Accueil MédiasBruits et chuchotements Mais qui veut allumer la guerre des sexes ?

Mais qui veut allumer la guerre des sexes ?

par Isabelle Germain

lexpressfemmes150Une poignée d’éditeurs annonce, comme une menace, la victoire des femmes sur les hommes. Pourtant tellement improbable… Qu’importe, la misogynie fait vendre.


« Femmes, l’arme du sexe » jette à sa une L’Express de ce jeudi.  « La guerre des sexes est terminée : les femmes l’ont gagnée ! » titrait sans nuance Le Point pour annoncer la sortie prochaine, en français, du livre de la féministe américaine Hanna Rosin The End of Men. Un livre bien plus nuancé en réalité. Mais qu’importe. Tremblez, Messieurs, réagissez vite, votre fin est proche, disent de façon à peine subliminale ces éditeurs.
Derrière les titres choc, l’argumentation ne tient pas. Pour Hanna Rosin, si l’égalité peut advenir,  c’est par un nivellement par le bas. Quelle victoire ! Quand à L’Express, il  se contente d’un gloubiboulga d’éléments ne prouvant rien, si ce n’est que les femmes ont une activité sexuelle ou un sexe, ou des seins.

Surenchère
Nous l’avons déjà souligné, les hebdos se livrent à une surenchère de couvertures misogynes doublée de leçons de morales. Christophe Barbier, patron de L’Express, se drapait dans sa dignité en voyant la couverture du Nouvel Observateur sur le livre de Marcella Iacub traitant DSK de « mi-homme mi-cochon ». Lui n’aurait pas publié les bonnes feuilles, disait-il. La blague ! Comme ses confrères, il a fait une obsession sur  Royal et Trierweiler et les femmes du président « qui lui gâchent la vie »… Ces journaux entretiennent le mythe de la femme sorcière, intrigante, jalouse, peste… Pas de femme simplement intelligente chez eux !

« De Marcela Iacub aux Femen en passant par les lectrices de 50 Nuances de Grey, de grands mouvements s’installent du côté des femmes qui utilisent le sexe comme arme privée ou politique » annonce, tout en fantasmes, Christophe Barbier, le patron de L’Express… Ce qui provoquerait « le grand malaise des hommes ». Oubliés donc, à l’approche du 8 mars, les 30 % de différences de salaire en défaveur des femmes, les jobs précaires, les violences, l’absence de femmes aux postes de pouvoir. Pas vendeur, coco !

Point de vue du quinqua, urbain, aisé

Alors pourquoi travestir la réalité ? Pour les mêmes raisons  que celles qui font pleurer les médias devant  un « papa » perché en haut d’une grue pour avoir la garde de son enfant, sans aucun recul. Le point de vue qui guide, angle et hiérarchise l’info est toujours le même : celui du dirigeant de média, homme, diplômé, urbain, quinqua

Dans une tribune publiée dans Le Monde, Virginie Despentes souligne la double hypocrisie de ces éditeurs qui  s’abritent derrière les qualités littéraires du livre de Marcela Iacub et donnent du crédit et de la notoriété à ce qui les arrange.  « Qu’on se souvienne du silence pour le moins poli qui suivit quasi unanimement la publication du texte de Tristane Banon Le Bal des Hypocrites »  écrit-elle, livre dans lequel la jeune femme racontait l’agression sexuelle dont elle avait été victime…
Pour encenser une femme qui couche avec un homme connu, les éditeurs se bousculent. Mais pour dénoncer les abus de pouvoir des puissants sur les jeunes femmes, silence, ce n’est pas un sujet.
Si guerre des sexes il y a, ce sont ces éditeurs qui la mènent, la gagnent, l’écrivent. L’histoire est toujours écrite pas les vainqueurs. Dans quelques mois sortira un livre sur Dodo la Saumure, le proxénète ami de DSK présenté comme un brave type par Frédéric Taddeï… Qui aura les « bonnes feuilles » ?

Lire aussi dans Les Nouvelles NEWS

Cochons de canards : l’Obs dans le lit de DSK

Les éditeurs attisent le marché de la rivalité féminine

Ces unes qui détestent les femmes

Le poison de la misogynie

Garde des enfants : les pères gagnent du terrain

Le lobbying des pères en haut des grues

Dodo chez Taddeï : prostitution heureuse sur le service public

 

 

A VOUS DE JOUER

o Vous appréciez nos articles ?
o Vous voulez partager l’information pour que tout le monde ouvre les yeux sur l’inégalité des sexes ?
o Vous considérez que l’égalité dans les médias est la mère de toutes les batailles pour l’égalité ?
o Vous savez qu’un journal indépendant et de qualité doit employer des journalistes professionnels ?
Si vous avez répondu oui à une de ces quatre questions, faites un don pour financer l’information. Ce don est défiscalisé à 66 %. (Un don de 50 € vous coûte en réalité 17 €)

JE FAIS UN DON

Laisser un commentaire