Accueil Politique Madame Bartolone embauchée au cabinet de monsieur. Scandale ?

Madame Bartolone embauchée au cabinet de monsieur. Scandale ?

par La rédaction

Bartolone

« Je n’ai pas embauché ma femme, j’ai épousé ma collaboratrice », se justifie le président de l’Assemblée nationale.


 

Mardi 25 septembre, le président de l’Assemblée nationale fait une série d’annonces pour un Palais Bourbon « plus exemplaire ». Claude Bartolone entend notamment geler le budget de l’Assemblée, réduire l’indemnité pour frais de mandat des députés, et plaide pour davantage de transparence.

En matière de transparence, le voilà servi. Car Claude Bartolone se voit dans le même temps reprocher l’embauche de sa femme à ses côtés. Une embauche justement officialisée le jour même. Véronique Bartolone a rejoint le cabinet du président de l’Assemblée nationale en tant que « Chargée de mission interventions et droits des femmes ». Sur les réseaux sociaux, des voix de l’opposition hurlent au scandale.

Sollicité par LeLab, Claude Bartolone se justifie : « Je n’ai pas embauché ma femme, j’ai épousé ma collaboratrice ». Figure rhétorique ? Pas seulement. Selon sa fiche Wikipedia, il a effectivement épousé en 2006 celle qui était alors sa collaboratrice parlementaire. Véronique Bartolone a ensuite occupé un poste de chargée de mission auprès de la présidence du Conseil général de Seine-Saint-Denis… une présidence occupée par son mari avant qu’il s’installe en juin 2012 au perchoir de l’Assemblée. Question de continuité, donc… D’autant que l’embauche par les parlementaires de membres de leur famille est un sport bien français. En novembre 2011, Mediapart relevait qu’une soixantaine de sénateurs salarient un membre de leur famille proche comme assistant parlementaire

Reste que la composition du cabinet de Claude Bartolone fait apparaître une autre situation : il avait effectivement bien besoin d’une chargée de mission « droits des femmes », puisque ce cabinet compte 11 hommes et 5 femmes… bien loin de la parité.

A VOUS DE JOUER

o Vous appréciez nos articles ?
o Vous voulez partager l’information pour que tout le monde ouvre les yeux sur l’inégalité des sexes ?
o Vous considérez que l’égalité dans les médias est la mère de toutes les batailles pour l’égalité ?
o Vous savez qu’un journal indépendant et de qualité doit employer des journalistes professionnels ?
Si vous avez répondu oui à une de ces quatre questions, faites un don pour financer l’information. Ce don est défiscalisé à 66 %. (Un don de 50 € vous coûte en réalité 17 €)

JE FAIS UN DON

14 commentaires

de Profundis 25 septembre 2012 - 14:02

Au delà de l’éventuel abus de position dominante ou piston,.. Embaucher sa femme, épouser sa collaboratrice, dans les deux cas, c’est un homme en position de pouvoir qui décide du sort qui sera réservé à une femme. Je ne connais pas Mme Bartolone mais est-elle la mieux placée pour parler droits des femmes dans ce contexte ?

Répondre
Linda 25 septembre 2012 - 14:35

« de Profundis »
Au delà de l’éventuel abus de position dominante ou piston,.. Embaucher sa femme, épouser sa collaboratrice, dans les deux cas, c’est un homme en position de pouvoir qui décide du sort qui sera réservé à une femme. Je ne connais pas Mme Bartolone mais est-elle la mieux placée pour parler droits des femmes dans ce contexte ?

Tout à fait d’accord !

Répondre
Lirelle 26 septembre 2012 - 07:55

Bartolone a la réputation d’un homme très intègre, sa charge c’est la seine st denis depuis si longtemps, département où pas mal de choses ont été faites pour les femmes, département difficile … j’y ai vécu presque 30 ans et du coup ce n’est pas le genre d’homme sur lequel j’aurais envie de critiquer telle action (d’embauche d’un membre de sa famille s’ils le font plus ou moins tous, ce n’est pas lui que j’ai envie d’épingler alors)… plutôt de l’estime pour lui.
Ce qui m’énerve c’est plutôt comment la presse générale présente toujours ces faits d’épouses de politiques…

Répondre
rivi 26 septembre 2012 - 11:36

« c’est un homme en position de pouvoir qui décide du sort qui sera réservé à une femme. »

A vous lire j’ai vraiment l’impression que les femmes ont moins de libre-arbitre qu’un chien (dans votre esprit).

