Accueil Médias Paris Match et les jambes « inédites » des femmes journalistes

Paris Match et les jambes « inédites » des femmes journalistes

par La rédaction

La double page du magazine sur les femmes journalistes de BFMTV passe mal chez leurs consœurs. « Minable », « effrayant », tacle Sonia Devillers sur France Inter.


 


Pour ne rien rater des informations publiées dans Les Nouvelles NEWS, abonnez-vous à notre newsletter (gratuite)

« Les jambes de ces présentatrices de BFMTV sont inédites : on en connaît surtout le visage » : voilà comment Paris Match lance la double page consacrée à treize femmes journalistes et présentatrices de la chaîne info – en pleine bataille de communication avec l’arrivée d’une concurrente, LCI, sur la TNT gratuite – c’est donc pour mettre en avant leurs jambes.

Un traitement qui est loin d’avoir fait l’unanimité chez leurs consœurs, c’est le moins qu’on puisse dire. La journaliste chargée de la revue de presse sur RTL en restait pantoise, jeudi 7 avril, jour de sortie du numéro de Paris Match.

 

Le lendemain c’est sa consoeur de France Inter Sonia Devillers qui déplorait « une invraisemblable double page », la qualifiant plus loin de « minable ». Et d’enfoncer le clou. « Match pourrait vous faire découvrir par exemple qu’elles ont des hobbies, des passions, des idées des, envies… Mais non, si une femme journaliste n’a pas seulement un visage, c’est qu’elle a aussi… de jolies jambes. C’est effrayant. »

 

« C’est important que l’image de la femme soit la plus jolie possible, la plus digne possible, la plus respectée possible », commente Ruth Elkrief, figure de la chaîne (et la seule qui n’est pas jambes nues sur la photo), dans la vidéo mise en ligne par Paris Match. 

 

Partager cet article

A VOUS DE JOUER

o Vous appréciez nos articles ?
o Vous voulez partager l’information pour que tout le monde ouvre les yeux sur l’inégalité des sexes ?
o Vous considérez que l’égalité dans les médias est la mère de toutes les batailles pour l’égalité ?
o Vous savez qu’un journal indépendant et de qualité doit employer des journalistes professionnels ?
Si vous avez répondu oui à une de ces quatre questions, faites un don pour financer l’information. Ce don est défiscalisé à 66 %. (Un don de 50 € vous coûte en réalité 17 €)

JE FAIS UN DON

6 commentaires

6 commentaires

Lili 8 avril 2016 - 15:46

Beau tweet aussi de Roger Zabel : « la semaine prochaine @ParisMatch montre les testicules des présentateurs de @BFMTV qui elles aussi sont « inédites » »

Je ne peux m’empêcher de me demander si ces femmes ont perçu le problème, si elles on leur a fait comprendre qu’elles n’avaient pas le choix, si la jupe courte était obligatoire…. Ou si elles trouvent que dans le monde d’aujourd’hui « il n’y a pas de problème ». Même si elles ne sont pour rien dans les termes de l’article. Quant à Ruth Elkrief, …. est-ce qu’on a déjà entendu quelque part, pour un présentateur homme, que le plus important c’est qu’il soit « le plus joli possible »? Et au fait, « la plus digne possible, la plus respectée possible », ça veut dire que en gros si on a fait le maximum mais que le respect ou la dignité n’est pas là quand même, on n’a rien à se reprocher? Pour une journaliste, c’est léger comme maîtrise de la langue française…

Répondre
Nordine 12 avril 2016 - 11:30

Je voulais dire la même chose, vous l’avez dite en meilleur. Merci.

Répondre
Bachir Hafida 8 avril 2016 - 19:39

Si ces journalistes ont été priées de montrer leurs jambes pour promotionner la chaîne, elles auraient pu s’y opposer. Comme l’ont fait 5 journalistes de la chaîne Al Jazeera, qui elles ont eu l’audace de démissionner : http://www.elle.fr/Societe/News/Al-Jazeera-demission-de-cinq-presentatrices-vedettes-1245026
dans les deux situations (montrer son corps ou le cacher), il s’agit de clairement d’injonctions patriarcales.

Répondre
moustache91 9 avril 2016 - 19:42

Tout à fait d’accord !
Ce que dit la règle implicite : plier et toujours se conformer à l’injonction patriarcale ; s’il est aujourd’hui acceptable (et même indispensable) d’être diplômée et compétente, il faut continuer d’arborer les stéréotypes du féminin afin de satisfaire le regard masculin concupiscent et consacrer le pouvoir de l’homme, pour pouvoir prétendre avoir une place dans ce monde de l’exclusion régi par les critères hétéro-patriarcaux et capitalistes ultra-libéral »….

Répondre
flo 9 avril 2016 - 09:40

Moi je trouve la photo plutôt réussie pour mettre en avant le travail extraordinaire de cette promotion 2016 section Majorettes Seniors de la ville de Plougastel… Et la dame du milieu c’est la coach ?

Répondre
Gilbert Duroux 12 avril 2016 - 01:30

Prochaine étape : les femmes journalistes en maillot de bain.

Répondre

Laisser un commentaire