Accueil MédiasBruits et chuchotements On y croit ?

On y croit ?

par Isabelle Germain

journee-datiÀ côté de bonnes initiatives pour le huit mars, le travail de sape des stéréotypes continue.


 

Le 8 mars, journée internationale des Droits des femmes, approche et des initiatives désespérantes veulent déjà saper le travail des militant.e.s de l’égalité. Dans le 7è arrondissement de Paris, fief de Rachida Dati, madame la maire ne se soucie guère des inégalités salariales ou de l’accès des femmes aux fonctions politiques. Le 8 mars, elle invite ses administrées à venir mettre leur « corps en mouvement et en beauté ». Et bien sûr, elle parle de journée de « la » femme. Il y en aura d’autres (nous vous avons souvent proposé ces bêtisiers du 8 mars qui inventent une journée à mi-chemin entre la fête des mères et la Saint-Valentin).

Rappelons-le au passage : « les femmes » sont une réalité, « la femme » est une abstraction. « La femme » est un modèle pétri d’injonctions à ressembler à ce que les auteurs, poètes, cinéastes, artistes ou décideurs (hommes en général) ont défini comme étant une « vraie femme », apte à assurer le repos du guerrier.

Heureusement, la journée internationale des Droits des femmes est aussi l’occasion de braquer quelques projecteurs sur les baromètres des inégalités. Et de constater que, si progrès il y a, c’est à pas de fourmi. Au cœur du problème : l’argent. Les créatrices d’entreprise reçoivent bien moins de fonds que les créateurs. Les salariées sont moins payées que les salariés. Elles ne sont ni plus ni moins stupides que les hommes. Elles sont juste victimes des stéréotypes qui les ont poussées à s’orienter vers les métiers réputés les plus féminins, donc moins bien payés, à prendre des temps partiels ou interrompre leur carrière pour les enfants ou à modérer leurs ambitions d’entrepreneures parce que le goût du risque, ça n’est pas très féminin. Victimes aussi de ces mêmes stéréotypes dans la tête des décideurs moins enclins à confier des responsabilités aux femmes qu’aux hommes.

Heureusement aussi, certains fabricants de jouets font bouger les stéréotypes comme LEGO qui met à l’honneur les femmes de la NASA.

Tant que notre imaginaire collectif sera tapissé de stéréotypes entretenus par Rachida Dati et consorts, il sera difficile de faire bouger les lignes.

 

Lire aussi sur Les Nouvelles NEWS :

8 mars : indignez-vous… Mais ne changez rien !

Ma photo avec Rachida Dati pour la journée des femmes

8 mars : l’ONU Femmes France reconnaît une mauvaise traduction

Non, le 8 mars n’est pas la « fête de la femme »

Un 8 mars trop rouge

8 mars, journée des clichés chez Darty

 

Partager cet article

A VOUS DE JOUER

o Vous appréciez nos articles ?
o Vous voulez partager l’information pour que tout le monde ouvre les yeux sur l’inégalité des sexes ?
o Vous considérez que l’égalité dans les médias est la mère de toutes les batailles pour l’égalité ?
o Vous savez qu’un journal indépendant et de qualité doit employer des journalistes professionnels ?
Si vous avez répondu oui à une de ces quatre questions, faites un don pour financer l’information. Ce don est défiscalisé à 66 %. (Un don de 50 € vous coûte en réalité 17 €)

JE FAIS UN DON

0 commenter

Laisser un commentaire