Accueil Economie Parité dans les CA : les Etats-Unis à la traîne

Parité dans les CA : les Etats-Unis à la traîne

par Charlotte Heymelot
parité

people-220284_960_720La parité dans les CA ? Pas avant 2056, dans le meilleur des cas. Aux Etats-Unis, un rapport officiel souligne la sous-représentation des femmes dans les grandes entreprises.


 

 

Même en doublant le rythme, il faudrait encore plus de quarante ans aux entreprises états-uniennes pour atteindre la parité au sein de leurs conseils d’administration. Une étude du Government Accountability Office (GAO, équivalent de la Cour des Comptes) publiée lundi 4 janvier en dit long sur le chemin qu’il reste à parcourir aux Etats-Unis. « Nous sommes très à la traîne de nombreux pays industrialisés, qui ont pris des mesures proactives pour améliorer la diversité », déplore la sénatrice Carolyn B. Maloney, qui avait imposé ce rapport.

Chargé d’examiner la représentation des femmes dans les instances dirigeantes des entreprises cotées en bourse, le GAO a analysé différentes données depuis 1997, sur les 1 500 principales entreprises états-uniennes. Résultats : si la part des femmes dans les conseils d’administration (CA) a doublé en dix sept ans, elle reste très faible (16% en 2014) quand on sait que les femmes représentent quasiment la moitié de la population active aux Etats-Unis. 

Le GAO enfonce le clou avec cette estimation : si la moitié des sièges renouvelés (soit deux fois plus qu’en 2014) étaient attribués à des femmes chaque année, la parité dans les CA serait atteinte dans environ quarante ans, soit en… 2056. 

Contrairement à certains pays – dont la France – la loi américaine n’impose aucun quota de femmes dans les conseils d’administration des grandes entreprises. La sénatrice Carolyn B. Maloney a profité de la publication de ce rapport pour appeler la SEC (le gendarme de la bourse américain) à adopter des règles plus contraignantes. Notamment en imposant une plus grande transparence dans la nomination des nouveaux membres au sein des conseils d’administration. Actuellement, la SEC n’impose même pas aux entreprises de fournir des données genrées. La sénatrice doit elle-même déposer dans les prochaines semaines une proposition de loi dans ce sens.

 

Lire aussi notre dossier – ÉGALITÉ PROFESSIONNELLE

 

A VOUS DE JOUER

o Vous appréciez nos articles ?
o Vous voulez partager l’information pour que tout le monde ouvre les yeux sur l’inégalité des sexes ?
o Vous considérez que l’égalité dans les médias est la mère de toutes les batailles pour l’égalité ?
o Vous savez qu’un journal indépendant et de qualité doit employer des journalistes professionnels ?
Si vous avez répondu oui à une de ces quatre questions, faites un don pour financer l’information. Ce don est défiscalisé à 66 %. (Un don de 50 € vous coûte en réalité 17 €)

JE FAIS UN DON

1 commenter

jlambin 8 janvier 2016 - 06:43

Bonjour, l’illustration de l’article représente un groupe de 5 personnes dans un style minimaliste ce qui fait ressortir: 1/ qu’il y a une diversité H/F (3/2), 2/ qu’ils sont habillés dans le style « administrateur ». Jusque là tout va bien, mais un dernier point me gêne un peu: ces gens-là sont aussi tous d’une taille et corpulence extrêmement similaire (selon la norme que la société tend à nous imposer: grand et mince). Du coup ce groupe me choque par son manque de diversité « physique »… et je préfèrerais (presque) que des hommes, mais plus divers dans l’apparence.

Répondre

Laisser un commentaire