Accueil International Nouvel appel pour « donner plus de voix » aux femmes à l’ONU

Nouvel appel pour « donner plus de voix » aux femmes à l’ONU

par La rédaction
Peter Thomson, Président de l'Assemblée générale des Nations Unies, et Laura Elena Flores Herrera, représentante permanents du Panama. UN Photo/Evan Schneider

Peter Thomson, Président de l’Assemblée générale des Nations Unies, et Laura Elena Flores Herrera, représentante permanents du Panama. UN Photo/Evan Schneider

En soulignant la faible représentation persistante des femmes dans les débats aux Nations Unies, ONU Femmes et le réseau international des « gender champions » appellent les États membres à se fixer des objectifs de parité.

 

Le « déséquilibre persistant » entre femmes et hommes au sein des différentes instances de décision des organismes de l’ONU « doit être traité d’urgence ». C’est un message fort qu’ont lancé mardi 2 mai ONU Femmes et le réseau international des « gender champions » (« champions du genre »), lancé en 2015.

Ces deux instances, liées aux Nations Unies, plaident pour « donner plus de voix aux femmes dans les rencontres internationales ». Dans leur premier rapport dévoilé mardi 2 mai, elles fournissent une série de recommandations en ce sens. Et appellent en particulier les États membres à adopter une politique (temporaire) de quotas afin que leurs délégations – dans les instances de l’ONU comme dans les réunions internationales – comptent au moins 30% de femmes, avec à terme un objectif de parité, à 50%.

Le rapport souligne que depuis 71 ans, seulement 3 femmes ont présidé l’Assemblée générale des Nations Unies. Elles n’ont été que deux à la tête de l’ECOSOC (cet organisme onusien où s’est récemment décidée l’entrée de l’Arabie Saoudite à la Commission des droits des femmes). En septembre 2016, lors des débats d’ouverture de la 71ème session de l’Assemblée générale, moins de 10% des interventions au nom des Etats membres ont été l’oeuvre de femmes. Elles ne représentent que 20% des représentant.e.s permanent.e.s des États membres de l’ONU à New-York (les 22 représentants permanents de la France ont toujours été des hommes). Tandis que parallèlement la représentation des femmes en politique stagne dans le monde.

« Des actions concrètes pour améliorer la participation et la représentation des femmes à tous les niveaux de la prise de décision est essentiel pour atteindre les Objectifs de développement durable, garantir les droits humains et la justice », souligne ONU Femmes.

Si cette initiative s’adresse d’abord aux États membres, l’ONU en elle-même a aussi du chemin à parcourir. L’actuel Président de l’Assemblée générale des Nations Unies, Peter Thomson, l’a reconnu en rejoignant ce 2 mai le réseau des ‘International Gender Champions’. Il a ainsi promis de « s’efforcer de parvenir » à la parité entre les sexes au sein de son propre bureau, y compris au niveau de la haute direction. Et de faire en sorte « qu’au moins 25% des coprésidents et co-facilitateurs nommés pour les processus de négociation de l’Assemblée générale au cours de sa 71e session soient des femmes ».

 

Lire aussi sur Les Nouvelles NEWS :

Pas de paix sans les femmes : nouvelle résolution à l’ONU

 

Partager cet article

A VOUS DE JOUER

o Vous appréciez nos articles ?
o Vous voulez partager l’information pour que tout le monde ouvre les yeux sur l’inégalité des sexes ?
o Vous considérez que l’égalité dans les médias est la mère de toutes les batailles pour l’égalité ?
o Vous savez qu’un journal indépendant et de qualité doit employer des journalistes professionnels ?
Si vous avez répondu oui à une de ces quatre questions, faites un don pour financer l’information. Ce don est défiscalisé à 66 %. (Un don de 50 € vous coûte en réalité 17 €)

JE FAIS UN DON

0 commenter

Laisser un commentaire