Accueil International L’offensive anti-avortement reprend en Pologne

L’offensive anti-avortement reprend en Pologne

par La rédaction

Par Katarzyna Czerwińska via Wikimedia Commons

La Chambre basse du Parlement polonais a accepté d’examiner un nouveau texte visant à restreindre le droit à l’avortement. Si la loi est finalement adoptée « nous cesserons d’être un pays civilisé », dénonce le comité “Sauvons les femmes”.


 

Nouveau bras de fer en vue sur le droit à l’avortement en Pologne. Par 277 voix contre 134, la Chambre basse du Parlement du pays a voté, mercredi 10 janvier, le renvoi pour examen en commission d’une proposition de loi visant à restreindre les conditions – déjà limitées – dans lesquelles les Polonaises peuvent recourir à une IVG.

Le texte baptisé “Zatrzymaj Aborcję” (“Stop avortement”), issu d’une initiative citoyenne du mouvement fondamentaliste ‘Vie et Famille’, a le soutien de l’Église et du PiS, le parti au pouvoir. Il prévoit d’interdire l’avortement en cas de dommages irréversibles pour le fœtus, un des rares cas – avec le risque pour la santé de la mère et le viol/inceste – dans lesquels il est aujourd’hui autorisé. Selon des chiffres officiels, 96% du millier de procédures d’IVG en 2016 concernaient des situations de dommages irréversibles pour le fœtus.

En 2016, déjà, les fondamentalistes avaient tenté de restreindre drastiquement le droit à l’IVG. Sans succès, en partie grâce à la mobilisation des Polonaises.

Voir : Pologne : le texte de loi anti-IVG est rejeté… une victoire provisoire

Seuls deux pays en Europe sont plus restrictifs que la Pologne en la matière, rappelle le comité Ratujmy Kobiety (“Sauvons les femmes”) qui avait mené la lutte en 2016 pour le droit à l’avortement : Malte et l’Irlande – et cette dernière sans doute pour peu de temps, un référendum étant prévu cette année.

Avant de voter la poursuite de l’examen du projet “Stop Avortement”, les députés avaient mis leur veto, à une courte majorité, à un texte d’initiative citoyenne émanant de Ratujmy Kobiety et visant, elle, à garantir le droit des femmes à disposer de leur corps.

Cela fait précisément 25 ans que « les politiciens, main dans la main avec les hiérarques de l’Église », ont adopté la loi qui régit aujourd’hui l’accès à l’avortement en Pologne, « limitant de manière significative le droit des femmes polonaises à l’autodétermination », relève le comité “Sauvons les femmes”.

Et 25 ans après, si cette loi “Stop à l’avortement” voit le jour, « nous cesserons d’être un pays civilisé en termes de traitement des femmes, de protection de leur santé et de leur vie », juge Anna Karaszewska,vice-présidente du comité.

En décembre dernier, le Conseil de l’Europe mettait en garde contre les tendances « rétrogrades », en matière d’accès aux droits reproductifs, qui continuent de menacer le continent. En notant que la Pologne a aussi récemment obligé toutes les femmes à présenter une prescription médicale pour obtenir une contraception d’urgence.

 

 

Laisser un commentaire