Accueil Politique Monsieur Mélenchon, la prostitution est un sujet politique

Monsieur Mélenchon, la prostitution est un sujet politique

par Isabelle Germain

D’abord, il casse du journaliste : « métier pourri »,  une  « sale corporation voyeuriste ». Puis, menton haut : « Avec moi, vous parlez de choses sérieuses. Dignitas et gravitas, la maxime romaine. Avec moi, vous parlez de politique. Et vos sujets de merde, vous allez les faire avec des gens qui veulent répondre à la merde ! »….  « Vous trouvez digne de parler à un homme comme moi, vous trouvez digne, alors que je vous donne en exemple un titre pourri du Parisien, de commencer un débat avec moi sur la prostitution ? » (voir la vidéo plus bas)

Au-delà des insultes, c’est le consensus latent sur la question de la prostitution qui est choquant dans cet échange. « Sujet de merde » pour l’homme politique. « Mais ça intéresse les gens » répond maladroitement l’apprenti journaliste, reprenant ainsi un travers du journalisme contemporain en crise : parler de sujets croustillants qui font vendre des journaux au lieu d’aborder les sujets politiques. Quitte à faire parler le vide.

« sujet de merde »

Au passage, Mélenchon explique son désintérêt pour le sujet en se plaçant du point de vue du « consommateur » de prostituées qu’il n’a jamais entendu se plaindre de devoir aller dans les bois plutôt que dans une maison close. A aucun moment, ni dans les propos des protagonistes, ni dans les commentaires qui fusent, il n’est dit que la question de la prostitution est un sujet politique. La plémique va bon train dans les médias : l’agressivité  envers le journaliste est condamnée… Pas le mépris pour la question de la prostitution. Derrière ce « sujet de merde » il y a des trafics d’êtres humains, de la violence, une économie souterraine qui réduit à l’esclavage des individus… Pas politique ? Pas digne du leader d’un nouveau parti de gôche ? Un parti qui se flatte par ailleurs de compter beaucoup de femmes. Et parmi elles, nombreuses sont celles qui participent au mouvement abolitionniste.

9 commentaires

Pascale Nectoux 31 mars 2010 - 15:00

Bravo les nouvelles News pour ce commentaire qui remet les choses en place. Daniel Schneiderman (@si) qui faisait part, ce matin, de ses états d’âme sur le sujet ferait bien de vous lire !

Répondre
arnaudbihel 31 mars 2010 - 15:20

Pascale : merci ; et j’espère bien que Daniel Schneiderman nous lit 🙂
Certes, dans la chronique que vous évoquez (http://www.arretsurimages.net/contenu.php?id=2881) il n’aborde pas intrinsèquement la question de la prostitution, mais je trouve ses états d’âme plutôt pertinents.

Répondre
las vegas 31 mars 2010 - 15:39

Mélenchon n’a jamais entendu un de ses proches lui dire que çà l’embêtait d’aller chercher les prostituées dans les bois plutôt que de bénéficier du confort d’une maison close. Donc pour lui il n’y a pas de problème :ni problème politique ni problème sérieux!
Un homme politique digne de ce nom pourrait avoir une vue un peu plus globale d’un problème tel que la prostitution . Il n’a pas fait beaucoup de voix aux régionales, j’espère qu’aux prochaines élections il n’osera pas se représenter! mais on sait depuis les « Tontons Flingueurs » que : « les c… osent tout , c’est d’ailleurs à çà qu’on les reconnaît »

Répondre
agathe 31 mars 2010 - 15:52

Monsieur Mélanchon devrait revoir la définition de la CHOSE POLITIQUE :
« relatif à l’organisation et au gouvernement des affaires publiques ».
La vie , la sécurité , la dignité d’un grand nombre d’êtres humains (ici les prostituées ) ne concernent elles pas un défenseur de l’égalité ?

Répondre
martin dufresne 31 mars 2010 - 21:25

Au moment où le Royaume-Uni* adopte (demain) une loi qui permet de sanctionner les prostitueurs de femmes victimes de la traite, il est en effet désolant de voir un politicien dit de gauche traiter le dossier de l’exploitation sexuelle commerciale avec autant de morgue et de mépris, et en latin s’il-vous-plaît…
C’est dire la difficulté que doivent avoir les féministes qui tentent de faire bouger les choses à l’interne pour contrer la traite et ses profiteurs.
Ces messieurs ne veulent sans doute pas qu’on touche à leurs privilèges de consommateurs. 😳
*Pour en savoir plus: http://www.prostitutionetsociete.fr/politiques-publiques/enjeux/les-clients-au-coeur-des

Répondre
Archibald de la Cruz 2 avril 2010 - 12:46

Si on écoute bien la vidéo on se rend compte que le « sujet de merde » ce n’est pas la prostitution mais la façon dont elle est traitée dans les m »dia. Tout les 2 citent la une du parisien qui se met du coté des clients/proxénètes.
En fait le « journaliste » était là pour le faire sortir de ses gonds, pas pour parler de la prostitution qui est un cas particulier de la domination des êtres humais par d’autres. Et encore moins pour parler de la question initiale qui était : pourquoi pensez vous que les médias favorisent l’abstention tout en la déplorant ?

Répondre
Isabelle G 2 avril 2010 - 13:50

@Archibald JL Mélenchon se prend quand même à son propre jeu en traitant la question de la prostitution avec mépris et d’un point de vue de consommateur de prostitué et non d’un point de vue politique. Dans son parti il y a beaucoup de militants de l’abolitionnisme. Ils auront sans doute été contents d’apprendre que pour leur leader, le sujet se résume à savoir qui est préoccupé par l’idée d’aller consommer dans les bois ou en maison close.

Répondre
yaoline 9 avril 2010 - 11:27

[quote name= »martin dufresne »]Au moment où le Royaume-Uni* adopte (demain) une loi qui permet de sanctionner les prostitueurs de femmes victimes de la traite, il est en effet désolant de voir un politicien dit de gauche traiter le dossier de l’exploitation sexuelle commerciale avec autant de morgue et de mépris, et en latin s’il-vous-plait…
C’est dire la difficulté que doivent avoir les féministes qui tentent de faire bouger les choses à l’interne pour contrer la traite et ses profiteurs.
Ces messieurs ne veulent sans doute pas qu’on touche à leurs privilèges de consommateurs.
…/…]
« Prostituteur ? de femmes victimes de la Traite… » encore un texte de loi facile à interpréter.
Les féministes veulent faire bouger quoi à l’interne ? Vous êtes obsédé ou interne vous même. Un bon point pourtant : c’est la première fois que je voit employer le mot « privilèges » pour désigner les couilles…

Répondre
AdH 16 avril 2010 - 11:56

En fait Mélenchon exprime surtout son désintérêt pour le sujet EN COMPARAISON avec le sujet des élections régionales. Pour l’avoir suivi ailleurs, notamment sur son blog, je pense que la condamnation de ses propos sans le contexte est une erreur.

Mais le féminisme moderne a des ancrages critiques assez faibles, alors… (cf. polémqiue Damien Saez).

Répondre

Laisser un commentaire