C’est une banale histoire de promotion canapé/de supérieur qui couche avec sa subordonnée, mais le fait qu’il l’ait épousée au final permet de transcender la relation et de lui donner une autre dimension.

C’est comme dans Pretty woman. Une histoire pas très claire au début se retrouve sublimée à la fin.

S’il était tombé sur une tordue, il aurait pu se retrouver au tribunal pour harcèlement sexuel ou pour des accusations de viol.

Tron aurait dû épouser ses collaboratrices, il aurait eu moins d’ennuis et beaucoup plus d’épouses.

Répondre
hic 26 septembre 2012 - 11:51

« rivi »
« c’est un homme en position de pouvoir qui décide du sort qui sera réservé à une femme. »

A vous lire j’ai vraiment l’impression que les femmes ont moins de libre-arbitre qu’un chien (dans votre esprit).

C’est une banale histoire de promotion canapé/de supérieur qui couche avec sa subordonnée, mais le fait qu’il l’ait épousée au final permet de transcender la relation et de lui donner une autre dimension.

S’il était tombé sur une tordue, il aurait pu se retrouver au tribunal pour harcèlement sexuel ou pour des accusations de viol.

Tron aurait dû épouser ses collaboratrices, il aurait eu moins d’ennuis et beaucoup plus d’épouses.

D’ailleurs, certainement que les méchantes accusatrices de Tron étaient tordues, elles aussi. Bravo pour votre commentaire presque signalable mais pas tout à fait.

Et lorsque l’on est employé-e de quelqu’un, oui, l’on a pas autant de libre arbitre que l’on le souhaiterait bien souvent.
Quand à votre minoration de le promotion canapé, sachez qu’elle n’est pas neutre, et que en général, ce sont des hommes supérieurs hiérarchiques qui « remercient » des femmes d’avoir couché avec eux en leur accordant une promotion, ce que les employés hommes n’ont généralement pas besoin de faire pour obtenir la même chose.

Répondre
Nicolas 26 septembre 2012 - 16:59

Claude Bartolone « un homme très intègre » MDR !!!
ce doit être pour àa qu’on l’appelle le mafioso du 93 …

Répondre
Seb. 26 septembre 2012 - 19:22

C’est un sujet difficile je trouve. Est-il blâmable pour un élu d’employer un membre de sa famille comme collaborateur ? Le collaborateur d’un élu doit effectivement, et dans un 1er temps, être compétent ; mais il y doit aussi y avoir une certaine proximité-affinité, de la confiance entre l’élu et son collaborateur. Dès lors on peut comprendre que certains élus soit tenté d’employer leurs proches. Ensuite, il s’agit d’argent public et il doit, je n’en doute pas, arriver que dans certains cas des élus procèdent à des embauches de complaisance. Sans doute que, plus de l’identité des personnes concernées, il faille s’intéresser à leur compétence, qu’il faille mettre en place des mécanismes de contrôle des fonctions effectives de ces personnes. D’ailleurs, sans cela on se retrouve face à des situations où il est possible de d’embaucher la personne avec qui on est en couple tant qu’on n’est pas marié avec elle.

Sur le cas Bartolone je n’ai pas d’apriori favorable ou defavorable, je ne connais pas le détail de l’affaire.

Répondre
Lili 27 septembre 2012 - 08:29

Hier j’ai appris que mon notaire avait embauché sa femme. Qui est notaire. Dois-je considérer cela comme un abus? cette femme et compétente, et le fait de travailler ensemble favorise l’organisation familiale.

Mais là c’est un peu bizarre, certes sa femme est compétente mais elle le suit dans ses fonctions. Classique cependant chez les députés, leurs assistants les suivent ensuite dans d’autres fonctions.

Donc ça peut poser question… ou pas. Cette femme est compétente, elle sait travailler avec lui et ces personnes sont choisies de manière discrétionnaire. Donc rien d’illégal.

J’aimerais qu’on cesse de considérer qu’une femme est moins légitime quand elle travaille dans un cadre familial. On ne va pas d’interdire la facilité pratique et le plaisir de travailler en couple (pour ceux qui y trouvent leur bonheur) pour de stupides raisons de préjugés !!!

Répondre
Seb. 27 septembre 2012 - 11:59

« Lili »
Hier j’ai appris que mon notaire avait embauché sa femme. Qui est notaire. Dois-je considérer cela comme un abus? cette femme et compétente, et le fait de travailler ensemble favorise l’organisation familiale.

Mais là c’est un peu bizarre, certes sa femme est compétente mais elle le suit dans ses fonctions. Classique cependant chez les députés, leurs assistants les suivent ensuite dans d’autres fonctions.

