Accueil MédiasBruits et chuchotements Ne rien laisser passer

Ne rien laisser passer

par Isabelle Germain
Anne Hidalgo en décembre 2015. Par UNclimatechange sur Flickr (CC BY 2.0)

Anne Hidalgo en décembre 2015. Par UNclimatechange sur Flickr (CC BY 2.0)

Anne Hidalgo dénonce bruyamment les injures sexistes d’un homme politique, elle a raison. Dénoncer les insultes sexistes et le mépris est indispensable pour faire avancer l’égalité.


 

Anne Hidalgo n’a pas tergiversé. Le maire du Plessis-Robinson, Philippe Pemezec, l’a injuriée en laissant entendre qu’elle devait son succès à des faveurs sexuelles. Honte à lui ! La maire de Paris a rendu publiques ces insultes et a ridiculisé le maire.

Et ça fait du bien à celles qui subissent ce type d’injures, mais aussi et surtout à l’innombrable cohorte de celles qui assistent en général sans voix à de pareils scénarios et sont priées de comprendre qu’il n’y a que des coups – bas – à prendre lorsqu’on se risque sur les chemins du pouvoir. En protestant bruyamment, Anne Hidalgo peut faire changer la honte de camp. Et donner à voir un modèle de femme de pouvoir dépouillé des oripeaux de la misogynie ambiante.

L’actuelle ministre des Droits des femmes Laurence Rossignol avait protesté avec la même énergie face à un sénateur qui demandait : « C’est qui cette nana ? »

En faisant changer la honte de camp, ces femmes cassent les images délétères et ouvrent de nouveaux horizons à toutes les femmes.

Qui ne dit mot consent

Alors il ne faut rien laisser passer, jamais. Qu’il s’agisse d’insultes ou de mépris. Alexandre Jardin, qui fut un des premiers signataires de #JamaisSansElles, a trahi son engagement sans vergogne. Honte à lui.

L’éducation à la sexualité en apprend plus aux enfants sur le sexe des garçons que sur celui des filles (Voir : L’éducation à la sexualité est « inégalitaire »… quand elle existe), il ne faut plus laisser passer.

En ces temps de saturation de football malgré l’actualité tragique, une étude révèle que les chaînes de télévision n’accordent au sport féminin que 6% des sujets sport dans les JT, semblant dire ainsi que la compétition n’est pas pour les femmes. Ça suffit aussi !

Ne rien laisser passer car, comme le rappelle une de nos lectrices, Simone de Beauvoir écrivait : « N’oubliez jamais qu’il suffira d’une crise politique, économique ou religieuse pour que les droits des femmes soient remis en question. Ces droits ne sont jamais acquis. Vous devrez rester vigilantes votre vie durant. »

 

Lire aussi sur Les Nouvelles NEWS : 

Harcèlement sexuel : inéligibilité des élus condamnés ?

Première condamnation pour harcèlement sexuel « environnemental »

Le Top 10 du sexisme en politique, par The Guardian

 

Partager cet article

A VOUS DE JOUER

o Vous appréciez nos articles ?
o Vous voulez partager l’information pour que tout le monde ouvre les yeux sur l’inégalité des sexes ?
o Vous considérez que l’égalité dans les médias est la mère de toutes les batailles pour l’égalité ?
o Vous savez qu’un journal indépendant et de qualité doit employer des journalistes professionnels ?
Si vous avez répondu oui à une de ces quatre questions, faites un don pour financer l’information. Ce don est défiscalisé à 66 %. (Un don de 50 € vous coûte en réalité 17 €)

JE FAIS UN DON

1 commenter

1 commenter

fem21 21 juin 2016 - 11:03

et sans surprise lolodouille se tait… cet imbécile n’est bon qu’a faire des fanfaronnades mais dès qu’on gratte un peu y’ rien : Mme Sauvage et cie en ont fait les frais ! Mme Suavage ne devait pas à subir les affronts d’une justice médiocre…

Répondre

Laisser un commentaire