Accueil Eco & SocialBien-être et richesses ONU Femmes prend racine en France

ONU Femmes prend racine en France

par Arnaud Bihel
ONUFemmesF

Conférence de presse de lancement d’ONU Femmes France, le 14 novembre 2013 à la Maison de l’Amérique Latine, Paris. De gauche à droite : Sylvie Brabant (Rédactrice en chef TV5 Monde) ; François Fatoux (délégué général de l’ORSE), Fanny Benedetti (directrice exécutive d’ONU Femmes France) ; Miren Bengoa (présidente d’ONU Femmes France) ; Mitushi Das (responsable des partenariats pour ONU Femmes) ; Laurence Gillois (ONU Femmes à Bruxelles). © Daphné Bengoa/Comité ONU Femmes France.

Le comité français qui vient de voir le jour se fera le relais de l’agence des Nations Unies pour les femmes. Parmi ses défis : mobiliser des fonds pour soutenir les actions d’ONU Femmes, qui dispose aujourd’hui de financements bien en deçà de ses besoins.


 

Le comité français ONU Femmes s’est officiellement installé jeudi 14 novembre. Cette association de loi 1901, qui devient le 17ème comité national de l’agence onusienne, se fixe trois objectifs prioritaires, souligne sa présidente Miren Bengoa :

– donner une meilleure visibilité à l’agence onusienne chargée de promouvoir les droits des femmes. Le comité français dispose d’ores et déjà d’un site internet : http://www.onufemmes.fr/ ;

– se faire le relais des campagnes thématiques d’ONU Femmes, pour l’égalité des sexes, le renforcement du leadership et de l’autonomisation économique des femmes, l’élimination de la violence ou encore la participation des femmes aux processus de paixParmi les enjeux à moyen terme figurent aussi les discussions sur l‘agenda du développement, après l’échéance 2015 des Objectifs du Millénaire. ONU Femmes défend la mise en œuvre d’un objectif unique pour l’égalité des sexes ;

– mobiliser des ressources pour ses propres actions et celles d’ONU Femmes à l’international.

Ce dernier volet ne sera pas le moindre, car l’agence reste le parent pauvre de l’ONU. « C’est là un énorme défi : donner à l’organisation les moyens de travailler », reconnaît Fanny Benedetti, Directrice exécutive du comité français.

Un besoin de 500 millions annuels, moins de 300 dans les faits

Quand ONU Femmes a été créée en 2010, son budget annuel a été estimé à 500 millions de dollars. Mais son financement, qui dépend des contributions des États membres de l’ONU, n’a pu s’élever qu’à 220 millions en 2011, et n’a pas atteint le seuil des 300 millions en 2012 et 2013. L’agence a eu la malchance de voir le jour en période de crise, souligne Laurence Gillois, responsable d’ONU Femmes à Bruxelles.

La France, en outre, n’est que le 18ème contributeur mondial : Paris octroie moins de 2 millions à ONU Femmes, dix fois moins que Londres. Le comité français va inciter le gouvernement à augmenter cette contribution. Mais en cette période de restrictions budgétaires ONU Femmes France ciblera davantage le mécénat privé que l’argent public. Des démarches ont déjà été engagées, mais « la visibilité est encore mauvaise », note Miren Bengoa, tout en disant son « espoir que des entreprises sont prêtes à s’engager ».

 

Lire aussi sur Les Nouvelles NEWS :

La misogynie passe aussi par Google

Phumzile Mlambo-Ngcuka, Sud-Africaine, nouvelle présidente d’ONU-Femmes

Geena Davis et ONU Femmes analysent le sexisme dans les films pour enfants

 

A VOUS DE JOUER

o Vous appréciez nos articles ?
o Vous voulez partager l’information pour que tout le monde ouvre les yeux sur l’inégalité des sexes ?
o Vous considérez que l’égalité dans les médias est la mère de toutes les batailles pour l’égalité ?
o Vous savez qu’un journal indépendant et de qualité doit employer des journalistes professionnels ?
Si vous avez répondu oui à une de ces quatre questions, faites un don pour financer l’information. Ce don est défiscalisé à 66 %. (Un don de 50 € vous coûte en réalité 17 €)

JE FAIS UN DON

1 commenter

mistigri 15 novembre 2013 - 19:39

Prune, vous avez à la fois raison et pas. Dans la vidéo, effectivement, la première femme est embrassée par surprise, pour ne pas dire de force. A l’autre extrême,dans la video, il y a une femme qui l’envoie se promene. Pour le reste, des variations entre ces deux extrêmes: se laisser embrasser, ou simplement grand éclat de rire, etc. J’ai la faiblesse de croire que je ne me laisserai pas embrasser sur la bouche à l’improviste par un gay. Mais il y a bel et bien un cas, le premier, auquel je n’avais pas assez fait attention Mea maxima culpa. Fellow Traveler.

Répondre

Laisser un commentaire