« Nous sommes Premières ministres » réponse basique à une question sexiste

par Isabelle Germain

Quand un journaliste fait un procès en futilité à Sanna Marin et à Jacinda Ardern, la réponse des Premières ministres de Finlande et de Nouvelle-Zélande fuse.

Sanna Marin (à gauche) et Jacinda Ardern

Sanna Marin, la Première ministre finlandaise était en visite en Nouvelle-Zélande cette semaine. Elle a rencontré son homologue Jacinda Ardern à Auckland pour parler notamment de sujets aussi sérieux que la défense, la politique climatique ou les relations commerciales. Lors de la conférence de presse qui a suivi, un journaliste de la chaîne de radio néo-zélandaise Newstalk ZB, Joey Dwyer, n’a rien trouvé de mieux que de formuler une étrange question : « Est-ce que vous vous rencontrez parce que vous avez le même âge et que vous avez beaucoup de choses en commun, comme l’année où vous êtes entrées en politique, ou les Kiwis (les Néo-Zélandais) peuvent s’attendre à voir des accords conclus entre nos deux pays ? »  la formulation, un brin laborieuse, a fait grimacer Jacinda Ardern, qui a coupé court. « Est-ce que quelqu’un a déjà demandé à [l’ex-président des Etats-Unis] Barack Obama et John Key [l’ancien premier ministre néo-zélandais] s’ils s’étaient rencontrés parce qu’ils avaient le même âge ? », a-t-elle demandé.

 « Nous nous rencontrons parce que nous sommes Premières ministres et nous avons beaucoup de choses en commun mais aussi parce que nous pouvons réaliser beaucoup de choses ensemble » a ajouté Sanna Marin.

Les deux premières ministres comptent parmi les rares femmes et les plus jeunes cheffes d’Etat dans le monde.  Jacinda Ardern a 42 ans et Sanna Marin 37 ans. Alors elles doivent encore expliquer à des journalistes bourrés de préjugés qu’elles font simplement leur travail. « Il existe, bien sûr, une plus grande proportion d’hommes en politique, c’est la réalité, si deux femmes se rencontrent, ce n’est pas simplement en raison de leur genre. C’est notre travail d’approfondir nos relations diplomatiques, quel que soit notre genre » a décortiqué Jacinda Ardern.

Elle a ajouté que toutes deux se concentraient sur la responsabilité qu’elles avaient, en tant que dirigeantes, envers les femmes dans les pays qui font face à « des circonstances désastreuses, où nous voyons les droits de l’homme les plus fondamentaux réprimés et violés ». Et a cité l’Iran comme un « bon exemple » de ces circonstances désastreuses.

Sanna Marin a ajouté qu’elles souhaitaient toutes deux s’unir pour défendre l’égalité « afin de s’assurer que toutes les femmes et les filles du monde entier bénéficient des mêmes droits et des mêmes opportunités que les hommes. » Bien loin du procès en futilité du journaliste.

Lire aussi dans Les Nouvelles News

SANNA MARIN FAIT LA FÊTE, LES CONSERVATEURS VEULENT SA TÊTE

LE DÉCOLLETÉ DE LA PREMIÈRE MINISTRE FINLANDAISE RÉVÉLATEUR DE MISOGYNIE

SANNA MARIN, 34 ANS, CHEFFE DU GOUVERNEMENT EN FINLANDE. NORMAL !

JACINDA ARDERN, PREMIÈRE MINISTRE ET ENCEINTE. TOUT SIMPLEMENT.

EN NOUVELLE-ZÉLANDE LES BANQUES DOIVENT MESURER L’IMPACT SUR LE CLIMAT

LA PREMIÈRE MINISTRE NÉO-ZÉLANDAISE MÈNE UNE POLITIQUE DU BIEN-ÊTRE

Partager cet article

Laisser un commentaire