Accueil International ONU : Christiana Figueres se lance dans la course

ONU : Christiana Figueres se lance dans la course

par La rédaction
Christiana Figueres

La Costaricienne, qui vient de quitter son poste de « madame Climat » de l’ONU, est officiellement candidate à celui de Secrétaire générale.

Christiana Figueres

Ban Ki-moon et Christiana Figueres le 30 novembre 2015. Par UNFCCC (CC BY 2.0)

 

Une nouvelle candidate de poids pour occuper le poste de Secrétaire général de l’ONU en 2017. La présidence de Costa Rica a officiellement soumis, jeudi 7 juillet, la candidature de Christiana Figueres à la succession de Ban Ki-moon.

Christiana Figueres avait, la veille, remis à la mexicaine Patricia Espinosa les clés de son bureau de Secrétaire exécutive de l’UNFCCC, l’organe de l’ONU chargé de coordonner les négociations internationales sur le climat. Son rôle de « madame Climat », depuis près de 6 ans, aura été unanimement salué et s’est achevé sur un succès, la signature de l’accord de Paris fin 2015.

« Les Nations Unies, et le monde, ont besoin d’une Secrétaire générale qui soit capable de jeter des ponts, d’écouter et de prendre conseil, d’apporter son concours à la résolution des différends, à l’élaboration d’accords et à l’anticipation des problèmes. Christiana Figueres a démontré qu’elle était cette personne », a déclaré le président de Costa Rica. La candidate a lancé sa campagne sous le slogan « Redonner espoir ».

 

C’est à la fin de l’année que l’Assemblée générale de l’ONU élira son ou sa huitième Secrétaire général.e. Depuis plusieurs mois, de nombreuses voix s’élèvent pour qu’il s’agisse enfin d’une femme. La candidature de Christiana Figueres est la douzième à ce jour, et la parité est de mise : 6 hommes, 6 femmes.

Parmi les candidatures les plus sérieuses figurent celles de la néo-zélandaise Helen Clark, actuelle directrice du Fonds des Nations Unies pour le développement (UNFD), et de la bulgare Irina Bokova, directrice générale de l’UNESCO.

 

Lire aussi :

ONU : Helen Clark part en campagne

Pour diriger l’ONU, « un homme éminent » qui pourrait être une femme

Qui après Ban Ki-moon ? Et comment ?

Ban Ki-moon ne veut « plus de gouvernement ou de parlement sans aucune femme »

 

Enregistrer

Enregistrer

Laisser un commentaire