginer être prises au sérieux si elles portent plainte ?


 

Encore un. Encore un qui tout récemment a immédiatement bénéficié de l’immunité amoureuse accordée par certains journalistes en matière de violences conjugales, qualifiant le meurtrier d’« amoureux déçu » : celui-ci, dépossédé de son objet fétiche, en l’occurrence une femme de 30 ans quand il en a 78, saisit un fusil et prend la vie de trois innocents. Nous sommes le 3 mars.

Et puis, le lendemain, la déclaration du procureur, citant la jeune femme : Joachim Toro la violait depuis son enfance (il avait 58 ans à l’époque, et elle 10), payant pour que ça dure. Quand elle a enfin trouvé le courage de dire non, la violence est passée à un niveau supérieur : menaces et harcèlement.

Or, voici les titres du premier jour : « Une déception amoureuse à l’origine du triple meurtre de Rivesaltes » ; « Trois hommes abattus à Rivesaltes : un drame du dépit amoureux » ; « Fusillade/Rivesaltes : fureur amoureuse » ; « Une rupture amoureuse à l’origine de la tuerie » ; « Un amant déçu »…

Ces titres sont la plaie des violences conjugales (on entend par « violence conjugale » toute violence émanant de quelqu’un avec qui on a, ou on a eu, une relation intime, pas besoin d’avoir été marié ni concubin, donc). Ils sous-entendent, comme souvent le contenu des articles, la culpabilité de l’amour, et par conséquent, de la femme concernée. Il faut comprendre : si elle ne l’avait pas quitté, tout cela ne serait pas arrivé. Or, c’est l’inverse : si elle part, elle se sépare, c’est pour échapper aux cris, aux viols et souvent, aux coups et blessures. Pour survivre, voire, vivre libre.

Les écoles de journalistes ne forment pas à ces questions

« Amoureux éconduit, crime passionnel, drame de la rupture, différend conjugal… », dit la presse. Alors les femmes qui lisent « amour » quand elles pensent « terrorisme » se demandent qui va les prendre au sérieux si elles tentent de parler de leur situation. D’autant que partir, c’est souvent plus difficile et plus risqué que de rester.

Pourquoi en est-on là ? Parce que les écoles de journalistes ne forment pas à ces questions, laissant au sensationnel du fait divers la priorité sur la réalité bien concrète des situations. Par exemple, sur les 25 femmes qui ont tué leur conjoint ou ex-conjoint en 2009, 12 ont agi pour sauver leur peau : « C’est lui ou moi ». C’est ça, la réalité.

La loi du 9 juillet 2010 relative aux violences faites spécifiquement aux femmes, aux violences au sein des couples et aux incidences de ces dernières sur les enfants, prévoit des cours de sensibilisation destinés « aux médecins, aux personnels médicaux et paramédicaux, aux travailleurs sociaux, aux agents des services de l’état civil, aux agents des services pénitentiaires, aux magistrats, aux avocats, aux personnels de l’éducation nationale, aux personnels d’animation sportive, culturelle et de loisirs et aux personnels de police et de gendarmerie. »

Il est grand temps d’inclure les futur/es journalistes. De prévoir, dans les écoles de journalisme, des formations aux questions de violences sexistes et sexuelles. Leur apprendre que si un homme tue sa conjointe ou son ex-conjointe, ou quiconque en vue, point de romantisme : c’est parce qu’il est orgueilleux, s’estime tout-puissant. On n’est pas dans l’amour, on est dans la domination (ici, justement, tout concorde : viol sur mineure, chantage financier, menaces…) Leur expliquer, aux futur/es journalistes, qu’il ne faut pas voir là une crise isolée : il y a forcément des antécédents, une relation parsemée de cruautés diverses. Que ce n’est jamais par déception amoureuse que l’on tue sa femme, son ex-amie ou le nouveau compagnon de celle-ci, ses enfants, ou trois passants.

 

Natacha Henry, dernier livre paru : Frapper n’est pas aimer, enquête sur les violences conjugales en France (Denoël, 2010).

  

Partager cet article

A VOUS DE JOUER

o Vous appréciez nos articles ?
o Vous voulez partager l’information pour que tout le monde ouvre les yeux sur l’inégalité des sexes ?
o Vous considérez que l’égalité dans les médias est la mère de toutes les batailles pour l’égalité ?
o Vous savez qu’un journal indépendant et de qualité doit employer des journalistes professionnels ?
Si vous avez répondu oui à une de ces quatre questions, faites un don pour financer l’information. Ce don est défiscalisé à 66 %. (Un don de 50 € vous coûte en réalité 17 €)

JE FAIS UN DON

14 commentaires

14 commentaires

Hypathie 15 mars 2011 - 14:35

Super l’article. Ça suffit comme cela la minimisation des meurtres de femmes et de la violence qui nous est infligée. Ce cas de la tuerie de Rivesaltes était particulièrement remarquable dans la progression de son dévoilement et de son traitement.

Répondre
pasgal 15 mars 2011 - 16:58

en tant que journaliste, je vous soutiens. En tant qu’homme, j’en ai marre de la présomption de violence! :-*

Répondre
isabelle germain 15 mars 2011 - 18:19

@pasgal Pas de généralisation dans cet article. Il ne s’agit pas de présumer violents tous les hommes. Mais de ne pas transformer la victime en coupable et vice versa. Qualifier l’auteur de viols et de crimes de monstre par exemple au lieu de le qualifier d’amoureux éconduit ne veut pas dire que tous les hommes sont des monstres. En revanche euphémiser avec « amoureux éconduit » laisse croire que la femme a bien cherché ce qui lui est arrivé.