Donc ça peut poser question… ou pas. Cette femme est compétente, elle sait travailler avec lui et ces personnes sont choisies de manière discrétionnaire. Donc rien d’illégal.

J’aimerais qu’on cesse de considérer qu’une femme est moins légitime quand elle travaille dans un cadre familial. On ne va pas d’interdire la facilité pratique et le plaisir de travailler en couple (pour ceux qui y trouvent leur bonheur) pour de stupides raisons de préjugés !!!

Il ne s’agit pas d’une question d’homme ou de femme mais d’usage que font les parlementaires de leur indemnité, d’autant qu’il y a un débat en ce moment sur le caractère occulte et la justification de cette indemnité.
L’embauche faite par un notaire est d’une nature différente, il s’agit de fonds privés et la question ne se pose alors pas tout à fait dans les mêmes terme. Mais je suis d’accord avec vous ce qui importe le plus c’est la compétence, reste à savoir sur quels critères et par quels mécanismes en rendre compte.

Répondre
HAUDEBOURG 27 septembre 2012 - 16:05

c’est une bien petite affaire que celle-là … n’a-t-on pas d’autre
sujet,
toutes ces « révélations » ne font que le jeu de ceux qui
critiquent la politique, certes il y a à dire mais le TRAITE EUROPEEN qu’ils vous nous imposer m’intéresse davantage.
UNE SUGGESTION à Madame : qu’elle s’intéresse aux conséquences pour
les femmes entre autres, de ce traité que le Président avait promis de changer.. si elle a de l’influence sur son époux qui voit les choses du haut de son perchoir, qu’elle en use pour un REFERENDUM.

Répondre
Ann 28 septembre 2012 - 11:35

Il semble que la France manque de règles claires de style règlement intérieur à chaque institution ou groupe.
Aux US les journalistes s’engagent à ne pas déjeuner avec les politiques.
En France , ils se retrouvent au restaurant d’abord, au lit ensuite et on feint de s’étonner des conflits d’intérêts manifestent qui s’ensuivent.
Qu’un homme de pouvoir veuille travailler avec son épousée de collaboratrice antérieure ne devrait tout simplement même pas être envisageable.

Répondre
09 Aziza 2 octobre 2012 - 16:54

Je vous renvoie tous dos à dos: vous l’appelez « madame Bartolone » ce qui signifie littéralement: l’épouse de M. Bartolone. Mais comment s’appelle cette femme en réalité? Encore une qui est transparente…

Répondre
ANKOU666 4 octobre 2012 - 11:06

[quote name= »Seb. »]C’est un sujet difficile je trouve. Est-il blâmable pour un élu d’employer un membre de sa famille comme collaborateur ?

« Est-il blâmable pour un élu d’employer un membre de sa famille comme collaborateur ? »

Cela s’appelle du népotisme !
Ce n’est pas la première fois que Bartolone agit de la sorte, il l’a fait pour des copains qui sont devenus des élus du Conseil Général du 93, comme ça il peut compter sur eux pour le soutenir !
Il y a des municipalités ou le conseil municipal est composé de quelques familles. (le mari, la femme, la fille, etc.)

Répondre
Seb 4 octobre 2012 - 16:10

« ANKOU666 »
[quote name= »Seb. »]C’est un sujet difficile —
Cela s’appelle du népotisme !
Ce n’est pas la première fois que Bartolone agit de la sorte, il l’a fait pour des copains qui sont devenus des élus du Conseil Général du 93, comme ça il peut compter sur eux pour le soutenir !
Il y a des municipalités ou le conseil municipal est composé de quelques familles. (le mari, la femme, la fille, etc.)

Ce n’est pas du népotisme car la fonction collaborateur parlementaire n’est pas une fonction de pouvoir ou décisionnel. C’est un assistant. Je suppose d’ailleurs que c’est un simple contrat de travail de droit privé. Un assistant doit s’adapter à l’organisation de celui qu’il assiste, et dans une certaine mesure être capable d’anticiper ses besoins. Dans cette optique, il est compréhensibe que le fait qu’existe une relation personnelle préexistence entre le parlementaire et son éventuel assistant soit un facilitateur à son embauche.

Les parlementaires disposent d’un forfait pour leur indemnité. Actuellement, ils ont droit d’en user discrétionnairement. C’est peut être à ce niveau qu’il faut s’interroger, le reste coulera de suite. Je crois qu’ils ont 6000 € par mois pour leur frais, je ne sais pas si c’est trop ou non. Mais la question mérite d’être posée.

Répondre

Laisser un commentaire