Accueil Politique & SociétéFamilles « Maman, papa & les enfants » : nouvelle offensive intégriste en Europe

« Maman, papa & les enfants » : nouvelle offensive intégriste en Europe

par Arnaud Bihel
Mum, Dad & Kids initiativemariage
Mum, Dad & Kids initiativemariage

Logo du collectif Mum, Dad & Kids

Un collectif engage une initiative citoyenne européenne « pour la protection du mariage et de la famille ». Dernier avatar en date des combats menés ces dernières années contre les droits des personnes homosexuelles mais aussi contre les droits des femmes.


 

Une ‘Manif pour tous’ à l’échelle européenne fait aujourdhui parler d’elle. Le comité Mum, Dad & Kids (en français « Maman, Papa & les Enfants ») vient de lancer une collecte de signatures dans l’Union européenne « pour la protection du mariage et de la famille ». Objectif : récolter plus d’un million de signatures, dans sept pays, dans le cadre d’une « initiative citoyenne ». Si cet objectif est atteint d’ici un an, la Commission européenne devra examiner sur le fond sa demande de définir le mariage et la famille dans les textes législatifs européens. En l’occurrence, pour Mum, Dads & Kids, « le mariage est l’union entre un homme et une femme ; la famille est fondée sur le mariage et/ou la filiation. »

Une tentative de freiner le mouvement à l’œuvre en Europe, où aujourd’hui 11 pays ont ouvert le droit au mariage aux couples de même sexe (mais les Slovènes ont refermé la porte par référendum en décembre dernier) ? Pas vraiment, puisque les questions liées à la famille restent du domaine des États membres, et l’initiative n’entend pas remettre ces compétences nationales en cause. Il s’agit plutôt d’éviter que l’Union ait des idées trop progressistes.

Le comité reste discret sur les engagements de ses membres, et s’en tient sur son site internet à la seule défense de la famille composée de « maman, papa et les enfants ». Pour autant, on retrouve en arrière-plan un intégrisme particulièrement militant.

La présidente du mouvement, la Hongroise Edit Frivaldszky, est à l’échelle hongroise la présidente d’une association qui milite contre l’avortement et pour la défense de la vie « dès la conception ». Sa Secrétaire générale, la Suédoise Maria Hildingsson, et aussi Secrétaire générale de la la Fédération des Associations Familiales Catholiques en Europe (FAFCE). Ludovine de la Rochère, présidente de la Manif pour tous en France, est aussi de la partie.

Ce sont les mêmes mouvements qui avaient rivalisé de mensonges contre le rapport Estrela sur les droits sexuels et génésiques, fin 2013 au Parlement européen. Puis contre le rapport Lunacek, début 2014, qui évoquait les droits fondamentaux des personnes lesbiennes, gays, bisexuelles, transgenres et intersexuées (LGBTI). La FAFCE dépeignait par exemple l’éducation à la sexualité évoquée dans le rapport Estrela comme une apologie de la masturbation enfantine. Ces mouvements expliquaient aussi que le rapport Lunacek entendait imposer la reconnaissance du mariage homosexuel « même dans les pays qui l’ont refusé ». Pure invention également.

Voir : Le rapport Lunacek et les nouveaux mensonges des « anti-genre »

Edit Frivaldszky était par ailleurs déjà aux commandes de l’initiative « Un de nous », appelant l’Union européenne à « interdire et mettre fin au financement des activités qui impliquent la destruction d’embryons humains, en particulier dans les domaines de la recherche, de l’aide au développement et de la santé publique ». L’initiative citoyenne avait été présentée à la Commission en février 2014 après avoir recueilli plus de 1,7 million de signatures dans 18 États membres.

Largement au-dessus du seuil, donc, ce qui laisse imaginer que l’initiative Mum, Dad & Kids recueillera également les signatures nécessaires d’ici avril 2017. Mais il est difficile d’imaginer que la Commission européenne lui donnera ensuite raison sur le fond. Les demandes de l’initiative « Un de nous » sur l’embryon avaient finalement été rejetées.

 

Lire aussi sur Les Nouvelles NEWS :

« Anti-genre » : les manipulations passent les frontières

Les « anti-genre » remportent la bataille parlementaire

Guerre de positions sur la famille homoparentale

L’argumentaire choc de l’UMP pour le couple hétérosexuel

Dossier – LGBTI

 

A VOUS DE JOUER

o Vous appréciez nos articles ?
o Vous voulez partager l’information pour que tout le monde ouvre les yeux sur l’inégalité des sexes ?
o Vous considérez que l’égalité dans les médias est la mère de toutes les batailles pour l’égalité ?
o Vous savez qu’un journal indépendant et de qualité doit employer des journalistes professionnels ?
Si vous avez répondu oui à une de ces quatre questions, faites un don pour financer l’information. Ce don est défiscalisé à 66 %. (Un don de 50 € vous coûte en réalité 17 €)

JE FAIS UN DON

1 commenter

09 Aziza 23 avril 2016 - 10:01

Les personnes qui lancent ce genre de mouvement sont elles ignorantes au point de ne pas savoir que d’être élevé(e) par « Mom and Dad » est un fait récent qui date du XIX ème siècle? je m’étonne qu’il n’y ait pas d’historiens pour les tourner en ridicules. Il y a toujours eu différentes sortes de familles, ne fut ce que par la faible espérance de vie qui provoquait beaucoup de veuvages précoces; par ailleurs chez les artisans, nombre de garçons étaient envoyés comme apprentis très jeunes chez un autre « compagnon »qui les traitait comme leur fils, par exemple.
Les filles étaient facilement élevées par une tante célibataire ou veuve qui souhaitait de la compagnie, etc…La famille nucléaire a été un modèle érigé artificiellement dans des buts tant hygiénistes que politiques, et de contrôle social.
les populations s’y sont peu à peu conformées. Et le modèle américain a renchéri sur ce postulat qu’il n’y a rien de mieux.

Répondre

Laisser un commentaire