Accueil Politique & Société Mobilisation phénoménale prévue contre les violences sexistes

Mobilisation phénoménale prévue contre les violences sexistes

par Isabelle Germain

Samedi 23 novembre, partout en France, des manifestations contre les violences faites aux femmes mobiliseront très largement. Inédit !

Depuis plusieurs semaines, les 70 associations réunies au sein du mouvement #NousToutes s’activent pour faire de la manifestation de samedi 23 novembre contre les violences sexistes et sexuelles, un mouvement d’une ampleur sans précédent. Les appels à battre le pavé affluent et les plus jeunes se mobilisent en masse. Elles et ils se revendiquent « Génération Me Too » comme l’explique une de leurs représentantes à Charlie Hebdo. Finies les intimidations et l’omerta. La vague est devenue trop forte. Les agresseurs et leurs complices ne parviennent plus à faire taire les voix des féministes. Grâce aux réseaux sociaux elles ont pris la parole en direct sans le filtre des journaux qui ringardisaient leur combat. Avec #MeToo et des témoignages forts comme celui d’Adèle Haenel, la très longue période du déni est terminée.

Il y aura sans doute samedi 23 novembre 2019, en France, une affluence exceptionnelle pour une « Journée internationale pour l’élimination de la violence à l’égard des femmes. » Cette journée, fixée au 25 novembre marque, depuis la Déclaration sur l’élimination de la violence à l’égard des femmes, adoptée par l’Assemblée générale des Nations Unies en 1993, le moment interpeller les décideurs. C’est aussi la journée du 25 novembre qu’a choisie le gouvernement pour annoncer les décisions qui seront prises à l’issue du Grenelle contre les violences. Des décisions qui ont déjà été en partie dévoilée et que les manifestant.e.s jugent très loin d’être à la hauteur.

Alors samedi, aux côtés des familles et ami.e.s des 136 victimes de féminicides cette année, des personnalités, des militant.e.s et des citoyen.nes marcheront de la place de l’Opéra à la place de la Nation à Paris mais aussi dans toute la France. #NousToutes a dressé une carte des grandes villes ayant prévu des marches. Mais dans plus petites villes comme Auch (Gers) on battra aussi le pavé contre les violences.

Les manifestant.e.s réclameront au gouvernement des moyens bien plus importants que ceux qu’il s’apprête à annoncer le 25 novembre. Parce qu’on ne sort pas toute une société du déni d’un coup de baguette magique. Il faut faire sauter des couvercles dans les commissariats et gendarmeries, dans le monde de la justice, les hôpitaux, l’enseignement… Il faut s’attaquer aux fondements de la société patriarcale si bien protégés par les médias. D’ailleurs Prenons la Une a profité de cette manifestation pour adresser aux rédactions un « guide de traitement médiatique des violences faites aux femmes »

Cette lutte nécessite un milliard d’Euros avait compté le Haut Conseil à l’égalité (0,02% du budget de l’État) pour aider les victimes et pour mettre en place une politique de prévention. Un chiffre cité par #NousToutes qui a rassemblé les idées pour combattre ce fléau et demande par exemple un programme complet de formation des différents professionnels qui sont en mesure de prévenir les drames ; un budget conséquent pour héberger les victimes et les mettre à l’abri ; mais aussi un «brevet de non-violence» décerné aux enfants par l’école, comme le brevet de Sécurité routière. #NousToutes rappelle aussi la nécessité de proposer systématiquement et rapidement des ordonnances de protection quand une femme porte plainte…

La pression sur le gouvernement va donc être très forte pour faire des annonces à la hauteur des attentes qui vont s’exprimer dans la rue. D’autant plus qu’un rapport vient de pointer les manquements de la France dans la lutte contre les violences sexistes et sexuelles. Pour l’instant, le Premier ministre Edouard Philippe, semble se contenter de ce qu’il a déjà annoncé. Sur France Inter, jeudi 21 novembre, il a affirmé que la France « dépense » déjà plus de 1 milliard et ferait donc mieux que l’Espagne souvent citée en exemple. Le budget fait en effet apparaître une ligne de 1,116 milliards d’euros sur le projet de loi de finances 2020. Mais 75 % de la somme est dédiée à l’aide économique aux pays en développement. Et il ne reste que 282 millions d’euros pour des actions en France. Donc très loin de l’Espagne. De son côté, le secrétariat d’Etat à l’Egalité entre les femmes et les hommes a publié des communiqués pour rappeler ce qui avait déjà été fait par le gouvernement. Mais les attentes sont aujourd’hui très fortes.

Lire aussi dans Les Nouvelles News

LES LACUNES DE LA FRANCE DANS LA LUTTE CONTRE LES VIOLENCES SEXISTES

GRENELLE DES VIOLENCES : TOUT COMMENCE PAR LES VIOLENCES PSYCHOLOGIQUES

GRENELLE DES VIOLENCES EN ORDRE DISPERSÉ

UN « GRENELLE DES VIOLENCES CONJUGALES » SOUS PRESSION

MOBILISATION POUR UNE ACTION POLITIQUE DE PRÉVENTION DES FÉMINICIDES

ADÈLE HAENEL S’ATTAQUE À LA RESPONSABILITÉ COLLECTIVE DANS LES AGRESSIONS SEXUELLES

 

Partager cet article

A VOUS DE JOUER

o Vous appréciez nos articles ?
o Vous voulez partager l’information pour que tout le monde ouvre les yeux sur l’inégalité des sexes ?
o Vous considérez que l’égalité dans les médias est la mère de toutes les batailles pour l’égalité ?
o Vous savez qu’un journal indépendant et de qualité doit employer des journalistes professionnels ?
Si vous avez répondu oui à une de ces quatre questions, faites un don pour financer l’information. Ce don est défiscalisé à 66 %. (Un don de 50 € vous coûte en réalité 17 €)

JE FAIS UN DON

0 commenter

Laisser un commentaire