Accueil International Mariages précoces, déscolarisation, risque de famine… les effets de deux ans de guerre au Yémen

Mariages précoces, déscolarisation, risque de famine… les effets de deux ans de guerre au Yémen

par La rédaction
©Unicef/Moohi Al-Zikri

©Unicef/Moohi Al-Zikri

Alors que le conflit entre dans sa troisième année, les agences de l’ONU s’inquiètent de ses conséquences multiples, en particulier sur les enfants.


 

Les mariages précoces de plus en plus nombreux. C’est l’une des conséquences de deux ans de violente guerre civile au Yémen, selon le dernier rapport de l’Unicef publié mardi 28 mars (ici en anglais). D’après les estimations de l’agence des Nations Unies pour l’enfance, les deux tiers des filles au Yémen sont mariées avant leurs 18 ans, contre la moitié en 2014. Cette année-là, justement, le pays s’apprêtait à interdire les mariages précoces. C’était juste avant qu’éclate la guerre civile qui a pris une dimension régionale depuis mars 2015, et a conduit le pays le plus pauvre du Moyen-Orient au bord de la « catastrophe » humanitaire, selon l’ONU.

« Les parents marient leurs filles pour ne plus avoir à payer pour les élever, ou parce qu’ils croient que la famille du mari les protégera mieux. Les familles cherchent aussi la dot pour soulager la misère liée au conflit », note l’Unicef.

De son côté l’agence des Nations Unies pour les populations, l’UNFPA, alertait le 23 mars sur d’autres risques que la guerre civile fait peser sur les femmes et les filles. Les violences à leur encontre ont augmenté de 63% ; en 2016, elles sont 10 000 à avoir subi des violences en raison de leur sexe.

Sur une population de 30 millions d’habitants du Yémen, près d’un demi-million d’enfants souffrent de malnutrition aiguë sévère, soit une augmentation de 200% depuis 2014, souligne encore l’Unicef. Et, dans un pays qui possède déjà l’un des taux de mortalité maternelle les plus élevés au monde, le manque de nourriture met en danger la vie de plus de 300 000 femmes enceintes, précise de son côté l’UNFPA.

Par ailleurs ces deux dernières années, selon l’Unicef, 350 000 enfants de plus ont été privés d’école, ce qui porte le nombre total d’enfants déscolarisés à 2 millions. Entre 2015 et 2016 les attaques sur les écoles ont quadruplé, passant de 50 à 212.

Depuis le début du conflit au Yémen, plusieurs milliers de civils ont été tués, dont plus de 1 400 filles et garçons. Plus de 1 500 garçons ont été recrutés pour se battre.

 

Lire aussi :

Un enfant sur 11 grandit dans une zone de conflit

 

 

A VOUS DE JOUER

o Vous appréciez nos articles ?
o Vous voulez partager l’information pour que tout le monde ouvre les yeux sur l’inégalité des sexes ?
o Vous considérez que l’égalité dans les médias est la mère de toutes les batailles pour l’égalité ?
o Vous savez qu’un journal indépendant et de qualité doit employer des journalistes professionnels ?
Si vous avez répondu oui à une de ces quatre questions, faites un don pour financer l’information. Ce don est défiscalisé à 66 %. (Un don de 50 € vous coûte en réalité 17 €)

JE FAIS UN DON

Laisser un commentaire