Accueil SagaPortrait Le must-have automne-hiver : des contrats décents pour les femmes de chambre

Le must-have automne-hiver : des contrats décents pour les femmes de chambre

par Arnaud Bihel

HyattLa mobilisation des femmes de chambre du Palace Hyatt à Paris a payé, en partie. Ces soutières de l’hôtellerie de luxe ont réussi à améliorer leurs contrats mais restent dans la sous-traitance.

Pendant deux jours, elles ont tambouriné, chanté et dansé devant les façades luxueuses de la rue de la Paix et de la place Vendôme. Après cinq jours de grève, les femmes de chambre du Palace Hyatt ont obtenu, en partie, gain de cause mardi 24 septembre. Il faut dire que leur mobilisation coïncidait avec la « semaine de la mode » à Paris, une période particulièrement sensible dans l’univers du luxe. Leur stratégie : rompre le calme doré du quartier, « déranger les voisins pour qu’on négocie, maintenant ! ». Chants, danses, tambours, slogans qui claquent ont remporté l’adhésion des passants et attiré le regard des médias Si les représentants syndicaux sont tous des hommes, les femmes de chambre se sont bel et bien emparées de la manif.

« Il y a trop de choses cachées, l’esclavage est fini, mais on travaille dans un hôtel richissime et les employées sont payées au plus bas niveau : on veut que ça cesse », résume Liliane, employée depuis 5 ans, syndiquée depuis 3 jours. « Je ne savais pas », avoue-t-elle : isolées, mal informées, invisibles, la plupart se sont syndiquées il y a moins de deux mois.

Sous-traitance

Les 65 femmes de chambre et gouvernantes étaient employées par un sous-traitant, la Française de Service. « Sous-traiter le nettoyage, dans un hôtel de ce type, c’est incroyable. Si ça ne fait pas partie du travail d’un hôtel que d’avoir des chambres propres, il faudra qu’on m’explique », s’énervait lundi un responsable syndical. Difficile de négocier avec Hyatt dans ces conditions : Déborah reconnaît que « c’est avec la Française de Service que nous avons signé le contrat… ». Le palace peut ainsi se décharger de toute responsabilité et voit dans le conflit « ce qui relève de la stricte compétence de notre prestataire ».

Les femmes de chambre demandaient donc à être embauchées directement par le groupe Hyatt ; à l’instar de leurs homologues des hôtels Campanile et Première classe de Suresnes, qui ont été intégrées au groupe Louvre Hôtels après s’être mobilisées cet été. Les grévistes du Palace Hyatt revendiquaient également le droit à un treizième mois et le paiement des heures supplémentaires. Revendications revues à la baisse : les syndicats qui les accompagnaient (CGT et CNT) ont fini par se mettre d’accord sur un changement de prestataire de service, avec conservation des postes. La sous-traitance continuera donc. Mais elles auront droit à un treizième mois et celles qui le souhaitent pourront transformer leur temps partiel en temps plein.

Faire grève, leur luxe à elles

Le Palace Hyatt, c’est une nuit d’hôtel pour la modique somme de 900 euros minimum. La plus chère correspond au salaire annuel d’une de ses gouvernantes : 16 000 euros. Faire une grève illimitée est un luxe quand on gagne peu, mais le « ras-le-bol » l’a emporté, explique Déborah.

Pour elle comme pour d’autres collègues, c’était la première fois, avec la conscience que « [sa] tête est mise à prix » : tant pis, marre d’être payées moins que le SMIC, « à la chambre », pratique illégale confirmée par plusieurs employé-e-s, pour un travail difficile et minutieux, à la hauteur d’un cinq étoiles. « On veut vraiment qu’on reconnaisse nos droits, qu’on nous paye le 13e mois », 13e mois qui a été initialement accordé lors d’une précédente grève en 2007… et jamais versé.

Les gouvernantes des grands hôtels ont un salaire généralement plus élevé (environ 1500 euros au Carlton) : le travail est difficile, chaque chambre est préparée selon les demandes du client, il faut prendre soin du bois, des dorures, à la perfection. La pression est à la mesure des exigences, d’autant plus qu’il faut aller vite, pour faire la chambre dans le temps imparti et ne pas perdre d’argent. Efforts, précision, mémoire : Reza, 45 ans, est fière du savoir-faire qu’elle met en oeuvre ; elle a fait une formation de gouvernante avant d’entrer à la Française de Service, elle raconte : « J’aime mon travail, j’étais heureuse de travailler pour un Palace (…)  Quand je suis arrivée, je me suis donnée avec abnégation. Je n’ai pas eu d’augmentation de salaire depuis 6 ans, pas un centime ».

Leur grève avait été suivie vendredi par une partie du personnel de l’hôtel, preuve du mécontentement général des employés du Palace. Ces derniers n’ont pas osé continuer, disant avoir subi des pressions et des menaces de licenciement.

Partager cet article

A VOUS DE JOUER

o Vous appréciez nos articles ?
o Vous voulez partager l’information pour que tout le monde ouvre les yeux sur l’inégalité des sexes ?
o Vous considérez que l’égalité dans les médias est la mère de toutes les batailles pour l’égalité ?
o Vous savez qu’un journal indépendant et de qualité doit employer des journalistes professionnels ?
Si vous avez répondu oui à une de ces quatre questions, faites un don pour financer l’information. Ce don est défiscalisé à 66 %. (Un don de 50 € vous coûte en réalité 17 €)

JE FAIS UN DON

5 commentaires

5 commentaires

jemlortograf 25 septembre 2013 - 12:05

« pratique illégale confirmée » (pas de s)

Répondre
archichi 25 septembre 2013 - 13:00

Combien de salariés ont un 13° mois ? Combien travaillent plus de 55 heures par semaine sans 1 centime ni un merci… mais au contraire des insultes grace à des chefs cons et ventripotents ? Ayant eu une dizaine de femmes de ménage – incapable de faire correctement le travail si vous n’êtes pas derrière elle – je ne soutiens absolument pas celles la… Faire son travail efficacement est NORMAL… au contraire les glandus sont à mettre dehors !

Répondre
alicem 26 septembre 2013 - 13:59

« ombien travaillent plus de 55 heures par semaine sans 1 centime ni un merci… mais au contraire des insultes » @archichi si c’est votre cas, je ne peux que vous conseiller de déposer un dossier en conseil des prudhommes : le Code du Travail existe en France, vous savez. Mais j’imagine que vous même êtes bien à l’abri et pensez à ces « profiteurs » que sont les employés exploités, sous-payés, dénigrés (par des gens comme vous par exemple).

Répondre
sanfacon 30 septembre 2013 - 15:29

Bravo Alicem… on voit que vous sortez souvent de votre bureau… ou discutez avec bcp de monde ! Vous ne savez pas que dans le 92 c’est quasiment toujours les patrons qui gagnent et que c’est l’inverse dans le 93? Vous avez déjà employé quelqu’un ? Vous ne savez pas que la plupart des nounous du 92 ne sont pas déclarées, payées à 5 euros/heure quand elles sont payées… et en général ces braves dames (comme vous je suppose) prennent de la main-d’œuvre étrangère… Pouvez-vous nous dire combien de personnes vous avez employées, et à quel tarifs, quelles conditions ?

Répondre
Jessica 10 janvier 2015 - 02:11

Hi! I could have sworn I’ve been to this site before but after browsing through some of the post I realized it’s new to me.
Anyways, I’m definitely delighted I found it and I’ll be bookmarking and
checking back often!

Also visit my website emploi automobile: http://www.autorecrute.com

Répondre

Répondre à alicem Annuler la réponse