Accueil CultureCinéma Lion d’Or pour Chloé Zaho

Lion d’Or pour Chloé Zaho

par La rédaction

Chloe Zhao, Vegafi, Creative commons

La 77e édition de la Mostra de Venise fait triompher la réalisatrice de « Nomadland », cinquième femme à recevoir un Lion d’Or.

 Samedi 12 septembre, le Lion d’Or de la 77e Mostra de Venise a été décerné à la cinéaste américaine d’origine chinoise Chloé Zhao. Son film, qui a enthousiasmé le jury autant que la critique, est un road trip chez les « van dwellers », ces Américains qui vivent dans leur véhicule et enchaînent les petits boulots. Il raconte la dure vie d’une femme veuve et sexagénaire, incarnée par Frances Mc Dormand. Elle a perdu sa maison avec la crise des subprimes et part sur les routes du Far West en habitant dans sa camionnette. C’est le troisième long-métrage de la réalisatrice. C’est d’ailleurs depuis un fourgon à Pasadena, en Californie, qu’elle a remercié le jury. Un clin d’œil à l’histoire de son film pour un festival rendu exceptionnel par la crise sanitaire mondiale.

Chloé Zhao est la cinquième femme à remporter le lion d’or depuis que le festival de Venise existe (5 femmes sur 77 lauréats donc). Il en a fallu des batailles et des explications ! Pas facile de contrer les fausses évidences d’organisateurs sûrs d’eux affirmant « on récompense les meilleurs » en ignorant les biais sexistes qui entravent la production de films par les femmes, les carrières des réalisatrices et les jugements des jurés.

Et ce n’est pas fini. Car, même si une femme décroche cette année la plus haute distinction, le reste du palmarès n’est pas très différent des autres années. Les femmes n’ont ni le prix du jury, ni celui du meilleur réalisateur… Seul le prix d’interprétation féminine a fait monter une femme sur le podium.

Mais à force de protestations bruyantes depuis le mouvement #MeToo, le monde du septième art se remet en question. Lentement… A la Mostra de Venise par exemple, quand, en 2018, une seule femme était en compétition sur 21 candidatures pour le Lion d’or, le directeur du festival ne voyait pas où était le problème. Sous la pression, ce festival, comme celui de Cannes ou d’Hollywood ont fait des efforts. Cette année, le jury de la compétition était présidé par une femme, l’actrice australo-américaine Cate Blanchett. Et huit films étaient réalisés par des femmes sur les 18 en lice.

Sur RFI, Siegfried Forster, se demandait si cet exceptionnel nombre de films de femmes sélectionnés n’était pas dû « à la crise sanitaire, à l’absence de « blockbusters hollywoodiens et de superproductions Netflix » qui laisseraient « plus de place à des films novateurs. » Mais elle préfère croire que c’est le monde autour qui a changé : « du mouvement #MeToo jusqu’à la pandémie de Covid-19, en passant par les accents de plus en plus menaçants des géants du numérique et de la crise écologique. Et si cela – plus que la théorie du vide – expliquait la forte poussée des femmes dans l’univers du cinéma ? »

Lire aussi dans Les Nouvelles News 

« LES CHANSONS QUE MES FRÈRES M’ONT APPRISES », UNE AUTRE AMÉRIQUE. Film de Chloé Zaho 
« PARITÉ INTÉGRALE » AUX CÉSAR
L’ACADÉMIE DES OSCARS S’OUVRE. ADÈLE HAENEL INVITÉE
QUI SONT LES RÉALISATRICES LABELLISÉES CANNES 2020 ?
LE 7ÈME ART SE REMET EN QUESTION, DOUCEMENT
CÉSAR : ET À LA FIN, ILS TRIOMPHÈRENT. FORESTI « ECŒURÉE »
Partager cet article

A VOUS DE JOUER

o Vous appréciez nos articles ?
o Vous voulez partager l’information pour que tout le monde ouvre les yeux sur l’inégalité des sexes ?
o Vous considérez que l’égalité dans les médias est la mère de toutes les batailles pour l’égalité ?
o Vous savez qu’un journal indépendant et de qualité doit employer des journalistes professionnels ?
Si vous avez répondu oui à une de ces quatre questions, faites un don pour financer l’information. Ce don est défiscalisé à 66 %. (Un don de 50 € vous coûte en réalité 17 €)

JE FAIS UN DON

1 commenter

1 commenter

Valérie 15 septembre 2020 - 09:28

Même si c’est un timide progrès, c’est déjà mieux que le Festival de Cannes (les jurys ont attribué une seule Palme d’or à Jane Campion, et une palme d’honneur à Agnès Varda juste avant sa mort). Chloé Zhao est très talentueuse, ses deux premiers films ont été remarqués en festival, et ce n’est pas parce qu’elle est une femme qu’elle a obtenu ce prix mais parce qu’elle est brillante !

Répondre

Laisser un commentaire