Accueil International Le pape François, des pas vers les femmes ?

Le pape François, des pas vers les femmes ?

par La rédaction

Pape

Le mariage des prêtres ? Voire des femmes prêtres ? « Il est possible que des pas soient faits dans cette direction » sous l’égide du nouveau pape, estime une théologienne argentine proche de Jorge Bergoglio.


 

Même s’il suit une doctrine conservatrice, contre le mariage homosexuel ou l’avortement, le nouveau pape pourrait ouvrir la question du mariage des prêtres et de l’ordination de femmes. La théologienne argentine María Alicia Brunero, auteure de nombreux ouvrages sur l’éthique et qui connaît personnellement Jorge Bergoglio, devenu mercredi le pape François, exprime son point de vue sur les orientations de sa papauté dans un portrait réalisé par l’agence IPS.

Extrait de « Latin American Breeze to Sweep Vatican », article d’IPS/Inter Press Service, partenaire des Nouvelles NEWS :

« Le plus important, dans cette désignation, n’est pas tant qu’elle ait échu à quelqu’un d’Argentine ou d’Amérique Latine, mais de quelqu’un de la périphérie, d’extérieur à l’Europe », juge Alicia Brunero.

« Les cardinaux attendent des solutions de l’extérieur, de quelqu’un de différent, moins contaminé par le pompeux et la bureaucratie du Vatican. Bergoglio répond à ses attentes, car il est un homme simple, qui voyage en bus et est proche du peuple ».

Selon Alicia Brunero, le nouveau pape toutefois « sait commander et déléguer », et « il n’est pas détaché de la volonté de pouvoir, ce qui n’est pas forcément une mauvaise chose. Il sait créer des réseaux et il le fait bien, sans écraser les autres ».

Pour autant, la théologienne ne s’attend pas à de grands changements dans la doctrine. En tant qu’archevêque, il était fermement opposé à la loi sur le mariage homosexuel et à toute tentative de décriminaliser l’avortement.

Mais il pourrait se montrer plus ouvert sur d’autres sujets. En contraste avec son conservatisme, l’archevêque Bergoglio à Buenos Aires a sermonné des prêtres qui refusaient de baptiser des enfants de mères célibataires.

« Neuf théologiens sur dix estiment que les femmes peuvent exercer la prêtrise, et une majorité est favorable au mariage des prêtres. Il est possible que, durant sa papauté, des pas soient faits dans cette direction », estime Alicia Brunero.

La théologienne souligne que la crise de la prêtrise est la plus grande crise que connaît actuellement l’Eglise catholique. La moitié des prêtres ordonnés ces dernières années ont abandonné la soutane, pas parce qu’ils ont perdu la foi mais « parce qu’ils sont tombés amoureux, ou qu’ils sont entrés en conflit avec l’institution, en raison de sa rigidité sur cette question ».

Le premier Concile du Vatican, en 1869, était consacré à la figure du pape. Le deuxième, en 1959, sur les évêques. « Peut-être va-t-on connaître un troisième concile, consacré aux prêtres », avance Alicia Brunero.

 

A VOUS DE JOUER

o Vous appréciez nos articles ?
o Vous voulez partager l’information pour que tout le monde ouvre les yeux sur l’inégalité des sexes ?
o Vous considérez que l’égalité dans les médias est la mère de toutes les batailles pour l’égalité ?
o Vous savez qu’un journal indépendant et de qualité doit employer des journalistes professionnels ?
Si vous avez répondu oui à une de ces quatre questions, faites un don pour financer l’information. Ce don est défiscalisé à 66 %. (Un don de 50 € vous coûte en réalité 17 €)

JE FAIS UN DON

5 commentaires

Mona 15 mars 2013 - 18:18

« Les femmes sont naturellement inaptes à exercer des charges politiques (…) L’ordre naturel et les faits nous enseignent que l’homme est l’être politique par excellence ; les Écritures nous montrent que la femme n’est que le soutien de l’homme qui pense et qui agit, mais rien de plus que cela. »
Cardinal Bergoglio en 2007.
Source : http://elpais.cr/frontend/noticia_detalle/1/79169?fb_action_ids=10151397513453863&fb_action_types=og.likes&fb_source=aggregation&fb_aggregation_id=288381481237582

Répondre
09 Aziza 17 mars 2013 - 17:36

J’ignore si la citation de Mona est correcte et complète; car les media se font forts de tronquer facilement les discours des ecclésiastiques pour « faire scoop ». Mais en tout cas, le pas vers les femmes sera franchi lorsqu’un pape cessera de condamner à la fois l’avortement et la contraception, sur des bases théologiques INEXISTANTES. Il n’existe en effet aucun texte du Nouveau ou de l’Ancien testament qui évoque ces sujets. Ce sont donc des interprétations humaines, ayant varié au cours des siècles.
Au Moyen Age, les positions chrétiennes et juives étaient semblables aux lois civiles actuelles: avant le quatrième mois, c’est à dire avant que l’enfant ne « s’anime », l’interruption d’une grossesse n’était pas condamnable.Cette position actuelle est totalement schizophrène: si on estime qu’avorter est un mal, il faut tout faire pour l’éviter. Faire de la femme un animal qui ne peut éviter les grossesses est en complète contradiction avec la dignité de tout être humain professée par le christianisme.
Tant qu’on en aura pas fini avec cette hypocrisie, je demeure sceptique….

Répondre
Lili 18 mars 2013 - 08:48

… je fais partie de celles qui se réjouissent de l’élection de cet homme. Mais tout en restant réaliste, et là je crains qu’à trop espérer on récolte surtout des désillusions.

Ce pape est conservateur, ce pape sera comme les autres obligé de composer avec une Curie romaine qui l’est encore plus. Le célibat et l’exclusivité masculine de la prêtrise, c’est pour l’Eglise catholique un de ses fondements identitaires, et historiques. De plus, ne nous leurrons pas : ouvrir la prêtrise aux femmes provoquerait un schisme intérieur, le départ de nombreux pratiquants, en France et en Europe mais surtout dans d’autres continents où cette règle est cohérente avec les structures sociales. Le pape ne prendra pas ce risque, et la Curie l’en empêchera.

Tout au plus peut-on espérer certains tolérances ou ouvertures pour des hommes mariés qui sous certains conditions pourraient devenir prêtres.

Pour ma part j’espère avec plus de réalisme une avancée sur la possibilité pour les divorcés-remariés de pouvoir communier, au moins certains. Et une évolution dans la gouvernance de l’Eglise. Ca serait déjà beaucoup.
Peut-être mon pessimisme sera-t-il démenti, j’en serai la première à m’en réjouir… Mais je n’y crois pas trop.

Répondre
danielle 18 mars 2013 - 17:29

C’est pas gagné mais ne désespérons pas, il y a peu les mêmes propos étaient tenus par l’église à propos des noirs…il nous a fait un copier/coller le françois nouveau !!

Répondre
hic 18 mars 2013 - 19:43

« danielle »
il nous a fait un copier/coller le françois nouveau !!

Preuve qu’il sait au moins se servir d’un ordinateur (si c’est ps un argument de nouveauté, ça)… W le pape digital!

Répondre

Laisser un commentaire