Répondre
sandrine 15 mars 2011 - 19:50

J’ai proposé d’en parler en ecole de journalisme, pour l’instant, cela n’a pas été accepté….

Répondre
PaoBligé 17 mars 2011 - 10:37

Frapper n’est pas aimer.
Le titre suffit.
Et ça commence avec la violence éducative, ordinaire ou pas, mère de toutes les autre violences, dont les violences faites aux femmes, encore banalisées comme le dénonce l’article.

Répondre
Agnès 17 mars 2011 - 12:17

Si je comprend bien, la question du genre est totalement absente des écoles de journalisme. On ne se pose pas la question de savoir d’où je parle ?

Répondre
Adrien Blanc 17 mars 2011 - 14:01

En école de journalisme, on nous apprend d’abord à être prudents ! Or dans le cas de Rivesaltes, que j’ai eu à couvrir en tant que journaliste local, je recevais les informations au compte-gouttes (avec pour principale source le procureur de la République) : le jour même on a appris que le meurtrier présumé venait de perdre son frère, puis que sa « compagne » venait de le quitter et ce n’est qu’au milieu de la journée du 4 mars qu’on appris qu’il aurait abusé de la jeune femme depuis qu’elle était enfant. A moins d’être là au moment où les évènements se produisent, un journaliste ne peut pas aller plus vite que la musique et surtout pas tirer des conclusions hâtives.

Répondre
mario 17 mars 2011 - 18:29

Cher pasgal,
ici, il n’est pas tellement question de « présomption » de violence… et la violence ne commence pas a partir du moment ou il y a coups,blessures visibles, mort… plutôt que de résister et vous sentir injustement pointé du doigt, j’aimerais tellement vous inspirer le sentiment qu’il est bon pour nous, hommes, de se voir et s’assumer partie prenante de cette société qui est, il faut être de mauvaise fois pour ne pas le reconnaitre, caractérisée par un rapport de domination au détriment des femmes. J’attends le jour ou, nous, les hommes, cesseront de nous mettre sur la défensive et de se sentir victime des revendications des femmes, pour devenir vraiment courageux: regarder en face la manière dont nos actions quotidiennes agissent dans le sens de ce rapport de domination, et prendre la responsabilité de transformer nos comportements, nos soi-disant personnalités immuables,pour établir de véritables réciprocités. Nous arriverons certainement ainsi a arrêter de confondre domination avec amour, et verrons a quel point nous avons a gagner…

Répondre
isabelle germain 18 mars 2011 - 08:36

@Adrien Blanc. Cette chronique de Natacha Henry ne porte pas de jugement sur la véracité des faits rapportés. Elle critique le choix des mots utilisés. Nous sommes journalistes, nous pratiquons la religion des faits. Mais la façon dont nous présentons ces faits structure le réel, il me semble important que les écoles de journalisme travaillent sur le sexisme de l’info.

Répondre
Danielle Pautal 18 mars 2011 - 19:52

ces « crimes passionnels » sont présentés comme excusables parce que l’amour… Mais dans le Code pénal, la « passion  » est une cause aggravante…

Répondre
Ninhursag 20 mars 2011 - 16:30

Mario, si tous les hommes pouvaient ouvrir leurs yeux et leur coeur comme vous le faites. Toujours un grand plaisir de lire les propos d’un homme éclairé !

Répondre
reinette 20 mars 2011 - 20:36

effectivement… il est inqualifiable d’utiliser un tel titre « amoureux » pour un homme qui dominait, violait une femme ! Les écoles de journalisme ne sont pas vraiment coupables… plutot les directions de journaux : ils faut vendre, le sensationnal permet de vendre.

Répondre
Emilie Martin 21 mars 2011 - 09:10

Excellent sujet. Oui, la violence contre les femmes semble être normal ou un mal nécessaire dans notre société qui discrimine les femmes sans que personne ne s’en offusque. Vous souvenez-vous de ce député qui avait assassiné sa compagne s’était suicidé et avait reçu les hommages de l’Assemblée? L’exemple vient de haut. Pourquoi les hommes se priveraient-ils de ce privilège?
Ce n’est pas que le problème des journalistes qui ne sont malheureusement que le reflet de la société dans son ensemble qui pense que les victimes femmes l’ont « forcément cherché ».

Répondre
Laure Colmant 21 mai 2011 - 10:48

D’accord avec vous sur le constat dans la presse. Mais les écoles de journalisme ne forme qu’une infime partie des journalistes encartés. 20 % pour toutes les formes de journalisme. 12% si on en reste à la presse écrite. Je doute que ce soit suffisant. Je crois qu’il s’agit d’une formation plus générale et que ce ne serait pas un mal de rappeler un certain nombre de choses essentielles dès le collège ou le lycée plutôt que de se contenter de constater.
Cela dit, l’un n’empêche pas l’autre. Comme nous avons parlé cette année de la représentation de la femme et de son absence dans les médias à un niveau valorisant

Répondre

Laisser un commentaire