Accueil International Mères enfants : près d’un tiers des habitantes des pays en développement

Mères enfants : près d’un tiers des habitantes des pays en développement

par La rédaction

Dans les pays en développement, près d’un tiers des femmes ont des enfants avant 19 ans, et près de la moitié de ces mères-enfants ont moins de 17 ans, révèle une étude de l’ONU.

Pour protéger les adolescentes des pays en voie de développement, l’UNFPA, l’agence des Nations Unies pour la santé sexuelle et reproductive, appelle les décideurs politiques à fournir rapidement aux filles une éducation sexuelle complète, un mentorat, un soutien social et des services de santé de qualité. L’agence appelle aussi ces décideurs à apporter aux familles un soutien économique et à impliquer les organisations locales, « le tout dans un cadre politique et juridique favorable qui reconnaît les droits, capacités et besoins des adolescentes, en particulier des adolescentes marginalisées. »

Et il y a urgence car l’UNFPA a fait les comptes : près d’un tiers de toutes les femmes des pays en développement deviennent mères pendant l’adolescence. Le rapport montre « que les femmes qui ont commencé à avoir des enfants à l’adolescence ont eu près de 5 enfants au moment où elles ont atteint l’âge de 40 ans en 2015-2019. »

Une grossesse précoce en entraine d’autres chez ces « mères-enfants ». Les filles qui ont eu un premier enfant avant ou à 14 ans ont un deuxième enfant à l’adolescence dans les ¾ des cas et dans 40% des cas un troisième, toujours à l’adolescence.

Ces grossesses précoces sont l’une des principales causes de décès et de graves problèmes de santé chez les adolescentes. Elles sont l’aboutissement de violations graves de droits humains et entrainent de graves conséquences sociales : mariage des enfants, violence conjugale, problèmes de santé mentale.

La Directrice exécutive de l’UNFPA, Dr Natalia Kanem alerte : « Les grossesses répétées que nous observons chez les mères adolescentes sont un signe flagrant qu’elles ont désespérément besoin d’informations et de services de santé sexuelle et reproductive ».

Certes, observe l’UNFPA, le taux de maternité pendant l’enfance et l’adolescence diminue, mais très lentement « environ trois points de pourcentage seulement par décennie » précise le rapport.

« Les gouvernements doivent investir dans les adolescentes et aider à élargir leurs opportunités, leurs ressources et leurs compétences, contribuant ainsi à éviter les grossesses précoces et non désirées », insiste la Dr Natalia Kanem. « Lorsque les filles pourront tracer de manière significative leur propre parcours de vie, la maternité dans l’enfance deviendra de plus en plus rare ».

Laisser un commentaire