Accueil International L’IVG officiellement dépénalisée en Nouvelle-Zélande

L’IVG officiellement dépénalisée en Nouvelle-Zélande

par Camille Saint-Cricq

Capture d’écran One News

Une loi criminalisant l’avortement vient d’être abolie. Elle était contournée. Désormais l’avortement est « une question médicale » en Nouvelle-Zélande

Une loi datant de 1961 faisait de l’interruption volontaire de grossesse (IVG) en Nouvelle-Zélande un délit passible de quatorze ans d’emprisonnement. Mais elle n’était en réalité jamais appliquée aux femmes qui y avaient recours. Cependant, elle compliquait leur vie. 

La pratique de l’IVG n’était en effet légale qu’en cas « d’inceste, d’anomalie mentale, d’anomalie fœtale ou de risque pour la santé physique ou mentale de la femme enceinte ». Du coup, les femmes et leurs médecins devaient avoir recours à ce dernier critère dans 97 % des cas pour pouvoir pratiquer une IVG.

Une situation à laquelle la Première Ministre Jacinda Ardern élue en 2017 sur une politique féministe, voulait mettre fin. L’Organisation des Nations unies (ONU) avait aussi critiqué la législation néo-zélandaise « alambiquée » et imposant aux femmes de mentir.

Le ministre de la justice, Andrew Little a donc simplifié le parcours de ces femmes désireuses de pratiquer une IVG. «Pendant plus de 40 ans, l’avortement a été la seule procédure médicale considérée comme un crime en Nouvelle-Zélande», a-t-il regretté dans un communiqué, « mais désormais, les avortements seront considérés, à juste titre, comme une question médicale ». Il espère que ce nouveau texte permettra aux femmes d’obtenir « plus rapidement des conseils et des traitements ». La loi prévoit un délais de 20 semaines de grossesse pour avorter. Elle n’a été approuvée que par 68 voix contre 51 le 18 mars 2020. La veille du vote, des manifestation de soutien à cette nouvelle loi avaient lieu dans plusieurs grandes villes en Nouvelle-Zélande comme le rapporte le magazine One News.

 

 

Partager cet article

A VOUS DE JOUER

o Vous appréciez nos articles ?
o Vous voulez partager l’information pour que tout le monde ouvre les yeux sur l’inégalité des sexes ?
o Vous considérez que l’égalité dans les médias est la mère de toutes les batailles pour l’égalité ?
o Vous savez qu’un journal indépendant et de qualité doit employer des journalistes professionnels ?
Si vous avez répondu oui à une de ces quatre questions, faites un don pour financer l’information. Ce don est défiscalisé à 66 %. (Un don de 50 € vous coûte en réalité 17 €)

JE FAIS UN DON

0 commenter

Laisser un commentaire