Accueil Médias Ministre hystérique, la punchline qui ne passe plus

Ministre hystérique, la punchline qui ne passe plus

par La rédaction

Quand un député dit qu’une ministre est «un peu à la limite de l’hystérie », même CNews ne laisse pas passer. Et la ministre remercie « au nom de toutes les femmes ».

Invité de l’émission Punchline de Laurence Ferrari sur CNews  mardi 8 décembre, le député Éric Diard a affirmé de toute sa hauteur qu’il trouvait Marlène Schiappa « un peu à la limite de l’hystérie »

Réaction immédiate de Laurence Ferrari « Non, non. Arrêtez. Ça, c’est un argument trop facile à opposer à une femme en politique. Je refuse le terme. » Alors que le député continuait de parler, la journaliste insistait : « et je vous demande de retirer. Non, le mot hystérique n’est pas tolérable pour une femme en politique. Eric Diard, je vous le dis. On est en 2020, bientôt en 2021, ce n’est plus acceptable. Arrêtez. Vous ne diriez pas ça d’un homme. Répondez sur le fond, ne répondez pas sur la forme. »

Il n’a pas retiré le mot mais, au moins, l’audience de la chaîne d’info a reçu le message. Et la ministre déléguée chargée de la Citoyenneté, a remercié la journaliste le lendemain dans la même émission « pas en mon nom, mais au nom des femmes.» Elle a alors raconté avoir « reçu beaucoup de messages de femmes » qui ont confié vouloir « une Laurence Ferrari quand on est traité d’hystérique au travail » pour avoir « une solidarité féminine » et « une sororité ». Laurence Ferrari a alors tenu à préciser qu’elle l’aurait fait « pour n’importe quelle femme attaquée de la sorte »

Ce qualificatif méprisant réservé aux seules femmes est en effet parfaitement sexiste. Il les renvoie à leurs organes génitaux et les juge pour ce qu’elles sont et pas pour ce qu’elles font, décident, proposent. Les hommes ne sont jamais exposés à ce type de critiques. Olivier Veran, le ministre de la Santé, qui s’est récemment mis en colère à l’Assemblée Nationale n’a pas été traité d’hystérique…

La pugnacité de Laurence Ferrari face au député est bienvenue sur une chaîne qui ne porte pas le féminisme en bandoulière. Il y a quelques mois, Pascal Praud, après avoir asséné des contre-vérités stupéfiant son interlocutrice, Claire Nouvian, l’empêchait de parler ainsi : « Vous avez le droit d’écouter les autres plutôt que donner une image ridicule et hystérique de votre pensée. » (Lire :  #JESUISFOLLEDERAGE, CONTRE LE «NÉGATIONNISME CLIMATIQUE ET LA MISOGYNIE»). En 2018, deux hommes, sur un plateau de CNews disaient tranquillement qu’ils rêvaient de gifler Caroline de Haas qui avait le tort d’être féministe. Et ils avaient écopé d’un rappel à l’ordre de la part du CSA (lire : LE CSA MET EN GARDE CNEWS APRÈS LES GIFLES DE DOMINIQUE BESNEHARD)… Entre autres dérapages sexistes.

Partager cet article

A VOUS DE JOUER

o Vous appréciez nos articles ?
o Vous voulez partager l’information pour que tout le monde ouvre les yeux sur l’inégalité des sexes ?
o Vous considérez que l’égalité dans les médias est la mère de toutes les batailles pour l’égalité ?
o Vous savez qu’un journal indépendant et de qualité doit employer des journalistes professionnels ?
Si vous avez répondu oui à une de ces quatre questions, faites un don pour financer l’information. Ce don est défiscalisé à 66 %. (Un don de 50 € vous coûte en réalité 17 €)

JE FAIS UN DON

0 commenter

Laisser un commentaire